Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


 
 
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Dernière Guerre Mondiale / Daniel Laurent & alii

En réponse à -6 -5 -4 -3 -2
-1L'été est en train... de françois delpla

Relevé d'étape de françois delpla le vendredi 11 octobre 2013 à 08h09

Jusqu'en 1991, l'ordre d'arrêt est une bourde de Hitler, inspirée, en proportions variables selon les auteurs, par lui-même, Göring et Rundstedt et motivée par des craintes excessives ou des illusions quant au devenir de la bataille.

En 1991 apparaît une explication diplomatique très simple : Hitler recherche la paix immédiate et générale mais l'arrivée de Churchill au pouvoir complique les choses. Les conditions "généreuses" qu'il a mises discrètement en circulation, à valoir quand il aurait pris Calais (assiégé le 23 mai), il aurait pu les claironner sous Chamberlain, il ne le peut sous Churchill. Il tente un bref arrêt pour laisser un temps de réflexion à Londres (Paris étant d'ores et déjà à point). Il le fait discrètement pour laisser son armée mobilisée car si cela ne marche pas il va falloir attaquer de nouveau la France, pour la contraindre à un armistice qui laissera Londres à poil.

Cette explication est raillée et déformée ou, bien plus encore, ignorée, pendant vingt ans. Des explications militaires confuses et sans rigueur ni souci démonstratif continuent d'encombrer le marché.

Sa énième répétition, en 2012, déclenche enfin un débat.

Il entraîne, outre la répétition attendue des discours classiques et la démolition classique des modernes, deux effets curieux :

-l'esquisse d'un retournement complet, tenant le plus grand compte de certains travaux des années 90-2000 qui réhabilitent l'intelligence manoeuvrière de Hitler : l'arrêt n'est plus une bourde mais une option parmi d'autres dans une situation de toute façon compliquée;

-une tentative de mettre le vin nouveau dans les vieilles outres, de faire cohabiter l'explication confuse classique avec l'explication nouvelle : Hitler stoppe pour signer la paix mais il a aussi des raisons militaires de le faire.

Le plus étonnant est que le degré de violence atteint par les classiques contre les modernes ne baisse pas, dans ce dernier cas, d'un poil, dans le domaine suivant : ces modernes restent des ignorants crasses qui détestent qu'on parle de choses militaires, n'y connaissent rien, n'y comprennent rien et ne veulent pas se soigner.

*** / ***

lue 485 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Dernière Guerre Mondiale

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes