Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

La Chute de Berlin / Antony BEEVOR (trad. de l'anglais par Jean Bourdier)

En réponse à -3 -2
-1Une réalité militaire et politique de René CLAUDE

Fantasmes diplomatiques de Nicolas Bernard le jeudi 28 octobre 2004 à 01h42

> En avril 45, une information mettait peu de temps à
> parvenir aux différents centres de décision et
> commandement dans l'Allemagne nazie - ou ce qui en restait
> - et chez les alliés. Schellenberg avait organisé à
> travers toute l'Europe occupée et chez les neutres un
> résau d'informateurs-relais très serré. Même si à cette
> date la superficie du III Reich se réduisait de jour en
> jour, une info - une fuite organisée - du bunker d'Hitler
> pouvait parvenir en quelques heures chez les chefs alliés.

Tout à fait d'accord, d'autant que le service de presse de la Chancellerie fonctionne encore.


> La remarque de Damien Dussart mais de toute facon pour
> imaginer des stratagèmes de ce niveau il faut être
> déconnecté de la réalité ! est juste. Si on peut bien sûr
> croire Hitler capable de cette ultime mise en scène, la
> connaissance de réalité de la situation militaire et
> politique de l'Allemagne en avril 1945 s'oppose à toute
> éventualité d'une paix séparée ou d'un renversement
> d'alliance. Churchill et Roosevelt l'avaient dit et répété
> : l'unique solution pour le Reich était dans une
> capitulation sans condition.

En effet. Mais il est connu que le désespoir abolit tout rationalisme - voir la défaite française de 1940, qui comprend son lot de comportements et d'espoirs ahurissants jusqu'à et au delà de l'armistice. Quantité d'Allemands, y compris parmi les plus haut placés, espéraient qu'un miracle quelconque se produirait. On connaît l'impact qu'aura la mort de Roosevelt sur certains hiérarques nazis...


> Schellenberg et d'autres gangsters intellectuels du NSDAP
> avaint pris leurs dispositions grâce à leurs réseaux avec
> des représentants alliés pour négocier leur "sortie".

Certes. Mais il semble bien que leurs initiatives ne soient pas passées inaperçues dans leur propre camp... Wolff, par exemple, négocie en Italie avec l'accord de Hitler (au moins depuis le 18 avril 1945).

*** / ***

lue 557 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Gœbbels et les soviétiques de René CLAUDE 18 déc. 2004 16h19
2 Le jour de la Fête du Travail de Nicolas Bernard 19 déc. 2004 01h45

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur La Chute de Berlin

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes