Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Alias Caracalla - Daniel Cordier
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Aubrac (Lucie) - Résistance (France)
-

(1912- ) née Lucie Bernard.
Lucie Aubrac contribue avec son mari Raymond Aubrac à créer le mouvement "Libération-Sud". Le 21 octobre 1943, à la tête d'un groupe franc, elle libère son mari tombé, le 21 juin auparavant, entre les mains de la Gestapo lors de la réunion de Caluire.


Aubrac (Raymond) - Résistance (France)
-

(1914- ). Raymond Aubrac, de sensibilité proche des communistes, entre très tôt dans la résistance aux côtés d'Emmanuel d'Astier de la Vigerie avec lequel il participe, en région lyonnaise, à la création du mouvement "Libération-Sud" dont il devient le chef de la branche paramilitaire.
Arrêté le 21 juin 1943 à Caluire, avec Jean Moulin notamment, il sera libéré le 21 octobre suivant par un groupe franc dirigé par sa femme Lucie. A Alger, membre de l'Assemblée consultative provisoire, il est nommé par le général de Gaulle, commissaire de la République pour la région de Marseille (1944-1945) où il est, entre autres, chargé de l'épuration.
Il s'oppose à la guerre d'Indochine et participe aux négociations secrètes avec Hô-Chi-Minh.


Gaulle (Charles de) - CDG - France libre
-

A hissé le grade de Connétable bien au dessus de celui de Maréchal, fut il de France.
Le site officiel


Hessel (Stephane) - Résistance (France)
-

Chef de la section R (Renseignements) du BCRA (Bureau Central de Renseignements et d'Action).


Moulin (Jean) - Résistance (France)
-

(Bézier 1899 - en déportation 1943)
Préfet à Chartres, il fut mis en disponibilité en juin 1940 par le gouvernement de Vichy.
À Marseille, il rencontra Henri Frenay et rejoignit Londres. Parachuté en zone sud en 1942, il fut chargé par le général de Gaulle de rassembler la Résistance française et constitua l'Armée secrète. Délégué général au Comité national français de Londres, il créa une administration de la Résistance et organisa les services communs à tous les mouvements et réseaux. Fondateur et premier président du Conseil national de la Résistance, qu'il réunit pour la première fois le 27 mai 1943 à Paris, il fut livré par trahison à Caluire, le 21 juin 1943. Torturé, il mourut au cours de son transfert en Allemagne le 8 juillet 1943.
[Source : Dictionnaire des personnages in La France en guerre, du Front populaire à la victoire 1943 - 1945 (Histoire de France illustrée), (s. dir. Ph. Masson), Paris : Larousse-Sélection du Reader's Digest, 1988]
Compagnon de la Libération


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


IHTP - Institut d'histoire du temps présent - France
-

Leur site :

Dans ce texte :

Daniel Cordier et les historiens de Francis Deleu le lundi 20 mai 2013 à 18h00

Bonsoir,

François Delpla écrivait :

"il [Daniel Cordier] s'est fait méchamment rembarrer par la majorité des historiens, lors de la parution de ses deux premiers tomes sur Jean Moulin, et que des résistants ont été pour beaucoup dans le renversement de la tendance, dont Stéphane Hessel et... les Aubrac ?"
La majorité des historiens ? Lesquels ? Hormis Henri Noguères qui d'autres ?
Noguères, en juin 1983, lors d'une journée d'études organisé par l' IHTP et bien que n'ayant pas connu Jean Moulin, estimait avoir fini par « bien le connaître » en travaillant la période et ne l'avait pas « entièrement reconnu » dans les propos de Daniel Cordier.
Auquel Daniel Cordier répliqua un peu plus tard « ... j'espère ne pas choquer quelqu'un qui n'a pas connu Jean Moulin, en lui disant que je ne suis pas étonné qu'il ne l'ait pas, ce matin, reconnu. »

Parmi les historiens qui ont soutenu Daniel Cordier outre ceux cités par François Delpla sous un autre débat (Azéma, Bédarida, Rousso, Veillon), ajoutons René Hostache, Eric Conan, Daniel Lindenberg ... ou encore René Rémond qui écrivait :
"En tant qu'historien non acteur, j'ai été extrêmement frappé par la nouveauté de ce qu'à apporté Daniel Cordier, eu égard à un certain nombre d'idées reçues."
Laissons le mot de la fin à Eric Conan et Daniel Lindenberg qui, dans le numéro Esprit de janvier 1994, sous le titre "Pourquoi y a-t-il une affaire Jean Moulin" écrivaient :
"Il était peut-être nécessaire que cette rupture, que n'avait pas osée les universitaires, vienne d'un acteur historique, fait Compagnons de la Libération par le général de Gaulle.
L'homme de confiance de Jean Moulin aura finalement bousculé le premier les récits commémoratifs. Refusant d'ajouter un exemplaire à cet empilement de souvenirs et de mémoires dont il est établi l'imprécision, voire la fausseté, Daniel Cordier est devenu un scientifique. Reconnu comme l'un des leurs et soutenu par nos meilleurs historiens (en particulier Jean-Pierre Azéma), se conformant aux règles du travail historique et n'accordant aucune valeur intrinsèque aux témoignages (et à ses souvenirs), il a fondé ses recherches uniquement sur les archives.
Alors que pendant des années des historiens invoquaient l'absence d'archives sur la Résistance, Daniel Cordier a retrouvé, exhumé et publié une masse énorme de documents aussi essentiels qu'inédits.
"
Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.07 s  3 requêtes