Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

vo nguyen giap - cecil b currey
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Hô Chi Minh - HCM - Indochine

Indochine
-

Nom donné à l'ensemble colonial français à la péninsule qui comprenait les trois ky (provinces) viêtnamiens: la Cochinchine (au sud), l'Annam (au centre) et le Tonkin (au nord) ainsi que le Cambodge et le Laos.

-

Le terme "Indochine" apparaît pour la premiere fois vers 1813 et regroupe le Tonkin, l'Annam, la Cochinchine, le Laos, le Cambodge.
Le terme s'écrit de trois façons: Indo Chine, Indo-chine ou Indochine. Le terme n'existe plus après le départ des Francais.


répression - Vichy
-

Le terme "répression", par une confusion du vocabulaire, est fréquemment utilisé pour désigner la politique de persécution menée, par Vichy ou par l'occupant nazi, contre les Juifs. Il serait plus exact de réserver le terme "répression" pour désigner la violence employée contre les communistes, les gaullistes et les résistants, poursuivis pour ce qu'ils **faisaient** ou **avaient fait**. Les Juifs étaient "persécutés" pour ce qu'ils **étaient**.


PS - Poste de secours - France
-

Poste de secours à ne pas confondre avec un parti politique.

Dans ce texte :

Lucien Bodard en Indochine : décembre 1946 de René CLAUDE le vendredi 04 juillet 2003 à 11h23

Bonjour,

Lucien Bodard et sa femme Mag débarquent en Indochine fin 1946, à la demande dun certain Oudard, directeur de "France-Illustration", à qui Mag a finement suggéré un numéro spécial. Chose étonnante, Thierry D'Argenlieu, haut-commissaire en Indochine couvrira une partie des frais d'un voyage long et onéreux... Comme l'écrit Olivier Weber : "Lucien ne peut qu'accepter, mais il se jure de garder tout son pouvoir critique." (p.305) On verra qu'il y parviendra, se mettant à dos certains colonels du Corps expéditionnaires au comportement de féodaux dans l'Indochine en rebellion...
Avant de partir, Bodard a pris la température auprès de quelques intellectuels vietnamiens à Paris : il perçoit des changements dans le ton. Ce n'est plus le discours des collaborateurs de l'Indochine à papa, mais bien celui de nationalistes, marxistes ou non, réclamant l'indépendance.
Mais "Bodard se veut d'abord un reporter au long cours. Il lui suffira de regarder, d'explorer, de chercher à comprendre. Sans parti pris ni préjugés."(p.305) Toutes choses dans lesquelles Lulu le Chinois, dont la mémoire est pleine de souvenirs d'une enfance vécue dans une province chinoise proche de l'Indochine, excelle.

Le 19 décembre 1946, Vo Nguyen Giap avait lancé son terrible mot d'ordre : "J'ordonne à tous les soldats et miliciens du Centre, du Sud et du Nord d'anéantir les envahisseurs et de sauver la nation." Et des massacres de civils eurent lieu. 200 Français y perdirent la vie. Le Corps expéditionnaire entame alors la reconquête par une répression brutale et parvient à libérer les quartiers européens d'Hanoi. Les cadres vietnamiens prennent le maquis et Hô Chi Minh quitte sa résidence d'Hanoi. La ligne préconisée par Jean Sainteny est remise en cause. C'est la ligne dure de D'Argenlieu qui l'emporte. Ce sera la guerre.
Voilà la situation quand Bodard arrive.

Il va rencontrer des confrères : Philippe Devillers, André Blanchet et bien sûr Jean Lacouture qui, ayant saisi l'opportunité d'interviewer les deux chefs marxistes nationalistes, bluffe un peu Bodard... Mais il faut dire que lorsque Lacouture a interrogé les deux chefs communistes, ils n'étaient pas encore entrés dans la clandestinité. Dans cette période qui suit les émeutes et la répression, Bodard ne rencontre pas Giap et Hô qui sont forcés de se cacher.

Après quelques discussions, Lucien Bodard "acquiert bienvite la conviction que les jours de l'Indochine française sont comptés." (p.309)

A suivre...

Cordialement,

René Claude

PS : Je conseille à celles et ceux qui sont passionnés ou simplement curieux de cette guerre d'Indochine de suivre, s'ils ont le temps, les reportages rassemblés par Bodard dans sa "Guerre d'Indochine" et, en même temps, l'évolution du reporter dans cette guerre terrible rapportée par son biographe Olivier Weber.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.07 s  3 requêtes