Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

La Bataille d'El Alamein - Cédric Mas
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


Torch - Divers
-

Nom de code du débarquement américain en Afrique du Nord ; le 8 novembre 1942, les soldats prennent pied au Maroc et en Algérie.
L'opération prévue d'abord sous le nom "Gymnast" fut rejetée par Churchill qui jugeait le terme vulgaire.


TF - Task-Force
-

Groupement tactique temporaire.

Dans ce texte :

réponse 2 de 13emeDBLE le samedi 05 octobre 2013 à 10h13

Elle est très simple, et se trouve dans l'article sur Torch paru dans une Webrevue éminente ;-)

Le plan de Torch souffre de plusieurs contraintes :

- limites des moyens de transports, de débarquement et de couverture aérienne depuis la mer (en réduisant la taille des Task force, les planificateurs parviennent déjà à en avoir 3 au lieu des 2 initiales)

- inconnue des réactions française et espagnoles ;

- inconnue des capacités des troupes US.

face à ces inconnues, et à la nécessité de ne pas échouer, Ike "assure" et "bétonne" son plan. Ce qui compte, c'est le contrôle de la façade Atlantique, vitale pour le ravitaillement.

Ensuite, il faut que les forces puissent se soutenir mutuellement, donc, avec 3 TF, impossible de couvrir le Maroc occidental et la Tunisie en même temps.

Enfin, le plan prévoit une avance immédiate sur la Tunisie, à l'aide d'une brigade de paras britannique, réserve générale, disponible à Gibraltar.

Sauf que l'option est simple :
- soit les Français résiste, et les paras sautent sur les aérodromes nécessaires à assurer les points de débarquement ;
- soit les Français ne résiste pas et elle saute sur El Aouina.

Le choix entre les deux options est donc le fait de recevoir ou non des tirs des premiers français rencontrés. Compte tenus des délais d'exécution, une fois une des options activées, il n'est plus possible d'en changer.

Dès que la résistance française apparaît, même si elle restera limitée dans le temps et les moyens, c'est l'option 2 qui est activée, et la Tunisie est laissée de côté.

Pour autant, les Alliés ne pouvaient imaginer que les troupes qui les combattent avec vigueur resteraient l'arme au pied face aux quelques compagnies de Fallschirmjägers qui arrivent à partir du 9 novembre à El Aouina !

Donc toute la responsabilité de l'absence de prise de la Tunisie pèse sur les vichystes qui résistèrent face aux Alliés mais pas face aux Allemands.

Pour conclure, il est facile 70 ans après de dire "il aurait fallu faire ci ou ça", mais dans le contexte de l'époque, le plan de Torch est cohérent.

La Tunisie n'est d'ailleurs pas une si mauvaise affaire pour les Alliés :
- aguerrissement de leurs forces ;
- pertes lourdes de l'Axe (les pertes sont équivalentes à celles de Stalingrad, et supérieures pour l'Aviation) ;
- absence d'impact (l'attaque de la Sicile ne subira aucun retard du fait de la résistance de la tête de pont Tunisienne, contrairement aux espoirs de berlin).

Enfin, la citation d'Eisenhower est un constat fait à l'occasion d'une opération très particulière (le désastre des blindés US à Medjez el Bab début décembre 42)

Rien à voir avec une appréciation de l'ensemble de la campagne tunisienne, ni sur le plan Torch.

CM

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.07 s  3 requêtes