Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Histoire de la Milice - Pierre Giolitto
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Collaboration - Vichy
-

Mémento des principaux mouvements politiques collaborationnistes sous Vichy.

- PPF : Parti Populaire Français (Jacques Doriot) - organe de presse: "Le Cri du Peuple de Paris"

- MSR : Mouvement Social Révolutionnaire (Eugène Deloncle)

- CSAR : Comité Secret d'Action Révolutionnaire - appelé par dérision "La Cagoule". - organe de presse: "La Vie nationale".

- RNP : Rassemblement National Populaire (Marcel Déat) - organe de presse: "L'Oeuvre".

- La Parti franciste (Marcel Bucard) - organe de presse: "Le Francisme".

- PFNC : Parti Français National Collectiviste (Pierre Clementi) - organe de presse: "Le Pays Libre".

- La Ligue française (Pierre Constantini) - organe de presse: "L'Appel".

- Le Front franc (Jean Boissel) - organe de presse: "Le Réveil du Peuple".

- Le Feu (Maurice Delaunnay) - organe de presse: "La Tempête".

- Le Groupe Collaboration (Alphonse de Châteaubriant) - organe de presse: "La Gerbe".


Milice - Vichy
-

Instituée le 30 janvier 1943, sous l'autorité du chef du gouvernement, Vichy se dote d'une troupe de choc, La Milice, sorte de garde prétorienne, chargée du maintien de l'ordre et plus particulièrement de la traque des communistes et des Résistants. A la tête de la Milice: Joseph Darnand.


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


SS - Schutzstaffel - Allemagne nazie
-

"Echelon de protection" ou "Section de protection".
Créée en 1923, la SS est d'abord la garde prétorienne de Hitler. Sous l'impulsion de Heinrich Himmler qui en prend la tête le 6 juin 1929, elle devient la police du Reich. A partir de 1937, la SS est chargée de la gestion du système concentrationnaire.
Himmler portera le titre de "Reichsfürher-SS".

A partir de 1935, la SS se subdivise en différentes branches notamment:
- SS Verfügungstruppe (troupes mises à disposition), organisées militairement et qui deviennent, au début de la guerre, les Waffen SS.
- SS Totenkopf (tête de mort) chargées de la garde des camps de concentration.

Dans ce texte :

La Milice revue et corrigée par Michel Boisbouvier de Nicolas Bernard le samedi 20 février 2010 à 15h40

> Pétain a dû être content en 1943 de l'aide apportée par
> Darnand, ce fidèle d'entre les fidèles.

Ce qui n'empêchera pas le premier de lâcher le second deux mois après le Débarquement - vide infra. Pétain n'agira pas autrement au cours de son propre procès, vis-à-vis de Laval.





> Or, Laval le fut aussi car il ne pouvait faire autrement
> que d'interposer ce "collabo" et sa troupe entre la
> résistance et la Gestapo.

Foutaises. Laval nourrissait deux objectifs : canaliser les collaborationnistes, au besoin en créant un mouvement politique dont il confierait les rênes au moins dangereux de tous (à savoir Darnand), et renforcer l'appareil du maintien de l'ordre dans le cadre de sa politique de collaboration avec le Reich...

La Milice, à ses yeux, constitue donc un compromis idéal, apte à le satisfaire, tout en offrant des gages à l'occupant sans renforcer ses rivaux collaborationnistes : est mis sur pied, sous le contrôle de Darnand, lui-même contrôlable par Laval, un dispositif d'encadrement de l'Etat et de la population qu'il convient toutefois de ne pas armer, de manière à éviter les désordres qui attenteraient à l'image de marque du régime, outre d'éventuelles tentatives de coup de force, sachant que Laval a gardé le contrôle de la police nationale - voir J. Delpérrié de Bayac, Histoire de la Milice, Fayard, 1970 et Livre de Poche, p. 152-171 et Pierre Giolitto, Histoire de la Milice, Perrin, coll. Tempus, 2002, p. 130-132). La Milice n'en est pas moins devenue un appareil idéologique fortement impliqué dans le régime de Vichy, et soutenu par lui sur tous les plans.





> Grâce à la Milice, il put tenir en lisière les
> représailles allemandes contre les attentats de la
> résistance et il empêcha ces représailles de prendre une
> tournure apocalyptique comme en Pologne, en URSS ou dans
> les Balkans.

Foutaises. Les massacres, meurtres, et autres crimes et délits de la Milice, bien au contraire, se multiplieront, au point que Pétain, après avoir soutenu cette organisation, s'en désolidarisera... le 6 août 1944, sur les conseils de Laval, dénonçant dans une lettre à Darnand son "action néfaste" (cf. J. Delpérrié de Bayac, Histoire de la Milice, Fayard, 1970 et Livre de Poche, p. 535-539).

A quoi Darnand répondra (ibid.) : "Pendant quatre ans, j'ai eu le droit à tous vos encouragements parce que ce que nous faisions, c'était "pour la France". Et aujourd'hui que les Américains sont aux portes de Paris, vous commencez à me dire que je vais être la tâche de l'Histoire de France. On aurait pu s'y prendre plus tôt !" Au cours de son procès, il se ira jusqu'à geindre : "L'ingratitude n'est pas que le fait des démocraties !" (cité in, Pierre Giolitto, Histoire de la Milice, Perrin, coll. Tempus, 2002, p. 517).





> La Milice resta longtemps désarmée et ce n'est qu'après
> qu'elle eût perdu une soixantaine de ses membres contre
> des résistants que Darnand, passant outre aux ordres de
> Laval, alla demander des armes aux Allemands, fin 43, et
> qu'il prêta le serment SS à Hitler.

Une fois de plus, la concision de l'ex-anonyme se révèle des plus lacunaires :

1) Laval ne tenait pas à armer la Milice pour les raisons énumérées plus haut, mais lui-même et Pétain n'en ont pas moins soutenu cette organisation.

2) Darnand est allé quémander des armes aux Allemands, lesquels se sont d'abord montrés réticents, car peu désireux d'armer des Français qui pourraient à l'avenir se retourner contre eux. Ce n'est qu'au bout de plusieurs mois de négociations entre Darnand et des représentants de Himmler que l'occupant a consenti à fournir aux Miliciens des armes... prélevées sur les stocks de l'armée d'armistice ou dans les dépôts d'armes saisies aux Britanniques, sans armement lourd - cf. J. Delpérrié de Bayac, Histoire de la Milice, Fayard, 1970 et Livre de Poche, p. 205-235, et Pierre Giolitto, Histoire de la Milice, Perrin, coll. Tempus, 2002, p. 172-176.

3) Entre-temps, si elle perd effectivement 33 morts et 25 blessés graves à en croire un discours de Darnand du 28 novembre 1943, la Milice n'en a pas moins commencé à commettre des exactions allant jusqu'aux coups et blessures et aux meurtres, outre que les Miliciens pratiquent l'espionnage, la surveillance, la délation - cf. J. Delpérrié de Bayac, Histoire de la Milice, Fayard, 1970 et Livre de Poche, p. 210 et 226.

4) Une fois devenu, fin 1943, le bras armé de Vichy, la Milice est totalement appuyée par Pétain et Laval, jusqu'à ce que la victoire anglo-saxonne devienne évidente, en... août 1944 - cf. J. Delpérrié de Bayac, Histoire de la Milice, Fayard, 1970 et Livre de Poche, p. 241-241. Le 5 juin 1944, Pétain avoue : "Je suis heureux de savoir que, grâce à la Milice, j'ai des troupes fidèles un peu partout en France" (cité in Jean-Pierre Azéma, "La Milice", Vingtième Siècle, 1990, vol. 28, n°28, p. 103-104).

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.11 s  3 requêtes