Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


www.delpla.org, le site de l'historien François Delpla
 
 
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Site personnel de F. Delpla, Historien 1939-45 - François Delpla
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Führer - Allemagne nazie
-

Chef suprême, guide et conducteur de la nation.
Le titre fut adopté officiellement par Hitler en août 1934. Le Führer incarne la nation et le peuple et concentre tous les pouvoirs entre ses mains. Le Führerprinzip fonde le régime nazi: "Hitler ist das Gezetz" (Hitler est la loi).


Nuit de Cristal - Allemagne nazie
-

Dans la nuit du 9 au 10 novembre 1938, le point culminant d'une première vague de persécutions des Juifs fut atteint avec le grand pogrom organisé sur tout le territoire du Reich allemand, au lendemain de la tentative d'assassinat de l'ambassadeur allemand à Paris par un jeune juif souhaitant attirer l'attention sur le sort des réfugiés.
"Cristal"? Par référence aux milliers de vitres brisées des établissements tenus par les Juifs.

-

La "Nuit de Cristal" est organisée par les autorités allemandes (Goebbels, Heydrich); 7.500 magasins sont pillés et saccagés; 267 synagogues sont saccagées et incendiées; il y a quelques viols; on estime le nombre des meurtres à un peu plus de 90; il y a 30.000 arrestations et internements (à Dachau, Buchenwald, Sachsenhausen).Les sommes versés par les compagnies d'assurance pour réparer les dommages causés sont confisquées ( 5 millions de mark rien que pour les vitres et vitrines...); la communauté est taxées d'une amende collective d'un milliard de mark.
La "Nuit de Cristal" est bel et bien un pogrom et un pogrom d'état.

-

Je suis d'autant plus d'accord avec cette formulation que, dans mon souvenir, on dit aussi "Staatspogrom", c'est-à-dire précisément "pogrom d'état", pour désigner ce qui est appelé par ailleurs la "Kristallnacht" ou "Reichskristallnacht".
En tout cas, le terme "Novemberpogrom" est couramment employé dans les milieux juifs (et pas uniquement eux).


Seconde Guerre Mondiale - SGM
-

Les anglo-saxons écriront WW2 ou WWII pour World Ware Two. Bon à savoir pour une recherche utile sur le Web.


PS - Poste de secours - France
-

Poste de secours à ne pas confondre avec un parti politique.

Dans ce texte :

Le coup de Prague bientôt octogénaire ! ! de françois delpla le dimanche 10 mars 2019 à 18h47








Lettre d'information n° 128 du site de l'historien du nazisme François Delpla

POUR UN DIGNE ANNIVERSAIRE DE 1939


Chers abonnés,


Les conférences-signatures annoncées ont donné lieu à des mises en ligne :






Par ailleurs, votre site favori d'historien du XXème siècle s'est enrichi d'un nouvel article sur la Shoah de Marc-André Charguéraud . Il porte sur les répercussions internationales de la nuit de Cristal et je l'ai agrémenté de quelques remarques sur le jeu nazi.

Voilà qui m'amène à mon sujet principal, la préparation de la guerre par Hitler et l'anniversaire qui tombe au milieu de ce mois.

De l’avis général, en effet, l’entrée de Hitler à Prague après son entrevue mélodramatique avec le président Hacha, le 15 mars 1939, déclenche le compte à rebours de la Seconde Guerre mondiale : après un délai de réflexion de 48h le député de Birmingham, par ailleurs premier ministre, Neville Chamberlain, annonce en sa bonne ville que cette violation flagrante des accords de Munich, et du traité bilatéral anglo-allemand qui les avait accompagnés, ne restera pas impunie. Le châtiment consiste en une déclaration de guerre du Royaume au Reich... à la prochaine incartade. Celle-ci menaçant de plus en plus clairement de se produire en Pologne, Londres garantit solennellement la sécurité de ce pays le 31 mars suivant. Dès lors, Hitler sait comment il peut déclencher une conflagration européenne, en choisissant son moment.

Le 23 mai, il annonce à ses généraux que ce sera le 1er septembre, QUOI QU’IL ARRIVE, ajoutant :
« Je crains seulement qu’au dernier moment il y ait un cochon qui me propose quelque plan d’arbitrage » (document Nuremberg PS-798).

Il s’étend cependant longuement, ce jour-là et en d’autres occasions, sur l’improbabilité d’une intervention de la France ou de l’Angleterre pour secourir la Pologne. Il convient d’autre part de remarquer que pendant toute cette crise polonaise, en public comme en privé, il affecte d’avoir pour but la récupération de Dantzig et de son “corridor”, et non la conquête de la Pologne entière, en prélude à celle d’un immense “espace vital” aux dépens des Slaves.

Les publications des précédents anniversaires, lors des années en “9”, sont loin d’avoir clarifié ce point, prenant trop souvent les déclarations du Führer au premier degré. En 2009 encore, un livre de Richard Overy (Countdown to War, Londres, Penguin, 2009, tr. fr. 1939 : Demain, la guerre, Paris, Seuil, 2009) jugeait que Hitler, en attaquant le 1er septembre, espérait que Paris comme Londres passeraient l’éponge. C’est lui attribuer bien peu d’intelligence politique et de culture diplomatique.

C’est aussi méconnaître Mein Kampf, ou penser que ce programme de politique, entre autres, extérieure, publié en 1926, n’a rien à voir avec ce qu’il fait, quelques années plus tard, à la tête du gouvernement. Il disait vouloir régler le compte de la France pour “assurer les arrières” de la conquête de l’espace vital, l’acceptation de ces faits par l’Angleterre étant obtenue au nom d’une solidarité “aryenne” dans la domination des peuples “inférieurs”.

Or c’est exactement ce qui se passe, et seule l’arrivée au pouvoir, in extremis, de Churchill ébranle cette belle construction.

Outre l’ouvrage d’Overy, qui prolongeait l’idée reçue que Hitler avait été surpris, déçu et désorienté par la déclaration de guerre anglo-française, l’anniversaire de 2009-2010 avait été dominé par la thèse d’une surprise, en mai-juin 1940, ... de l’Allemagne elle-même, devant sa victoire contre la France ! C’était là l’effet, en particulier, d’une abondance de productions sur “l’étrange victoire allemande” dans les années 1990-2000, dont l’ouvrage le plus influent reste le Blitzkieg-Legende de Karl-Heinz Frieser (1995, traduit en français en 2003 et en anglais en 2005).

Que de brumes à dissiper ! Il faudra sans doute attendre 2029 pour finish the job. Mais avançons-le le plus possible !



PS.- Ce travail est loin de n’avoir qu’un intérêt rétrospectif. Le néo-nazisme et le négationnisme, qui ont le vent en poupe dans différentes parties du monde, se nourrissent de la lecture au premier degré des propos (et propositions) de Hitler, témoins la récente réédition par Vincent Reynouard d’une brochure nazie de 1940 sur son “pacifisme” , par ailleurs en ligne . Décrypter le jeu du dictateur nazi n’est pas seulement un plaisir, mais un devoir.

(L’auteur de la brochure, Friedrich Stieve -1884-1966-, est un cadre méconnu de la Wilhelmstrasse, responsable de sa section culturelle -sic !- pendant tout le Troisième Reich. Il avait été nommé en 1932. Cet écrit, et d’autres du même auteur, offrent un bel exemple d’intelligence satellisée par la folie hitlérienne.)

Ps 2.- Le site comporte un article sur les ruses diplomatiques nazies de 1933 à 1939 .



PS 3.-Si le message s'affiche mal, retrouvez-le ici

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.1 s  3 requêtes