Au sommaire du n° 11 - Histoire(s) de la Dernière Guerre - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


[ 1939-45, AU JOUR LE JOUR ]
 
 
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Histoire(s) de la Dernière Guerre / collectif

 

Au sommaire du n° 11 de Francis Deleu le mardi 17 mai 2011 à 14h54

Passeur d'Histoire

Philippe Brousmiche raconte
La contribution de la Belgique à la victoire des Alliés durant la Seconde Guerre mondiale est bien méconnue. Notre voisin est toutefois à créditer, au même titre que l’Armée britannique et la brigade française libre d’Orient du colonel Monclar, du premier succès d’ampleur des Alliés de la guerre. Celui-ci a été obtenu au printemps 1941 en Abyssinie, sur l’armée italienne du duc d’Aoste, pourtant supérieure en nombre. Philippe Brousmiche, l’un des acteurs de cette page oubliée de l’histoire de la Belgique, nous livre ses souvenirs.
Propos recueillis par Yann Mahé.
Vie quotidienne

Le Berghof - La maison d'Hitler à Berchtesgaden.
Le moment est bien choisi pour présenter la résidence de campagne d’Hitler, construite sur une montagne appelée Obersalzberg. Il s’agit d’une vraie capitale bis, où le dictateur reçoit force visiteurs étrangers, s’entoure de collaborateurs qu’on peut tenir pour les principaux et mûrit ses décisions. C’est là que l’opération « Barbarossa » sera longuement préparée.
Par François Delpla.
Culture

Variétés, musiques et chansons en guerre.
Quoi de mieux que des chansons pour saisir l’esprit d’une époque ? La déclaration de guerre, l’Occupation et le régime de Vichy n’ont pas empêché les artistes de variétés de chanter et des chansons populaires de naître, bien au contraire. Embrigadées dans l’effort de guerre ou ravies d’y participer, les grandes vedettes et des étoiles montantes ont adopté, comme les Français anonymes, un éventail de comportements lorsque la défaite fut scellée : « apolitisme » revendiqué au service du divertissement, bienveillance à peine dissimulée à l’égard de l’Occupant, supposés contournements de censure, miroir tendu aux contemporains et résistances diverses coexistent dans un milieu néanmoins à part.
Par Thomas Rabino.
Nazisme

La SS au Tibet - À la recherche des Aryens perdus.
En 1938 et 1939, plusieurs scientifiques renommés se rendent au Tibet avec l’appui d’Heinrich Himmler, Reichsführer-SS et co-fondateur de l’Ahnenerbe, un institut d’archéologie et d’anthropologie où démarche scientifique et occultisme se mêlent étrangement. Quelles étaient les finalités de ces expéditions SS au coeur de l’Asie ?
Par Nicolas Anderbegani.
Les chroniques de mai 1941

Diplomatie

Le vol de Rudolf Hess en Écosse - Demi-aveux et dissimulations éloquentes.
Depuis ses lendemains immédiats, le vol solitaire de Rudolf Hess (le troisième personnage du IIIe Reich, après Hitler et Göring) vers l’Écosse aux commandes d’un Messerschmitt Bf 110, conclu par un saut en parachute et une arrestation immédiate dans la soirée du 10 mai 1941, a fait l’objet d’un intarissable flot de spéculations et de publications. Beaucoup sont fantaisistes, mais l’historien soucieux des grands tournants de la guerre a quelques raisons d’essayer de tirer cet épisode au clair. Il en dit long sur le fonctionnement des deux grands pays alors en guerre, et sur leur moral à la veille du choc germano-soviétique.
Par François Delpla.
La guerre

« Une désastreuse victoire » - L’invasion de la Crète par les parachutistes allemands.
Spectaculaire mais ô combien sanglant, l’assaut aéroporté allemand sur la Crète intervient quelques jours seulement avant l’invasion hitlérienne de l’Union soviétique.
Par Yannis Kadari.
La guerre

La rébellion irakienne de 1941 - La guerre du Golfe de Churchill.
Le 3 avril 1941, l’ancien Premier ministre irakien Rachid Ali al-Gillani, pourtant évincé par les Britanniques au mois de janvier, revient aux affaires à Bagdad. Cet ardent nationaliste, farouchement pro-allemand, devient un souci supplémentaire pour Winston Churchill, déjà contrarié par les progrès qu’enregistre le Deutsches Afrika-Korps de Rommel en Libye.
Par Yann Mahé.
Les chroniques de juin 1941

La guerre

Le monde retient son souffle - Opération « Barbarossa », l'invasion de l'Union soviétique.
Dimanche 22 juin 1941. À la surprise générale, l’Allemagne nazie envahit l’Union soviétique. Les moyens mis en oeuvre sont considérables, impliquant 153 divisions, regroupant plus de 3 millions de soldats appuyés par près de 3 500 chars, 2 770 avions et 7 200 pièces d’artillerie. Cette offensive colossale a pour objectif l’annihilation de l’Armée rouge en quelques semaines.
Par Nicolas Bernard.
La guerre

Guerre à outrance contre le commerce britannique - Développement de la Bataille de l'Atlantique
Avant de se tourner vers l’Est, Hitler veut soumettre la prétentieuse Albion. Alors que la bataille d’Angleterre traîne en longueur, reportant sine die une hypothétique invasion de l’île, la Kriegsmarine est chargée d’asphyxier le Royaume-Uni en s’en prenant à sa flotte de commerce.
Par Xavier Tracol.
Magazine
- A lire (rubrique assurée par Nicolas Bernard et Thomas Rabino)

- A lire - section jeunesse (rubrique assurée par Rolande Causse)

- Bonnes feuilles : "Sang et tripes" - Le général Georges Patton
C'est sans doute le plus célèbre général américain de la Seconde Guerre mondiale : une formidable bête de guerre doublée d'une fabuleuse bête de scène. Fonceur usant d'un langage de charretier, ce maître de la guerre mécanisée dit ce qu'il pense et fait ce qu'il dit - avec des résultats souvent explosifs.
Cinq "bonnes feuilles" d'un ouvrage "Patton" signé Yannis Kadari et publié aux éditions Perrin.
- D'hier à aujourd'hui : La présence italienne en Libye.
"Terres promises" de la jeune nation italienne, la Tripolitaine et la Cyrénaïque sont arrachées à la Sublime Porte en 1912. Les difficultés liées à la nature du terrain et aux enjeux métropolitains de la Grande Guerre manquent de peu de faire effondrer le rêve d'un Impero. Le véritable, brève et violente aventure coloniale italienne en Libye débutera avec le fascisme.
Par David Zambon.
- La guerre en photos.

*** / ***

lue 3546 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes