Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


Les Sites V1 du Nord de la France
 
 
 
 Modérateur du livre
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Les sites V1 en Flandres et en Artois / Laurent BAILLEUL

En réponse à
-1Du Canon de Paris en 14/18 au Canon de Londres en 1944. 1er Épisode de Serge Desbois

Canon de Londres ou V3. 2ème épisode de Serge Desbois le dimanche 17 juin 2012 à 15h07

Au lieu d’être amené par voie ferrée sur les lieux du tir à plusieurs exemplaires comme en 1918, le « canon de Londres » fut enterré dans un souterrain à Mimoyecques. Il ne fut pas moins vulnérable pour autant et au moins le Service de Renseignement allié savait où il se trouvait irrémédiablement.

L’ingénieur Coenders présenta son canon à Hitler qui devint acquis à ce projet. Celui-ci court-circuita la commission des ingénieurs de l’armement pour approbation et qui n’auraient pas manqué de rejeter ce programme

Comme il s’agissait de tirer avec un canon très loin (Londres est à 151 km. de Mimoyècques), le projectile n’était pas volumineux et avait un calibre de 15 cm. La charge utile était de 30kg. C’est à dire seulement l’équivalent de 2 obus de mortier de 120.

Construire une galerie de 900m en croisillon au vu et au su des Services de Renseignement et avoir un projectile si peu puissant alors qu’un V1 aurait largement fais ce travail, était une hérésie.

Le tube de ce canon faisait 150m de long. Et tous les 4 mètres, l’obus était « boosté » par 2 charges latérales. Il y avait 2 x 33 charges échelonnées sur 150 m. qui s’allumaient au passage de l’obus par la chaleur dégagée car à l’époque il n’y avait pas d’électronique pour les déclencher. Des explosions au passage de l’obus aux niveaux de ces « boosters » retardaient les essais

Mymoyecques fut prise par les Canadiens le 5 septembre 1944. Le Génie britannique à la demande de Churchill qui craignait que les Allemands soient remplacés un jour pas très lointain par l’Armée Rouge fit sauter la plate-forme de tir le 9 et le 14 mai 1945. Le travail fut inachevé car De Gaulle, président du gouvernement provisoire s’en était aperçu. On retrouvera les 5 bouches à feu en acier chez un ferrailleur du coin (voir ci-dessous)

*** / ***

lue 1630 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 la forteresse de Mimoyecques de 13emeDBLE 17 août 2012 16h12

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Les sites V1 en Flandres et en Artois

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes