Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

L'économie suisse entre l'Axe et les Alliés 1939-1945 / Philippe Marguérat

En réponse à
-1Les achats d'or de Christian Favre

De l'or belge pour les Suisses de Francis Deleu le vendredi 23 juillet 2010 à 11h55

Bonjour,

L'article proposé par Christian ne manque pas d'intérêt.... ainsi que ceux qui précèdent comme L'exode de l'or européen

L'auteur écrit:
Cette question en contient une autre: était-il possible de camoufler si efficacement en or allemand l’or provenant du Trésor belge ? Est-il imaginable que même les spécialistes de renommée internationale s’y soient laissé prendre?
Examinons les dossiers diplomatiques de la Confédération aux Archives fédérales et les archives de la Banque nationale suisse.
Un tissu de contradictions! En septembre 1943, Ernst Weber, président de la Direction genérale de la Banque nationale suisse, écrit qu’il n’est pas possible « de déterminer l’origine de l’or qui nous est livré». Et aussi: «Nous n’avons pas la moindre idée... ».
Le Département politique fédéral, en mai 1944, s’exprime dans le même sens, et une nouvelle fois en février 1945: il est difficile, voire impossible, de tirer au clair l’origine des lingots; les lingots prétendument refondus ne portent aucune marque d’origine.

Dans un écrit de la Banque nationale par contre, daté d’août 1944, il est question du «poinçon des lingots» qui semblerait montrer qu’il s’agit d’or provenant de réserves allemandes d’avant­guerre. Plus tard, en juin 1946, Alfred Hirs, directeur général de la Banque nationale, déclara finalement que l’or de la Reichsbank avait été livré avec de faux certificats.

Des contradictions? Certes, mais le raffinement du camouflage consistait précisément dans le trouble qu’il suscitait.

Des lingots sans poinçon ou au poinçon falsifié, des lingots sans certificat ou au certificat falsifié, des lingots portant des (faux) numéros d’avant-guerre, des lingots avec ou sans bulletin de livraison anciens collés qui portent à leur tour de fausses dates, tout cela s’est produit. Qui dès lors pouvait s’y reconnaître?
Un petit rappel s'impose ! Les deux tiers de l'encaisse/or belge, confié à la Banque de France pour être mis à l'abri aux Etats-Unis, fut "dérouté" - L'or belge et le "Victor Schoelcher" - ou encore - La saga de l'or belge

Les lingots d'or, d'abord entreposés dans les coffres de la Reichsbank, furent refondus sur ordre de Hermann Göring avant d'être livré à la Suisse. Et pour lever tout soupçon sur leur provenance, les lingots furent estampillés aux années 1936 et 1937 avec le poinçon de la Reichsbank (plus précisément le poinçon de la Staatsmünze de Prusse).

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 1116 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur L'économie suisse entre l'Axe et les Alliés 1939-1945

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes