Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Rudolf Hess - Pierre Servent
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Barbarossa - Allemagne nazie
-

Nom de code de l'attaque allemande lancée contre l'URSS le 22 juin 1941.

-

Le webslave après un repas de spaghetti ?


NSDAP - Nationalsozialistische Deutsche Arbeitspartei - Allemagne nazie
-

Parti national-socialiste des travailleurs allemands c'est-à-dire le parti nazi.
Le NSDAP voit le jour en 1920 et succède au DAP (Parti ouvrier allemand) fondé en 1919 par Anton Drexler. Le NSDAP peine à s'imposer. La crise économique de 1929 lui attire un nombre considérable d'électeurs séduit par le discours de son chef, Adolf Hitler. Aux élections de 1932, le NSDAP devient le premier parti allemand... avant de devenir le parti unique du IIIe Reich après l'interdiction des autres formations politiques en 1933.
(Voir aussi "Partis politiques en Allemagne").

Dans ce texte :

A refaire ! de françois delpla le samedi 25 avril 2020 à 18h30

En septembre 2019, Pierre Servent a signé le premier livre en français sur Rudolf Hess. Se présentant comme une biographie, il est au contraire centré sur un bref épisode, le vol du sujet vers l’Ecosse dans la soirée du 10 mai 1941. Il s’agit de démontrer que le plus ancien ami et complice de Hitler a, pour une fois, agi dans son dos, en voulant lui faire une agréable surprise. Le récit de sa vie antérieure comme celui de sa captivité postérieure sont censés étayer, d’une façon ou d’une autre, la démonstration.

Tout d’abord, leur complicité est fortement relativisée, au profit de l’attitude “dévote” qu’aurait manifestée le disciple dès la première rencontre. Ainsi, Servent omet deux épisodes où Hitler et Hess s’entendent comme larrons en foire :

-l’affaire du coffre scellé par la police lors d’une saisie en l’absence du chef au siège du NSDAP, habilement vidé dans la nuit par Hess et permettant d’humilier ladite police lorsque Hitler, de retour avec la clé, se défoule copieusement contre les pandores avant d’ouvrir la porte et de jouir de leur mine (un épisode raconté dans les Propos , le 5 février 1942, à un moment, pourtant, où Hitler manifeste par ailleurs, neuf mois après le vol, un mépris intact pour le fugitif).

-le piège tendu à Leni Riefenstahl pour éprouver sa discrétion en marge d’un congrès de Nuremberg .

Ce Hess est bourré de problèmes psychologiques… comme les tenants de la thèse d’un vol entrepris à l’insu de Hitler n’ont cessé de l’affirmer… depuis ce vol, mais jamais avant !

C’est à la fois un type honnête, et un faible complètement soumis à la volonté, et impuissant devant la brutalité, de son idole. En sorte que la question de savoir si, resté en Allemagne, il se serait opposé à la Shoah, comme le prétendait son épouse Ilse, “reste ouverte”.

Le livre se prévaut, sans excès de modestie, de faire, contre les mythes et les fake news, usage d’ “une dose énorme de bon sens” (p. 419).

Chose curieuse, l’auteur pourfend au passage quelques mythes en s’appuyant sur des travaux récents, par exemple l’idée que Hess aurait co-écrit Mein Kampf, ou encore la loyauté envers Churchill de Halifax, ici campé comme un intrigant anti-churchillien dans la foulée du film (et du livre) Darkest Hour. Mais il a l’actualisation sélective !

On reproche parfois à ceux qui accordent une certaine force explicative à la personnalité de Hitler de faire une “histoire psychologisante”. Que dire alors de celle-là !

A présent, il reste un an pour que le 80ème anniversaire du vol de Hess mette en pleine lumière

* les talents de comédiens des deux hommes;

* la constance du triple choix de Hitler envers les autres puissances européennes (écrasement militaire de la France, colonisation du territoire soviétique, pacte raciste avec la Grande-Bretagne);

* le réalisme, mâtiné de providentialisme, de Hitler, qui sait fort bien que l’opération Barbarossa est mortellement risquée et sacrifie son bras droit, dans une opération plus risquée encore, pour tenter à toute force d’éviter une guerre sur deux fronts;

* le rôle fondamental de Churchill pour faire échouer cette manoeuvre et pour l’obliger à prendre ce risque;

* le ressort profond de l’obéissance des Allemands à ce régime, combinant patriotisme et résignation;

* la nécessité scientifique absolue de lire les déclarations nazies en traquant les manipulations, les doubles sens et les doubles-fonds.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.07 s  3 requêtes