Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Pétain - Trahison ou sacrifice ? - Michel Boisbouvier
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Bastien (Lydie)
-

Maîtresse de René Hardy.


Champion (Lucien) - Belgique
-

Général Major e.r. des Chasseurs Ardennais. Auteur du livre "1940 - La Guerre du sanglier".


Gaulle (Charles de) - CDG - France libre
-

A hissé le grade de Connétable bien au dessus de celui de Maréchal, fut il de France.
Le site officiel


Gaulliste - France libre
-

Appellation péjorative des Français Libres
Jamais les Français Libres ne se dénommaient ainsi en parlant d'eux. Cette expression est une "invention de la propagande Allemande" écrit le général de Gaulle "qui tend à nous confondre avec ces anciens partis politiques qui portaient le nom de leurs chefs, "doriotistes ou "paul-fauristes" d'avant guerre." (dans "La 1ère DFL" du général Yves Gras)
JGh


Indochine
-

Nom donné à l'ensemble colonial français à la péninsule qui comprenait les trois ky (provinces) viêtnamiens: la Cochinchine (au sud), l'Annam (au centre) et le Tonkin (au nord) ainsi que le Cambodge et le Laos.

-

Le terme "Indochine" apparaît pour la premiere fois vers 1813 et regroupe le Tonkin, l'Annam, la Cochinchine, le Laos, le Cambodge.
Le terme s'écrit de trois façons: Indo Chine, Indo-chine ou Indochine. Le terme n'existe plus après le départ des Francais.


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)

Dans ce texte :

2020, année propice de françois delpla le dimanche 05 avril 2020 à 15h51

Michel Boisbouvier, né en 1935, nous a quittés, ainsi que ce monde, le 17 septembre 2014. Son livre ici déposé était une compilation de lieux communs pétainistes. Il était particulièrement impressionné, comme les gens de 1940, par le vrombissement des Stukas, et peut-être aussi par une propagande hostile au Front populaire qui l'accusait d'avoir désarmé la France, surtout du point de vue aérien. Au point de croire que le Reich aurait pu écraser par la voie des airs, dans la deuxième quinzaine de juin 1940, à peu près tout en Europe ou en Méditerranée occidentales, ce qui aurait fait de la signature d'un armistice un geste élémentaire d'assistance à personnes en danger.

Le présent débat, qui avait permis à Boisbouvier de détailler cette idée en rencontrant un scepticisme érudit, trouve en votre personne, Bastien Chastel, un nouveau champion de cette cause mais, plus encore qu'un pétainiste, un antigaulliste viscéral, curieusement amputé de toute cohérence idéologique puisque vous trouvez le moyen de reprocher à la fois au Général de s'être obstiné en Indochine et couché en Algérie. Il serait par ailleurs pendable d'avoir eu quelques ministres communistes, alors qu'en Indochine c'est avec un pouvoir communiste que vous lui reprochez de ne pas s'être entendu.

Sur un forum d'histoire, on met sur le gril les légendes noires comme les légendes roses et on essaye modestement de les remplacer par des approches plus rigoureuses. Vous êtes porteur d'une forme carabinée du premier type. Savez-vous qu'il existe aussi une légende rose du Général, tout aussi digne d'être combattue ?

Si on se place d'un point de vue moral, Pétain a une excuse et une seule, mais de taille, pour avoir livré la France à un terrible ennemi alors que les moyens de résistance n'étaient pas épuisés : le désespoir qui avait saisi, hors d'Allemagne, toute la planète devant l'écroulement de l'armée française. De Gaulle et Churchill étaient parmi les rares personnes de rang ministériel, où que ce fût dans le monde, à ne pas le partager et là-dessus vous pouvez leur reprocher avec tous les noms d'oiseaux que vous voulez d'avoir été de grands menteurs. Pendant la guerre, ils avaient raison, puisque ce dérèglement porte nécessairement en lui la censure et le mensonge : ils rusaient en prétendant tous deux qu'à l'été de 1940 la résistance armée à Hitler allait de soi et que quiconque pensait autrement était un traître doublé d'un crétin. Dame, quand on prétend mobiliser des hommes en leur faisant exposer leur vie on ne va pas commencer par leur dire que l'ennemi a le match en main !

Le désespoir de 1940 était mauvais conseiller, Hitler pouvait être vaincu et d'ailleurs il l'a été... et du coup, après coup, tout le monde croyait à la victoire anglaise... même Pétain, surtout Pétain ! La France avait juste besoin de souffler, et Pétain souhaitait tout bas bonne chance aux Anglais.

Eh bien non. Il était même pressé de voir l'Angleterre au tapis. Mais de Gaulle et Churchill eux-mêmes, y croyaient-ils vraiment alors, au tout début, fin juin-début juillet 40, à la victoire finale ? Ils ont été pour le moins traversés par l'idée que, quitte à mourir, il vaut mieux mourir debout, et en tout cas mûs par la pensée que tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir. Qu'il ne faut pas se rendre avant d'avoir épuisé les moyens de combattre.

Les mensonges, les vrais, ceux qui n'étaient plus une ruse de guerre, ont commencé ensuite, quand ils ont raconté les événements, notamment dans leurs mémoires. Car si la guerre impose le mensonge, la paix n'est pas toujours synonyme de transparence et notamment, pour gouverner, il faut rassembler des coalitions hétéroclites. Tous deux chassés rapidement du pouvoir, de Gaulle et Churchill voulaient y revenir et cela passait, aussi, par quelques accommodements avec la vérité sur 1940. Churchill avait besoin de conserver la présidence du parti conservateur et, pour cela, de taire charitablement le fait qu'un homme comme Butler, très influent dans le parti et, en pratique, son dirigeant au nom de Churchill, avait été en 1940, avec Halifax, l'un des plus acharnés à rechercher sa chute pour pactiser avec Hitler. Côté gaulliste, c'était plus subtil : le Général devait à la fois jouer sur la solitude héroïque de "l'homme du 18 juin" et récupérer, pour fonder son RPF, les gros bataillons du pétainisme en prétendant que seuls les chefs avaient failli. Il ne pouvait pas non plus dire , le premier, la vérité sur les déchirures de l'Angleterre qui l'avait accueilli et était obligé de cautionner la légende d'un île unanimement dressée contre Hitler.

Nous sommes dans une année d'anniversaire décennal, et aussi dans une crise mondiale qui ravive un certain nombre de souvenirs. Soyez donc le bienvenu si, délaissant quelques préjugés, vous contribuez à faire en sorte que les enjeux de 1940 soient mieux éclairés.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.11 s  3 requêtes