Décryptage du forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Aubrac, Lyon 1943 - Gerard Chauvy
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Aubrac (Lucie) - Résistance (France)
-

(1912- ) née Lucie Bernard.
Lucie Aubrac contribue avec son mari Raymond Aubrac à créer le mouvement "Libération-Sud". Le 21 octobre 1943, à la tête d'un groupe franc, elle libère son mari tombé, le 21 juin auparavant, entre les mains de la Gestapo lors de la réunion de Caluire.


Aubrac (Raymond) - Résistance (France)
-

(1914- ). Raymond Aubrac, de sensibilité proche des communistes, entre très tôt dans la résistance aux côtés d'Emmanuel d'Astier de la Vigerie avec lequel il participe, en région lyonnaise, à la création du mouvement "Libération-Sud" dont il devient le chef de la branche paramilitaire.
Arrêté le 21 juin 1943 à Caluire, avec Jean Moulin notamment, il sera libéré le 21 octobre suivant par un groupe franc dirigé par sa femme Lucie. A Alger, membre de l'Assemblée consultative provisoire, il est nommé par le général de Gaulle, commissaire de la République pour la région de Marseille (1944-1945) où il est, entre autres, chargé de l'épuration.
Il s'oppose à la guerre d'Indochine et participe aux négociations secrètes avec Hô-Chi-Minh.


Moulin (Jean) - Résistance (France)
-

(Bézier 1899 - en déportation 1943)
Préfet à Chartres, il fut mis en disponibilité en juin 1940 par le gouvernement de Vichy.
À Marseille, il rencontra Henri Frenay et rejoignit Londres. Parachuté en zone sud en 1942, il fut chargé par le général de Gaulle de rassembler la Résistance française et constitua l'Armée secrète. Délégué général au Comité national français de Londres, il créa une administration de la Résistance et organisa les services communs à tous les mouvements et réseaux. Fondateur et premier président du Conseil national de la Résistance, qu'il réunit pour la première fois le 27 mai 1943 à Paris, il fut livré par trahison à Caluire, le 21 juin 1943. Torturé, il mourut au cours de son transfert en Allemagne le 8 juillet 1943.
[Source : Dictionnaire des personnages in La France en guerre, du Front populaire à la victoire 1943 - 1945 (Histoire de France illustrée), (s. dir. Ph. Masson), Paris : Larousse-Sélection du Reader's Digest, 1988]
Compagnon de la Libération


R - Résistance (France)
-

Dans le cadre de l'organisation de la Résistance, la lettre R suivie de 1 à 6 indiquait une région de la zone Sud (zone non occupée jusqu'en 1942).
R1 : Région Rhône-Alpes (centre Lyon).
R2 : Région Provence-Côte d'Azur (centre Marseille).
R3 : Région Languedoc-Roussillon (centre Montpellier).
R4 : Région du Sud-Ouest (centre Toulouse).
R5 : Région de Limoges (centre Brives puis Limoges).
R6 : Région de l'Auvergne (centre Clermont-Ferrand).

En zone Nord occupée, les régions étaient définies par les simples lettres : P - A - B - C - D - M
(voir "zone")


RCC - Régiment de chars de combat - France
-

Les RCC furent créés par transformation des RAS (Régiments d'artillerie d'assaut) lors du transfert de l'arme à l'infanterie en 1920. Intégrée à l'infanterie comme subdivision d'arme, les RAS sont devenus alors des RCC. A la mobilisation en 1939, les RCC ont formé des Bataillons ou des Compagnies de chars autonomes de combat.
Le 1 juillet 1943, les 1e; 2e et 3e Compagnies des chars de combats de la France Libre se rassemblent et donnent à nouveau naissance au 501e RCC, du nom du plus ancien Régiment de chars de combat français.
Le 501e RCC est titulaire de la Croix de Libération :

Dans ce texte :

Enceinte, mais de qui ? de Jacques Ghémard le jeudi 05 septembre 2013 à 19h14

Bon, je m'excuse, c'est juste une provocation, hein ...

"ayez l'idée d'une des actions qui coûteront le plus d'hommes à l'occupant, menez-la à bien en étant enceinte de cinq mois..."


Mais je reste étonné que l'on ne puisse s'interroger (et non pas accuser) concernant les Aubrac, comme d'autres le font concernant Cordier par exemple. C'est vrai qu'il n'était pas enceint mais juste homosexuel ...

Il va répétant qu'il regrette de ne pas avoir pu "en tuer" (Et c'était la devise du 501e RCC de mon parrain qui était parti avec lui) mais la guerre, ce n'est pas "en tuer", au pire c'est "en tuer plus qu'ils ne nous en tuent" et je doute que sur ce plan l'opération courageuse de Lucie Aubrac fut une réussite.

La guerre c'est plutôt des objectifs stratégiques que du "bouffe pions", non ? Et sur ce plan, Raymond Aubrac était-il un élément clé ? (Plus important que Moulin pour qui rien ne fut tenté ?) Sa libération remplissait-elle un rôle psychologique ?

Je comprend parfaitement que Lucie ait voulu libérer son mari, mais fut-ce un acte de résistance ou un acte nuisible à la résistance ?

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.05 s  3 requêtes