Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Vichy et la Shoah - Alain Michel
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Asher (Serge) - Résistance (France)
-

Serge Asher est mieux connu sous le nom de Serge Ravanel, son pseudonyme de résistant. (voir sous Ravanel)


Auphan (Amiral) - France
-

(1894-1982) L'amiral Auphan est nommé secrétaire d'Etat à la Marine le 18 avril 1942. II démissionnera le 17 novembre 1942. II avait été membre des cabinets militaires de Georges Leygues et de François Piétri, commandant de la "Jeanne-d'Arc" en 1936, sous-chef d'état-major de la Marine en 1939, directeur de la Marine marchande en juillet 1940, chef d'état-major général des forces navales en 1941. En août 1944, à Paris, il tentera de transmettre les pouvoirs de Pétain à de Gaulle. Condamné par contumace aux travaux forcés à perpétuité en 1946, il comparaîtra en juillet 1955 devant la Haute Cour qui prononcera une peine dont il sera immédiatement relevé. Ardent défenseur de la mémoire du maréchal, l'amiral Auphan est l'auteur de nombreux ouvrages sur Vichy, notamment d'une "Histoire élémentaire de Vichy"


Cohen (Albert)
-

Ecrivain (1895-1981). Né à Corfou, il émigre avec sa famille dans le midi de la France. Au lycée, il aura comme condisciple Marcel Pagnol avant de poursuivre des études de droit à Genève. Il prendra la nationalité suisse en 1919. L'écrivain s'est consacré à imaginer l'épopée de ceux qu'il appellera, au titre d'un de ses romans, "Les Valeureux". En 1968, son roman "Belle du Seigneur" obtint le grand prix du Roman de l'Académie française.


Commissariat général aux questions juives - CGQJ - Vichy
-

Créé par la loi du 19 mars 1941, le CGQJ a mission de "gérer" la "question juive". A sa tête est nommé Xavier Vallat, l'auteur sinon l'inspirateur du statut des Juifs de juin 41. En mai 42, Vallat, jugé trop mou, est remplacé par un extrémiste, habité par une haine frénétique des Juifs: Louis Darquier mieux connu sous le nom de Darquier de Pellepoix.


Torch - Divers
-

Nom de code du débarquement américain en Afrique du Nord ; le 8 novembre 1942, les soldats prennent pied au Maroc et en Algérie.
L'opération prévue d'abord sous le nom "Gymnast" fut rejetée par Churchill qui jugeait le terme vulgaire.


Zone - Résistance (France)
-

En zone Nord occupée, les régions étaient désignées par les lettres:
P : région de Paris.
A : région d'Amiens.
B : région de Bordeaux.
C : région de Châlons-sur-Marne.
D : région de Dijon.
M : Région de Le Mans.

En zone Sud, les régions étaient désignées par la lettre R suivie de 1 à 6.
(voir "R")


Zone Occupée - ZO - France
-

Jusqu'en 1942, le territoire français occupé et administré par les Allemands au Nord de la ligne de démarcation. Après l'invasion de la Zone Sud, on dira Zone Nord (ZN)

Dans ce texte :

Mouais de Nicolas Bernard le mercredi 28 mars 2012 à 17h51

J'ai fini par lire le livre. Pas le temps d'en recenser les nombreux défauts que je lui trouve - à commencer par un appareil de références quasi-inexistant, et aucun document nouveau de nature à remettre en cause ceux qui existent déjà, qu'Alain Michel réinterprète à sa sauce. Quelques très brèves remarques en vrac sur ce qui me semble le plus important :

1) Contrairement à ce que je m'imaginais avant de procéder à une lecture totale du livre, son auteur ne verse pas dans la propagande vichyste. Il est là pour faire de l'Histoire, pas pour réhabiliter l'Etat français. Pour autant, il est absolument remarquable que bien des poncifs et des citations reproduites dans quantité de textes pro-vichystes (jusqu'au propos malheureux d'Annie Kriegel tirée du livre Ce que j'ai cru comprendre) se retrouvent dans son propre ouvrage. Alain Michel se montre d'ailleurs très indulgent envers pareille prose, comme l'illustrent ses allusions, finalement sympathiques sous couvert d'objectivité, à l'amiral Auphan ou à René de Chambrun. Dans une certaine mesure, difficile à déterminer, on ne peut exclure que cet historien ait été influencé par ce "courant", non par sympathie idéologique, mais peut-être pour résoudre ses propres interrogations - et accessoirement charger Paxton et Klarsfeld. Il est au demeurant consternant de retrouver, sous la plume d'un historien, ce splendide bobard vichyste selon lequel l'administration française de zone occupée était automatiquement soumise, quelle que soit la matière, aux desiderata de l'occupant...

2) L'auteur ne procède à aucune analyse en profondeur de l'historiographie qui le précède. Il se contente de distribuer les bons points aux "visionnaires" (qui seraient donc Hilberg, Poliakov, voire Billig) tout en envoyant au piquet le trio Klarsfeld-Paxton-Marrus. Ni les évolutions de Poliakov, ni les incohérences persistantes de Hilberg, ni même le contexte mémoriel et documentaire dans lequel ils ont publié leurs premiers travaux ne sont étudiés.

3) L'ouvrage n'apporte guère de nouveauté, sauf sur un élément de taille, qui pour le coup me convainc, à savoir l'assimilation, par Vichy, de Juifs français à des Juifs étrangers dès lors qu'ils sont enfants de Juifs étrangers ou Juifs naturalisés. En revanche, et contrairement à ce que j'ai pu lire ailleurs, la distinction vichyste Juifs étrangers - Juifs français est opérée depuis des années par l'historiographie. La comparaison de la France et des autres pays d'Europe a déjà été faite, y compris par Paxton - il suffit de se reporter au magnifique ouvrage de Laurent Joly sur le Commissariat général aux Questions juives pour s'en convaincre. Les considérations d'Alain Michel sur cette problématique sont d'ailleurs entièrement tributaires du seul livre de Raul Hilberg, ce qui l'amène à négliger - particulièrement dans le cas hongrois en 1944 - la part d'initiative locale dans le cycle des déportations. Quant à prétendre que Vichy souhaitait en priorité se débarrasser des Juifs étrangers, c'est là une affirmation qui n'a rien de neuf, déjà formulée par Serge Klarsfeld et Asher Cohen.

4) La stratégie de l'occupant n'est pas analysée. Pour le coup, Alain Michel emprunte beaucoup trop... à Klarsfeld, qui décrit l'appareil nazi en France comme un panier de crabes soumis à des ambitions incompatibles, entre "modérés" et "extrémistes". Quoique décochant une pique venimeuse au livre de Gael Eismann (Hôtel Majestic, Tallandier, 2010), M. Michel montre surtout - involontairement certes - qu'il n'a certainement ni assimilé, ni même compris ses apports, tant en ce qui concerne la manière dont Vichy et son administration concevaient leur subordination ou leur autonomie envers l'Allemagne, qu'en ce qui intéresse l'interaction entre l'idéologie vichyste et les calculs stratégiques des autorités d'occupation. L'ouvrage de Mme Eismann jette d'ailleurs une lumière autrement plus convaincante sur la portée de la Convention de La Haye, et son interprétation par les Allemands aussi bien que par l'Etat français : une telle analyse historique, au-delà des considération juridiques, me semble infiniment plus pertinente que la sottise d'une soumission au-to-ma-ti-que (pour paraphraser quelqu'un) de nos Préfets et de nos flics aux Allemands en Z.O.

5) S'agissant de la thèse elle-même (Vichy aurait sacrifié les Juifs étrangers pour sauver les Juifs français), elle ne me convainc toujours pas. La reconstitution des négociations - et de leurs conséquences - de l'été 1942 demeure franchement discutable. L'exemple des convois de Pithiviers du 21 septembre 1942 et de Drancy du 23 septembre 1942, pourtant de nature à faire voler en éclats la théorie précitée, n'est même pas évoqué, sinon par une simple mention indiquant que les Allemands voulaient remplir leurs quotas.

6) Les interrogations de l'auteur sur les inquiétudes de Laval au regard de l'opinion publique ne sont pas sérieuses. Mais il est vrai que la prise en compte d'un tel facteur par les responsables de Vichy n'est pas étudié par l'auteur, qui ne cherche d'ailleurs nullement à replacer la "question juive" dans la liste des préoccupations de Vichy en 1942. Or, s'il le faisait, il s'apercevrait que les réticences de Pétain et Laval à livrer des Juifs français aux nazis, non seulement découlent de leur inquiétude devant les réactions de l'opinion, mais encore peuvent très bien s'analyser comme une forme de marchandage dans le cadre de négociations d'ordre plus global : "Pas d'inquiétude, Monsieur le Maréchal, je ne céderai pas sur les Juifs français tant que je n'aurai rien obtenu sur les prisonniers de guerre et les ouvriers qui partent en Allemagne". Enfin, pour expliquer les réticences de Vichy à livrer des Juifs français après l'été 1942, Alain Michel néglige trois petits détails qui s'appellent El Alamein, Stalingrad et Torch.

Bref, il y aurait beaucoup à dire (sur la connaissance, par Vichy, du sort des déportés, ou sur le sauvetage des Juifs de France), mais faute de temps je m'en tiendrai là. Un tel livre, sans être - heureusement - le pamphlet pro-vichyste que je redoutais, est indéniablement dans le vrai lorsqu'il soutient que Vichy a traité différemment les Juifs étrangers et les Juifs français : rien de nouveau sous le soleil. Surtout, Vichy et la Shoah apparaît manifestement bâclé sur tous les points qu'il aborde, et sans convaincre sur l'essentiel, à savoir l'inepte théorie du sauvetage des Juifs de France par l'Etat français. Ce livre, loin d'apporter du nouveau sur une thématique bien balisée, constitue en fait une régression des plus déplorables.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.14 s  3 requêtes