Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

Les Grandes Batailles (coffret 5 DVD) / Jean-Louis Guillaud, Henri de Turenne et Daniel Costelle

En réponse à -2
-1De délégations de pouvoir en délégations de pouvoir au GQG de Serge Desbois

La voie hiérarchique de Francis Deleu le samedi 06 août 2005 à 18h49

Bonsoir,

Les débats sur les carences réelles ou supposées de l'armée française en 1940 sont tout simplement passionnants. Ces débats, au fil des mois, rebondissent d'un livre à l'autre et lorsqu'ils sont animés avec courtoisie par des contributeurs de qualité, aux opinions contradictoires, le lecteur attentif ne peut que se réjouir. "De la discussion jaillit la lumière" remarquait très justement l'un de ces contributeurs.

En rassemblant l'ensemble de ces contributions (merci au webslave - le moteur de recherche est capable de toutes les prouesses), j'ai retrouvé une contribution de Serge à propos des délégations de pouvoirs et de la chaîne de commandement. J'y ajoute mon grain de seul en relatant un épisode vécu par Marc Bloch dans "L'étrange défaite".
Versé au 4e Bureau chargé de la circulation, de la main d'oeuvre et du ravitaillement de la 1e Armée, Marc Bloch s'occupait plus particulièrement du "Parc d'Essence".
Pour ravitailler les unités en carburant, il fallait faire preuve d'un stoïcisme à toutes épreuves et ... fort heureusement d'un esprit de débrouillardise faisant fi des règlements. Ainsi le "Parc d'Essence" ne dépendait du commandant de l'armée que par l'intermédiaire du général commandant l'artillerie, représenté lui même, au degré inférieur, par le chef d'escadron directeur du service des Munitions et Essence. Le règlement exigeait que tout ordre, de l'armée au parc, passât, avant d'atteindre son but, par la voie hiérarchique soit par ces deux autorités superposées. Bien entendu les documents devaient être établis selon des règles bureaucratiques bien précises. Le document était ensuite remis au service "Courrier" chargé de l'acheminer vers les divers destinataires.... souvent introuvables dans le feu du combat. En outre, ajoute Marc Bloch, le service "Courrier" ne disposait que d'un nombre insuffisant de véhicules automobiles et surtout d'aucune motocyclette. Bien souvent, c'était en vélo que se déplaçaient les estafettes. Au retour, il n'était pas rare que les soldats allemands occupaient les lieux.

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 591 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Déplacement de contribution de Francis Deleu 07 août 2005 07h57

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Les Grandes Batailles (coffret 5 DVD)

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes