Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Les Policiers français sous l'occupation - Jean Marc Berlière
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Force Publique - FP - Belgique
-

"Force Publique congolaise" serait plus approprié. Dès le début de la colonisation du Congo belge, cet immense territoire fut doté d'une armée régulière composée essentiellement d'indigènes encadrés par des officiers belges. La FP avait comme mission la protection des frontières mais aussi le maintien de l'ordre.
Pendant le Première Guerre, la FP s'illustra déjà au Cameroun, en Rhodésie du Nord et en Afrique Orientale allemande. Pendant le Seconde Guerre mondiale, elle se distingua lors de la reconquête de l'Ethiopie annexée par l'Italie fasciste. Par la suite, elle fera campagne aux côtés des Britanniques en Egypte, en Palestine, en Birmanie...
On dira de la FP qu'elle fut la seule armée à ne jamais avoir connu la défaite. Un seul point noir: en 1960, au lendemain de l'indépendance du Congo, un officier obtus proclama que l'indépendance ne concernait pas les soldats de la FP. Et ce fut la mutinerie du camp militaire de Thijsville et le début des troubles qui endeuillèrent la jeune république.


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


Seconde Guerre Mondiale - SGM
-

Les anglo-saxons écriront WW2 ou WWII pour World Ware Two. Bon à savoir pour une recherche utile sur le Web.


GMR - Groupe mobile de réserve - Vichy
-

Menée de pair avec l'étatisation des polices municipales, la création des GMR fut une émanation directe du régime de Vichy.
Conçus d'abord pour constituer une force d'intervention rapide et efficace du maintien de l'ordre, les GMR entrent rapidement de la logique d'adaptation de l'appareil policier de répression : opérations de poursuite des réfractaires au STO, traque des résistants et de Juifs.

Dans ce texte :

Gens d'armes ? de Alain Cerri le lundi 26 avril 2010 à 19h29

François-Georges Dreyfus, dans son Histoire de la Résistance (de Fallois, 1996, page 419), parle d'environ cinquante mille gendarmes début 1944 tout en précisant (page 411) que, même si la plupart des gendarmes ont de mauvaises relations avec les GMR, un petit nombre des premiers passent dans les rangs des seconds, car ceux-ci sont mieux payés...

Cela dit, voir peut-être un ouvrage que je ne possède pas : La Gendarmerie sous l'Occupation de Claude Cazals (Paris : Les éditions de la Musse, 1994).

Voici l'URL de son blog : http://blog.gendarmerie-occupation.com/

Après une brève recherche sur Internet, j'ai pu préciser les chiffres.
Référence : "La gendarmerie sous l’Occupation entre hagiographie, réquisitoire et recherche" in
La gendarmerie pendant la Seconde Guerre mondiale. Entre l’État et la nation, actes de la journée d’études
Paris IV-SNHPG-, Force publique, n° 2, février 2007, 232 p.


[En 1943][...] la gendarmerie départementale (environ 40000 hommes), la Garde personnelle du chef de l’État (460), la Garde de Paris (2800), héritière de la Garde républicaine de Paris, et – bien qu’elle soit officiellement détachée de la gendarmerie – la Garde (6000). [Donc] un peu plus de 49 000 gendarmes [...].

Sur les statistiques de l’arme entre 1939 et 1946, voir Jean-Noël Luc (dir.), Histoire de la maréchaussée et de la gendarmerie. Guide de recherches, Maisons-Alfort, SHGN, 2005, p. 250. Un tableau de l’état-major des armées daté du 16 mars 1946 avance les effectifs suivants : 37 000 pour la gendarmerie départementale, 3700 pour la gendarmerie d’Afrique, 1200 pour la gendarmerie coloniale et 11 000 pour la gendarmerie en Allemagne et en Autriche.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.04 s  3 requêtes