Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Vichy et la Shoah - Alain Michel
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Führer - Allemagne nazie
-

Chef suprême, guide et conducteur de la nation.
Le titre fut adopté officiellement par Hitler en août 1934. Le Führer incarne la nation et le peuple et concentre tous les pouvoirs entre ses mains. Le Führerprinzip fonde le régime nazi: "Hitler ist das Gezetz" (Hitler est la loi).


QG - Quartier Général - Divers
-

Plus petit que Grand Quartier Général... forcément.

Dans ce texte :

Du danger du fétichisme des archives de françois delpla le mercredi 18 mars 2015 à 07h46

Il y a un usage du slogan "j'ai vu les archives, pas vous" qui confine au terrorisme intellectuel et y verse parfois (ne pas zapper ce dernier mot, ni le "un" de "un usage"). Et qui, plus gravement, est le plus sûr chemin vers l'erreur. Tout particulièrement quand on traite d'un espace dominé par Hitler.

Je prendrai pour exemple un propos de table (dont une version anglaise est en ligne ) du 4 juillet 1942, relatif à l'occupation allemande en Bohême-Moravie. Heydrich est mort un mois plus tôt de ses blessures pragoises et a orienté le gouvernement Laval lors d'une longue visite à Paris deux mois auparavant.

On vient d'instruire le Führer, en son QG de Vinnitza, d’une campagne lancée en Tchéquie par le président Hacha (successeur de l’antinazi Bénès en 1938), ordonnant à tous de collaborer avec l’Allemagne sous peine d’être considérés comme des traîtres.

Cette initiative résulte d’un entretien que j’ai eu à la chancellerie avec le président Hacha lors d’une cérémonie à la mémoire de l'Obergruppenführer Heydrich. J’ai fait savoir à Hacha et aux ministres qui l’accompagnaient que nous ne tolérerions plus les atteintes portées aux intérêts du Reich et que nous envisagerions, le cas échéant, de déporter toute la population tchèque. Pour nous, qui avions déjà transféré des millions d’Allemands, cette entreprise ne poserait aucun problème. En entendant cela, Hacha et ses compagnons s’effondrèrent. Après un instant de silence, ils me demandèrent la permission de faire état de cette menace auprès de leurs compatriotes, avec toute la discrétion possible. J'ai accédé à leur désir. En effet, je considère les Tchèques comme des ouvriers habiles et intelligents et je tiens à ce que le calme règne dans le Protectorat, d'autant plus que deux de nos principales usines d'armement y sont installées.
Le fait que le gouvernement du protectorat ait entrepris sa tâche d'une manière qu'on peut considérer comme pro-allemande à 100% peut être attribué, entre autres facteurs, à l'action du ministre d'Etat Meissner. Celui-ci s'est en effet promené après la cérémonie avec les ministres tchèques dans les jardins de la chancellerie et a su les persuader, en réponse à leurs questions inquiètes, que je ne plaisantais pas. Ils l'ont si bien compris que leur politique consistera désormais à purger le pays de toute influence de Bénès. Ils feront même comprendre au peuple tchèque que, dans cette lutte pour la vie, il n'y a plus de place pour les attentistes et pour les tièdes.


J'espère sans en être sûr que, soit dans la période communiste, soit depuis, une plongée dans les archives de Prague a permis d'étudier de près le côté "Hacha" de l'affaire. Mais le côté "Hitler-Meissner" est en tout état de cause plus important... et les "propos de table" une source qui a l'immense défaut d'être confortablement consultable par tout un chacun chez lui depuis les années 1950 mais l'immense avantage d'être plus vierge que bien des archives, un peu comme la lettre volée d'Edgar Poe sur la cheminée du ministre.

Il en va de même de quelques passages sur Vichy qui montrent un guidage tout aussi étroit par Hitler himself et quelques nazis étroitement briefés par lui.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.08 s  3 requêtes