Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Histoire de la Résistance 1940-1945 - Olivier Wieviorka
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)

Dans ce texte :

Les effectifs de la Résistance ? de Francis Deleu le mardi 19 août 2014 à 22h05

Bonsoir,

Aux 40 millions de pétainistes en 1940 (cité par Amouroux) répondent 40 millions de résistants en 1944 ?

En réalité, aucune statistique ne précise le nombre de résistants. Pour des raisons politiques ou idéologiques, les uns minimisent l’engagement des Français dans l’armée des ombres, d’autres, comme le parti des « 75.000 fusillés », gonflent exagérément les chiffres. Encore faut-il distinguer la « Résistance-organisation » et la « Résistance-mouvement » phénomène social beaucoup plus large. Mais que faut-il entendre par « Résistance mouvement » ? Un acte ponctuel ou un engagement durable ?

Selon Wieviorka, on peut estimer que les formations clandestines rassemblaient quelques milliers d’hommes à la fin de 1940 et quelques « petites dizaines de milliers » à la fin de 1942. Enfin, citant François Marcot, Dictionnaire de la Résistance, 200.000 personnes se seraient plus ou moins directement engagées dans l’armée des ombres au début de l’année 1944.
Par ailleurs, l’administration française aurait attribué, au 31 décembre 1975, 227.531 cartes CVR (Combattant volontaire de la Résistance), un chiffre qui crût légèrement par la suite pour s’établir, fin 2008, à 262.730. Notons encore que, selon Wieviorka, 185.000 demandes avaient été rejetées en 2008.
Ces statistiques ne tiennent pas compte des résistants qui n’ont pas souhaité acquérir la carte de CVR estimant, par exemple, avoir agi selon leur conscience et n’avoir accompli que leur devoir.

Pour terminer, une petite anecdote ! Dans les années 60, un authentique résistant, proche de ma famille, renvoya sa carte et refusa tous les avantages liés à son statut de résistant. Il venait de participer à une commémoration et constata que la majorité des invités étaient de résistants de la 25ème heure dont quelques-uns, au passé trouble pendant l’occupation, s’étaient refait une virginité à la Libération.

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.05 s  3 requêtes