Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Trucks & Tanks - Collectif
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Combat - Résistance (France)
-

L'un des premiers mouvements de résistance en Zone Sud. Fondé par Henri Frenay. Le mouvement "Combat" est issu de la fusion du MLM (Mouvement de Libération Nationale)d'Henry Frenay et Bertie Albrecht avec le Mouvement des Démocrates Chrétiens "Libertés".


Deutsches Afrika Korps - DAK - Allemagne nazie
-

Au départ la DAK, formée en février 1941 et commandée par Erwin Rommel pour soutenir les troupes de Mussolini, était le quartier général des divisions allemandes opérant en Afrique du Nord (Libye, Egypte et Tunisie). Par la suite, la DAK désignera l'ensemble du corps expéditionnaire allemand dans cette région.


Reichsführer - Allemagne nazie
-

Grade dans la Waffen SS qui ne fut attribué qu'au seul Heinrich Himmler. Son équivalent dans l'armée française pourrait être "Maréchal" qui n'est pas, à proprement parler, un grade mais une distinction honorifique.


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


Royale - France 1940
-

La "Royale" désigne la Marine nationale dont l'Etat-major est installé rue Royale à Paris.... non sans quelques arrière-pensées....


Seconde Guerre Mondiale - SGM
-

Les anglo-saxons écriront WW2 ou WWII pour World Ware Two. Bon à savoir pour une recherche utile sur le Web.


Waffen SS - Allemagne nazie
-

Section de protection de l'armée. Unités combattantes de la SS (Voir SS).


Wehrmacht - Allemagne nazie
-

L'armée allemande sous le IIIe Reich. Littéralement Wehrmacht signifie "puissance (ou force) défensive". L'armée allemande prend ce nom en 1935 à la place de "Reichswehr" (voir ce terme).


SS - Schutzstaffel - Allemagne nazie
-

"Echelon de protection" ou "Section de protection".
Créée en 1923, la SS est d'abord la garde prétorienne de Hitler. Sous l'impulsion de Heinrich Himmler qui en prend la tête le 6 juin 1929, elle devient la police du Reich. A partir de 1937, la SS est chargée de la gestion du système concentrationnaire.
Himmler portera le titre de "Reichsfürher-SS".

A partir de 1935, la SS se subdivise en différentes branches notamment:
- SS Verfügungstruppe (troupes mises à disposition), organisées militairement et qui deviennent, au début de la guerre, les Waffen SS.
- SS Totenkopf (tête de mort) chargées de la garde des camps de concentration.

Dans ce texte :

Au sommaire du n° 46 de Francis Deleu le jeudi 23 octobre 2014 à 17h47

+Dossier : L'arsenal de la Waffen-SS - Être les meilleurs à tout prix

Les armes les meilleures et les plus modernes pour des troupes d’élite, tel est le leitmotiv d’Adolf Hitler et du Reichsführer‑SS Heinrich Himmler. Tout au long de la guerre, ils ne vont avoir de cesse d’essayer de privilégier la Waffen‑SS en termes de dotation et de qualité du matériel. Toutefois, la Wehrmacht oppose une certaine résistance, et l’Ordre noir lance des programmes spécifiques d’armement afin d’essayer de contourner les goulets d’étranglement des réseaux de ravitaillement réguliers. D’un point de vue plus politique, Himmler souhaite que ses forces disposent des armes les plus performantes qui soient pour que les succès des divisions SS lui soient attribués, contribuant ainsi à renforcer son influence.
+ Panzer IV Lang - La naissance d'un char de combat
Véritable cheval de bataille et colonne vertébrale des divisions blindées allemandes lors de la Seconde Guerre mondiale, le Panzer IV a été produit à environ 9 000 exemplaires, tout au long du conflit, en différentes versions. Il est tout d’abord considéré comme char d’accompagnement ou Begleitwagen (BW) pour l’infanterie. Avant que, sous la pression des événements, il ne soit transformé en véritable char de combat.
+ Les «Shredder» - Les blindés modernes du génie américain
Si leurs actions sont souvent occultées par celles des chars de combat, aux missions plus offensives, les engins du génie prennent pourtant une part active à la progression des unités mécanisées. Sans eux, un champ de mines, un barrage voire une simple panne peuvent « gripper » la plus aiguisée des machines de guerre. Pour remplacer le lent et assez ancien M728 Combat Engineer Vehicle, les ingénieurs de General Dynamics mettent au point une machine plus mobile, capable de prendre également en compte les nouvelles menaces, comme les Improvised Explosive Devices (IED ou engins explosifs improvisés).
+ AEC Dorchester - Les mammouths et le renard
Faute de matériel en quantité suffisante, Hitler considérant le front africain comme secondaire,
du moins en 1941, le Deutsches Afrika-Korps va récupérer nombre d’engins anglais et les remettre en service après les avoir affublés d’une Balkenkreuz. Cette réutilisation des engins de prise devient une pratique régulière pour tous les échelons de l’Armée allemande, jusqu’au General der Panzertruppe Erwin Johannes Eugen Rommel, surnommé le « Renard du désert », qui va réutiliser des véhicules de commandement AEC Dorchester.
+ SU-76 - SUKOMI !
Lors de la Grande guerre patriotique, l’Union soviétique mobilise l’ensemble de son potentiel industriel afin de produire un maximum de matériel, dont les fameux chars moyens T‑34/76. Seuls capables de s’opposer avec succès aux Panzer, ces blindés nécessitent des chaînes d’assemblage conséquentes, et les petites usines automobiles deviennent donc inutiles à l’effort de guerre russe. Ces Zavod (usines) sont alors reconverties dans la fabrication de chars légers, mais ceux‑ci s’avèrent peu adaptés à la situation tactique. Pour ne pas perdre la moindre part de la production, les châssis des T‑60 et autres T‑70 sont reconvertis en canons automoteurs.
+ Char Anglais - Les tanks Marks de la prmère guerre mondiale
L’arrivée des chars sur le champ de bataille a révolutionné l’art de la guerre. Bien que la forme des engins britanniques soit restée quasiment inchangée tout au long du conflit, ils n’ont cessé d’être améliorés sur base des enseignements tirés des premiers engagements.
+ Camouflage - T-55 in the world !
Plusieurs définitions existent pour le terme « universel », la plus commune étant celle‑ci : « dont la portée est générale, qui s’étend à tout, à tous ou partout. »
Si ce principe devait être appliqué au petit monde des blindés, nul doute que le char moyen soviétique T‑55 serait en bonne place pour l’illustrer.
En effet, cet engin est, depuis 1958, présent sur la plupart des continents et combat encore aujourd’hui sous de nombreux drapeaux. Dans ces conditions, ce char universel revêt évidemment des camouflages aussi divers que variés.
+ Comparatif - M4 Sherman vs Semovente da 75/34
Le 10 juin 1940, lorsque le Regio Esercito (Armée royale italienne) entre en guerre, le moins que l’on puisse dire est que ses troupes sont sous-équipées et que les matériels blindés sont obsolètes et, comme si cela ne suffisait pas, ne sont pas disponibles en grandes quantités. De l’autre côté de l’Atlantique, en dépit d’un potentiel sans commune mesure, l’US Army n’est pas plus préparée à affronter la moindre menace mécanisée.
Les deux armées se retrouvent alors dans la même situation, à savoir se doter au plus vite de matériels les plus performants possible.
+ Actu : Light Armored Vehicule Anti-Tank prototype - Le « Sabre » des Marines
Le Light Armored Vehicle a fait ses preuves depuis sa mise en service en 1983, et l’United States Marine Corps (USMC) est déterminé à veiller à ce que cette plate-forme reste viable au moins jusqu’en 2035 », a déclaré au début de l’année 2014 le colonel Mark Brinkman, responsable du programme de revalorisation des LAV déployés par le corps des Marines des États-Unis.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.11 s  3 requêtes