Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Le guide des plages du débarquement et des champs de bataille de Normandie - Eddy Florentin et Patrice Boussel
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Combat - Résistance (France)
-

L'un des premiers mouvements de résistance en Zone Sud. Fondé par Henri Frenay. Le mouvement "Combat" est issu de la fusion du MLM (Mouvement de Libération Nationale)d'Henry Frenay et Bertie Albrecht avec le Mouvement des Démocrates Chrétiens "Libertés".


Führer - Allemagne nazie
-

Chef suprême, guide et conducteur de la nation.
Le titre fut adopté officiellement par Hitler en août 1934. Le Führer incarne la nation et le peuple et concentre tous les pouvoirs entre ses mains. Le Führerprinzip fonde le régime nazi: "Hitler ist das Gezetz" (Hitler est la loi).


SS - Schutzstaffel - Allemagne nazie
-

"Echelon de protection" ou "Section de protection".
Créée en 1923, la SS est d'abord la garde prétorienne de Hitler. Sous l'impulsion de Heinrich Himmler qui en prend la tête le 6 juin 1929, elle devient la police du Reich. A partir de 1937, la SS est chargée de la gestion du système concentrationnaire.
Himmler portera le titre de "Reichsfürher-SS".

A partir de 1935, la SS se subdivise en différentes branches notamment:
- SS Verfügungstruppe (troupes mises à disposition), organisées militairement et qui deviennent, au début de la guerre, les Waffen SS.
- SS Totenkopf (tête de mort) chargées de la garde des camps de concentration.

Dans ce texte :

Libération de la ville de Caen en 1944. 1ère étape : l’opération « Epsom » de Serge Desbois le mardi 25 septembre 2012 à 13h24

Le 27 juin au soir débute l’opération "Epsom". Les Écossais s’infiltrent dans la « Scottish corridor » à l'ouest de Caen

Pour les déloger, certaines unités allemandes de la division Hitlerjugend, des gamins fanatisés, et de la division « Das Reich » reprennent les villages de Mondrainville, de Grainville, de Brettevillette et de Rouray mais après quelques centaines de mètres ils sont cloués sur place par l’artillerie écossaise.

Le 29 juin le bourreau d’Oradour le sturmbannführer Adoph Diekmann commandant un bataillon du régiment « Der Führer », le même qui avait sévi à Oradour, est tué par un obus de Sherman à Noyers-Bocage.

Pendant toute la campagne de Normandie, l’armée allemande aligne une centaine de Chars dont certains sont des « Tigres » et des « Panther » mais les alliés ont plus de 700 chars Sherman. Ceux-ci sont très inférieurs, redoutant le terrible canon allemand des « Tigres » de 88 qui percent toutes les cuirasses.

En 1940 le « 88 » était sur un affût tracté et accompagnait l’infanterie ou les chars. Toujours en 1940, un canon court et de calibre inférieur ( canon de 47 pour le Somua français ) équipait les chars aussi bien allemands que français.

Les allemands à partir de 1942 réussirent à placer le canon de 88 sur des énormes tourelles de chars « Tigres » (conversation d’autre fois avec un ancien qui avait fait la guerre de 40 dans un Somua et qui en 1944 avait débarqué en Provence dans un Sherman ). Le char « Panther » avait un canon de 75.

Plus de 500 chars alliés avaient été mis hors de combat dans cette campagne de Normandie.

Mais devant ces mille avions alliés, l’Allemagne ne possédait que 150 avions.

Il faudra l’opération Goodwood pour se rendre maître de Caen qui ne sera libérée que le 20 Juillet.
"La libération de la Mormandie fut une boucherie" a dit Von Choltiz

Les dissensions se mêlaient dans le camp des alliés devant le piétinement devant Caen. Tous les généraux alliés tombaient sur le dos de Montgoméry qu’ils accusaient d’être un mauvais tacticien et qu’ils auraient voulu voir remplacer par Alexander. Dans le camp allemand même chose, Von Kluge remplace le 2 juillet Von Rundstedt.

Sylvester Stadler commandant le 4ème régiment SS « Der Fuhrer » de la division « Das Reich » à l’époque où un de ces bataillons se livrait aux exactions d’Oradour sera remplacé le 14 juin par Otto Weidinger.

Stadler à demandé que Diekmann soit traduit devant le conseil de guerre pour Oradour. Mais nous ne savons pas quand il a fait sa requête. Était-ce pour se dédouaner ?
Quand à Weidinger qui n’avait rien à voir avec Oradour, il a écrit un bouquin révisionniste sur Tulle et Oradour, interdit en France à l'époque.

Le 5 juin, aux alentours de Montauban, par conséquent avant Tulle, le général Lammerding qui commandait la division « Das Reich » adressait une note à ses subordonnés leur précisant quelle conduite à tenir contre les « terroristes » qu’il assimilait aux communistes ( par rapport aux autres, fonctionnaires et aux propriétaires dit-il ??) : « Annonces et exécution pour chaque Allemand blessé, trois, et pour chaque allemand tombé, 10, terroristes, seront pendus et non fusillés. La pendaison n’est pas usuelle dans la justice française, ceux-ci seront discriminés et exclus de la communauté du peuple français ». Diffusion dans toute la division.

Stadler avait donc été destinataire. Curieuse et Criminelle idée de Lammerding qui est mort dans son lit.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.06 s  3 requêtes