Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


1900 / 2000 : un siècle de guerre terrestre : analyse, documents et témoignages
 
 
 
 Modérateur du livre
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Ligne de Front / Y. Kadari, V. Bernard (et alii)

 

Hors-serie n° 6 : ROMMEL, vie et mort d'un maréchal de Francis Deleu le dimanche 15 mars 2009 à 20h24

Un hors série entièrement de la main de Dominique Lormier

Au sommaire :

+ 1891-1918 - De la vocation militaire à l'épreuve de la guerre
À trois ans, Erwin Rommel est un enfant frêle, pâle et délicat. Sa sœur l’a surnommé « l’ours blanc » à cause de la pâleur de son teint et de la blondeur de ses cheveux. La vie est fort douce à Heindenheim et les enfants Rommel sont heureux d’y vivre. Ils passent leurs journées à courir librement dans le jardin ou à se promener dans les vieilles rues de la cité. Erwin se montre gentil et docile. Petit pour son âge, il parle lentement et toujours après avoir réfléchi. Son père lui enseigne l’amour de la nature grâce à des balades en forêt...
+ 1918-1939 - De la défaite à la campagne de Pologne
En janvier 1918, à sa grande déception, Rommel est affecté à l’état-major de l’Armée sur le front français. Le commandement estime qu’un officier de sa valeur sera utile à ce poste, lequel exige des hommes ayant une solide expérience du combat, afin de préparer le mieux possible les opérations futures. Depuis la défection de la Russie, l’Armée allemande peut engager presque toutes ses forces à l’Ouest. Le vieux maréchal Paul von Hindenburg et le général Erich von Ludendorff veulent régler le sort de la France avant l’arrivée massive des troupes américaines. Au début de l’année 1918, l’Armée allemande compte 152 divisions sur le front ouest contre 170 alliées. La fin de la guerre à l’Est permet de libérer une quarantaine de divisions. Cette supériorité inespérée pousse l’Allemagne à l’offensive à outrance. Les méthodes d’attaque de Rommel ont retenu l’attention du haut commandement. Des troupes d’assaut, les stroßtruppen, sont formés au sein des divisions d’infanterie, sur le modèle du bataillon du Wurtemberg.
+ 1940 - « Blitzkrieg » en France
En février 1940, Rommel prend le commandement de la 7. Panzer-Division, l’une des quatre divisions blindées formées à partir des Leichten-Divisionen (division légères) de la campagne de Pologne. C’est à Godesberg-am-Rhein, où sa nouvelle unité est positionnée, qu’il vient prendre la suite du général Stumme. C’est en menant cette division au combat à travers les Ardennes et lors de la campagne de France qu’Erwin Rommel va faire son entrée dans la « légende » des troupes blindées.
+ 1941 - Tobrouk, le « Renard du Désert »
L’entrée en guerre de Mussolini, le 10 juin 1940, contre la France et la Grande-Bretagne ouvre un nouveau théâtre d’opérations en Méditerranée. Le maréchal Rodolfo Graziani prend le commandement des troupes italiennes en Libye durant l’été, suite à la mort accidentelle du maréchal Italo Balbo, le 26 juin. Pressé par Mussolini, il lance le 11 septembre une offensive contre l’Égypte qui s’essouffle rapidement du fait des limites matérielles de son armée. Les 80 000 soldats italiens, participant aux opérations, ne sont appuyés que par 120 chars légers de médiocre qualité, alors que les 36 000 Britanniques peuvent compter sur 220 chars. « Toutefois, écrit le chercheur en Histoire David Zambon, nous gardons une fausse image de ce début de campagne africaine. En réalité, l’action menée par Graziani fut parfaitement coordonnée. La maîtrise du ciel joua alors un grand rôle et bien que les Anglais n’eussent que peu de fois accepté le combat, les gains territoriaux furent non négligeables pour des pertes minimes et seulement quelques jours de combat. » Après une progression de 120 kilomètres, les Italiens s’emparent de Sidi Barrani. Ils s’y fortifient en attendant des renforts, notamment en chars.
+ 1942 - Bir Hakeim, le riomphe « volé »
Mai 1942, l’Axe lance la gigantesque offensive qui doit lui donner la victoire. Hitler trace lui-même le plan grandiose qui prévoit à terme la prise de Moscou et l’entrée à Bakou, tandis qu’en Afrique du Nord son objectif est la mainmise sur le canal de Suez. Vainqueurs du Caucase et soldats de l’Afrika-Korps ont rendez-vous au Proche-Orient. Le Führer prescrit au maréchal von Bock et au général Rommel de surtout rechercher la destruction des forces adverses. Si une défense élastique permet aux soldats soviétiques de se rétablir sur la Volga et de briser le rêve allemand à Stalingrad, en revanche, la défense rigide de la 8th Army britannique fait le jeu de Rommel. « Il fallut, écrit le général Saint-Hillier, qu’un grain de sable enrayât l’avance italo-allemande qui n’atteignit El-Alamein qu’après l’arrivée des divisions britanniques fraîches : le grain de sable s’appelait Bir Hakeim. »
+ 1942-1943 - El-Alamein : Tunisie, les adieux africains
Le 20 juin 1942, les forces italo-allemandes se trouvent de nouveau aux portes de Tobrouk. Sans avoir attendu des renforts, Rommel décide d’investir la forteresse, alors défendue par 35 000 hommes, appartenant à la 2nd South-African Division, à la 29th Indian Brigade, à la 201st Guards Brigade ainsi qu’à la 32nd Army Tank Brigade. Rommel a confié le déroulement de l’opération à un brillant et distingué général italien, Enea Navarrini. La division blindée italienne « Littorio » du général Bitossi, nouvelle venue en Afrique, les divisions « Ariete » et « Trieste » et la 15. Panzer-Division – soit moins de 30 000 soldats, dont 20 000 italiens – s’élancent à l’assaut, à l’aube du 20, contre les positions fortifiées de Tobrouk. Malgré l’équilibre des forces, la résistance britannique s’effondre en quelques heures. Le lendemain même, à 9h40, le plus jeune général du Commonwealth (il n’a que 40 ans), Hendrik Klopper, se rend avec l’ensemble de la garnison. Les vainqueurs capturent 33 000 hommes, 2 000 véhicules en état de marche, 2 000 tonnes d’essence ainsi que 5 000 tonnes de vivres.
+ 1943-1944 - La chute d'un maréchal
Après avoir revu son fils Manfred et se femme en mars 1943, Rommel se rend en avril à l’hôpital de Semmering, où il doit suivre un long traitement. Outre la fatigue, il souffre de divers troubles abdominaux, circulatoires et aussi de rhumatismes. La défaite prévisible d’Afrique est un terrible coup pour lui. Il ne peut accepter le fait que ses soldats soient sacrifiés inutilement en Tunisie.

*** / ***

lue 2311 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 mise au point de d.zambon 15 mars 2009 20h47
2 Historien or not ... de Francis Deleu 16 mars 2009 10h46
3 ah le vocabulaire ! de françois delpla 16 mars 2009 11h10
4 Oui indubitablement de 13emeDBLE 16 mars 2009 13h15
5 euhhhh.. de d.zambon 16 mars 2009 14h46
3 et.... de d.zambon 16 mars 2009 14h41
1 Encore un "Bir Hakeim" de Laurent Laloup 16 mars 2009 11h33
2 Le Bir Hakeim de Lormier de Laurent Laloup 17 mars 2009 18h50
1 à feuilleter librement de Francis Deleu 14 avril 2009 13h50

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Ligne de Front

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.02 s  5 requêtes