Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


Le site "Free French"
 
 
 
 Modérateur du livre
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

Freefrench / Jacques Ghémard

En réponse à -2
-1Missoffe à Casablanca la nuit du 7 au 8 novembre 1942 de Francis Deleu

Missoffe, le 11 novembre 1942 de Francis Deleu le mercredi 19 août 2009 à 16h54

Bonjour,

L'avion conduisant au Maroc le commandant Dorange, porteur des instructions de Darlan et de l'ordre de "cessez le feu", se posa à Rabat le 11 novembre au petit matin. Noguès s'y trouvait et comprit - enfin - qu'il avait "misé sur le mauvais cheval".
Pendant ce temps à Casablanca :
En attendant son retour [Noguès ndlr], les chefs navals français et américains réunis à Casablanca décidèrent une rencontre entre Hewitt et Michelier à Fedala à 10 heures. Missoffe y assista. Les adversaires se tendirent amicalement la main et se dirent réciproquement : "Vous aviez vos ordres et j'avais les miens, maintenant nous collaborerons".
(Albert Kammerer, Du débarquement africain au meurtre de Darlan, p. 455)
Quelques heures plus tard et autres péripéties, s'engagent les négociations de Fedala.
Pendant que se déroulaient les négociations de Fedala, l'amiral Missoffe rentré de Casablanca, y recevait la visite du général Wilson, commandant les troupes de terre américaines, qui venait, au milieu d'un essaim de jeunes officiers bien intentionnés en tenue un peu cow-boy, lui demander de visiter le port et les installations. Missoffe le reçut plein de bonne volonté et lui fit remarquer que, si l'on avait décider à faciliter de toutes manières sa tâche et collaborer, il ne devait pas oublier que l'on était dans un port français. Il obtiendrait tout en le demandant, mais ne serait pas admis à se servir lui-même. L'Américain le comprit parfaitement. Ainsi commença la collaboration franco-américaine, rapidement intime et cordiale. Quelques officiers de marine, cependant, se souvenant du sans versé, gardèrent leur main derrière le dos. On leur fit comprendre leur erreur.Personne ne fit plus d'efforts pour rétablir l'harmonie que l'amiral Michelier, qui sut se faire apprécier tout particulièrement des Américains et reçut d'eux de grands témoignages de reconnaissance.
(Albert Kammerer, Du débarquement africain au meurtre de Darlan, pp. 458/459)
Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 533 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Freefrench

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes