Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

Alias Caracalla / Daniel Cordier

En réponse à -4 -3 -2
-1Qui était Charles Porte de Francis Deleu

Le dossier Charles Porte de Francis Deleu le dimanche 21 juin 2009 à 12h50

Bonjour,

- 21 novembre 1944 - premier examen de la Commission d'épuration du ministère de l'Intérieur.
Il est reproché à Charles Porte un "grande activité dans le répression des menées patriotiques". La CE note cependant qu'il "a changé d'attitude et qu'il est actuellement déporté". La CE réserve son avis.
Notons que le dossier s'est alourdi de deux affaires qui, après enquête, se sont avérées de pure vengeance : dans la première cas, il s'agissait d'un militant communiste qui avait eu maille à partir avec Porte pour divers trafics et délits de droit commun; dans le second cas, il s'agissait de deux policiers placés sous les ordres de Porte qui avaient été sanctionnés pour des raisons professionnelles.

- 24 mars 1945 - deuxième examen du dossier.
Charles Porte est reconnu responsable d'une "arrestation de cellule communiste, mais arrêté, et déporté en Allemagne", la CE propose une "réintégration provisoire".

- 20 juin 1945 : un mandat d'arrêt est décerné contre Porte par le juge d'instruction de Chartres.

- 1 mars 1946 - troisième examen.
La CE commence à distinguer les différents aspects de l'affaire et propose au ministre de l'Intérieur la "confirmation de Porte dans son poste et son grade".
Le ministre réserve sa décision car entretemps les adversaires de Porte ont obtenu du juge d'instruction de Chartres l'ouverture d'une instruction (20 juin 45).

- 30 juillet 1946 - quatrième examen.
Une Commission consultative restreinte prend note de l'instruction en cours, de la responsabilité de Porte dans l'arrestation des auteurs d'un attentat qui ont été fusillés, mais note également ses nombreux et authentiques services dans la Résistance, son arrestation et sa déportation. En conséquence, la Commission propose la retraite d'office.

- 15 octobre 1946.
Le ministre de l'Intérieur, considérant que Porte est révoqué depuis 1943 et qu'il ne peut prendre de décision tant que Porte sera défaillant devant la Justice, décide de surseoir à toute décision.

- 30 septembre 1949
Une ordonnance de classement du dossier est rendue en justice. Charles Porte - qui vit toujours dans la clandestinité et qui évite de répondre aux convocations du juge d'instruction et de la CE - ne l'apprend qu'en février 1951. Il sollicite alors sa réintégration dans les services de police.

- 16 février 1951.
A la suite d'un recours de Porte, l'IGS fait parvenir le mémoire et propose sa réintégration.
Extrait du plaidoyer de l'inspecteur général:
Porte a été un très brillant résistant, collaborateur direct de Jean Moulin (...) déporté après avoir supporté les pires tourments (...) Malheureusement, il paraît avoir suscité le mécontentement de certains de ses anciens camarades de combat dont il n'a pas suivi l'évolution politique et qui soulevèrent contre lui des poursuites motivées par une opération de police à laquelle il avait participé quand il était commissaire de police à Chartres. Il fut inculpé d'intelligence avec l'ennemi et affirme par ailleurs que sa vie a été gravement menacée. (...) Je n'hésite pas à appeler votre bienveillante attention sur le cas de cet ancien fonctionnaire de la Sûreté nationale qui a eu une conduite brillante dans la Résistance, qui a été arrêté, déporté pour sa lutte clandestine et qui a subi toutes les avanies pendant que ses camarades voyaient récompenser leurs mérites (...) Je crois qu'au vu du dossier, M. Porte doit être réintégré sans plus tarder et que sa situation administrative doit être examinée avec une particulière bienveillance par la commission de reclassement.
- 14 mars 1951.
La Commission consultative restreinte propose au ministre la réintégration de Charles Porte.

- 15 juin 1951.
La réintégration est prononcée par arrêté avec application à la date du 1 juillet 1951.

.... ou les aléas, les embûches et les ambigüités d'une épuration mal maîtrisée.

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 2261 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 lire le livre sur charles porte de lamarc caulincourt 31 juil. 2015 11h13
2 Charles Porte, le flic de Jean Moulin de Francis Deleu 31 juil. 2015 16h22

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Alias Caracalla

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes