Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

La Chute / Der Untergang / Oliver Hirschbiegel

 

Une "victimisation du peuple allemand" ? de René CLAUDE le mardi 15 février 2005 à 13h28

Bonjour,

Pour Arte et Libération, Gérard Lefort suit la 55e Berlinale (les "Ours" du cinéma).

A la fin de La Chute, la (vraie) secrétaire d'Hitler, décédée en 2002, parle de la résistante Sophie Scholl, née la même année qu'elle.
Dans son rapport du Festival de Berlin pour Libération, Gérard Lefort fait un très rapide compte-rendu d'un film consacré à l'animatrice du réseau antinazi la Rose blanche :

Une tout autre façon d'empoigner la sale histoire du genre humain est apparue avec Sophie Scholl, le très attendu film allemand de Marc Rothemund, censé retracer les dernières heures d'une jeune résistante antinazie qui, membre du groupe clandestin la Rose blanche, fut arrêtée par la Gestapo au printemps 1943, prestement condamnée à mort en compagnie de son frère Hans, et exécutée. Il a déjà été écrit dans quelques journaux allemands que ce film n'était "pas assez spectaculaire". Ce reproche serait plutôt la principale qualité de Sophie Scholl, son minimalisme (trois bouts de décor, un rien de figurants) permettant de se concentrer sur le fond de ses idées.

Nazis malgré eux ? Il est toujours bon de rappeler que tous les Allemands ne furent pas nazis, et qu'une poignée d'entre eux, généralement pour des motifs religieux, furent des citoyens libres au risque de leur vie. Mais certaines scènes, et notamment un dialogue entre Sophie Scholl et son tourmenteur de la Gestapo, nous embarquent vers une ambiguïté où il est dit du bout des lèvres - mais dit quand même - que cette ordure pourrait peut-être se rendre aux arguments démocrates de la jeune fille. Quelques mois après l'énorme succès de la Chute, qui tendait à faire de Hitler un attendrissant vieillard, l'étrange entreprise de victimisation du peuple allemand (des nazis malgré eux ?) semble poursuivre son cours.


Il semble que Gérard Lefort ait détesté la Chute pour des raisons qui font que certains des intervenants de Livres de Guerre l'ont apprécié. (Un Hitler trop humain selon le critique; justement "hominisé" selon les défenseurs du film ici.)
Je ne vois pas ce qui, dans la direction d'acteur et/ou dans les cadrages retenus par le réalisateur, a pu lui faire percevoir le Hitler de la Chute en "attendrissant vieillard"... Quant à la "victimisation" du peuple allemand, si les commémorations du bombardement de Dresde ont malheureusement servi de prétexte à l'extrême droite allemande et aux réviso-négationnistes pour tenter de relancer leurs thèse, dans le film d'Hirschbiegel, je n'ai pas senti de tentative de disculper le peuple allemand de sa responsabilité dans l'avènement du nazisme.

Votre avis ?

Cordialement,

RC

*** / ***

lue 551 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 L'Allemagne et son passé de Claire 15 févr. 2005 15h38

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur La Chute / Der Untergang

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes