Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Edition du 09 mars 2010 à 11h29

Silences meurtriers - Survivre - Tous coupables ? / Marc-André Charguéraud

En réponse à
-1L'amiral Horty et la Solution finale de Francis Deleu

Les Juifs de Hongrie en 1944 : des "bouches inutiles"... et des otages de Nicolas Bernard le mardi 09 mars 2010 à 11h26

Merci pour cet excellent article, qui remet bien des pendules à l'heure s'agissant de l'écrasante responsabilité du gouvernement hongrois dans les déportations de 1944.

La politique antisémite du régime hongrois est, somme toute, parfaitement comparable à celle du régime de Vichy, au moins dans les grandes lignes : même antisémitisme originel, même volonté de l'intégrer dans une politique collaboratrice, ce dès 1938, alors que Budapest devient un satellite du Reich, même priorité accordée - et pour les mêmes raisons que Vichy - à l'élimination des Juifs étrangers.

A l'instar de Vichy, Budapest se serait sans doute contenté, à l'encontre des Juifs, d'un apartheid plus poussé que celui pratiqué en Afrique du Sud vis-à-vis des Noirs. Mais comme l'écrivent deux historiens allemands, "tandis que la politique hongroise visait à la discrimination progressive, à l'expropriation, et à moyen terme à la réinstallation forcée, celle des Allemands ambitionnait dans l'immédiat l'expropriation et la déportation dans les camps de travail et les camps d'extermination" (Christian Gerlach & Götz Aly, Das letzte Kapitel, D.V.A., 2002, p. 221). De fait, ce n'est qu'à la suite de la décision allemande, au printemps 1944, de procéder à l'éradication totale des Juifs de Hongrie, que 400.000 d'entre eux vont effectivement subir un tel sort, la plupart étant immédiatement gazés à Auschwitz de mars à juillet 1944. Ces déportations, dirigées par l'élite des planificateurs nazis de la "Solution finale" (conduite par Adolf Eichmann en personne) sont totalement appuyées par l'Etat hongrois. Il y a dès lors bien davantage que de l'indifférence, de la part de Horthy dans la mesure où ce dernier, à l'instar de son cabinet nettement plus collaborationniste que les précédents (mais quasiment imposé par Berlin lors de l'occupation du pays en mars 1944), a nettement favorisé une telle politique.

L'expropriation et la déportation massive des Juifs de Hongrie répond en effet à un contexte particulier, outre l'évident facteur idéologique. L'élimination d'une communauté de plus de 700.000 âmes est censée permettre la redistribution de ses "richesses" au sein des populations allemande et hongroise, bref de mieux fidéliser l'opinion publique de ces différents pays à l'heure des défaites. On peut supposer que Hitler vise deux autres objectifs : impliquer l'un de ses alliés dans sa politique de meurtre de masse pour réduire sa marge de manoeuvre quant à ses entreprises de paix séparée, et se servir de ces 700.000 Juifs comme des otages pour négocier avec les Occidentaux, du moins fissurer l'alliance Est-Ouest. C'est ce qui explique sans doute pourquoi, alors que les Juifs de Hongrie partent massivement pour les chambres à gaz de Birkenau, Eichmann approche en avril 1944 des agents sionistes pour tenter de conclure un marché avec les Alliés ("un million de Juifs contre 10.000 camions"), une telle initiative n'ayant certainement pas été décidée par ce seul hiérarque nazi, d'ailleurs bien plus enthousiaste à l'idée de massacrer les Juifs du pays.

Cependant, en juillet 1944, Horthy réalise que la guerre tourne au plus mal chez les forces de l'Axe. Les Alliés viennent de débarquer en Normandie, les Soviétiques sont en train d'anéantir la Heeresgruppe Mitte en Biélorussie, Budapest est bombardé, les Anglo-Saxons lui font grief de sa collaboration aux déportations. De fait, il suspend l'exécution de la "Solution finale". Et Berlin n'insiste pas, se bornant à quelques réprimandes verbales. Or, sans l'appui hongrois, pas question d'organiser les convois de déportés déjà programmés, lesquels intéressent la dernière zone épargnée, la capitale elle-même.

L'inaction allemande ne saurait surprendre. Comme en France, le Reich n'a pas les moyens de prendre en charge lui-même les rafles et les déportations. Militairement, il n'a pas davantage les moyens d'imposer ses vues à Horthy, tous les renforts étant expédiés en Normandie, en Biélorussie et en Italie. Berlin ne cherche pas non plus à opérer un coup d'Etat qui serait mal vu des Bulgares et des Roumains, et accentuerait leur désir de quitter le navire, ce qui mettrait les forces allemandes en difficulté dans les Balkans - en octobre 1944, en revanche, après les défections balkaniques et la stabilisation du front, les nazis vont promptement "liquider" le gouvernement hongrois.

A dire vrai, cette "pause" est susceptible de servir les intérêts du Führer. En effet, la suspension des déportations ne peut que renforcer la crédibilité de l'offre d'Eichmann formulée en avril 1944 consistant à offrir du sang contre des véhicules : l'extrême rapidité des meurtres de Juifs de Hongrie est censée montrer que si le sort des survivants reste en suspens, les Alliés ne peuvent se permettre de gagner du temps, et qu'il leur faut répondre vite sans quoi ils se rendront "complices" du génocide. En ce sens, même en 1944, Hitler se sert de la "Solution finale" pour diviser ses adversaires et obtenir un accord de dernière minute avec les Occidentaux. Sans succès, au demeurant.

*** / ***

lue 2104 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Horthy et les pressions diplomatiques de Francis Deleu 09 mars 2010 14h18
2 Les sources de l'antisémitisme en Hongrie de ALEXDEROME 26 mars 2010 22h50

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Silences meurtriers - Survivre - Tous coupables ?

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes