Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Pétain - Trahison ou sacrifice ? - Michel Boisbouvier
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Collaboration - Vichy
-

Mémento des principaux mouvements politiques collaborationnistes sous Vichy.

- PPF : Parti Populaire Français (Jacques Doriot) - organe de presse: "Le Cri du Peuple de Paris"

- MSR : Mouvement Social Révolutionnaire (Eugène Deloncle)

- CSAR : Comité Secret d'Action Révolutionnaire - appelé par dérision "La Cagoule". - organe de presse: "La Vie nationale".

- RNP : Rassemblement National Populaire (Marcel Déat) - organe de presse: "L'Oeuvre".

- La Parti franciste (Marcel Bucard) - organe de presse: "Le Francisme".

- PFNC : Parti Français National Collectiviste (Pierre Clementi) - organe de presse: "Le Pays Libre".

- La Ligue française (Pierre Constantini) - organe de presse: "L'Appel".

- Le Front franc (Jean Boissel) - organe de presse: "Le Réveil du Peuple".

- Le Feu (Maurice Delaunnay) - organe de presse: "La Tempête".

- Le Groupe Collaboration (Alphonse de Châteaubriant) - organe de presse: "La Gerbe".


Führer - Allemagne nazie
-

Chef suprême, guide et conducteur de la nation.
Le titre fut adopté officiellement par Hitler en août 1934. Le Führer incarne la nation et le peuple et concentre tous les pouvoirs entre ses mains. Le Führerprinzip fonde le régime nazi: "Hitler ist das Gezetz" (Hitler est la loi).


R - Résistance (France)
-

Dans le cadre de l'organisation de la Résistance, la lettre R suivie de 1 à 6 indiquait une région de la zone Sud (zone non occupée jusqu'en 1942).
R1 : Région Rhône-Alpes (centre Lyon).
R2 : Région Provence-Côte d'Azur (centre Marseille).
R3 : Région Languedoc-Roussillon (centre Montpellier).
R4 : Région du Sud-Ouest (centre Toulouse).
R5 : Région de Limoges (centre Brives puis Limoges).
R6 : Région de l'Auvergne (centre Clermont-Ferrand).

En zone Nord occupée, les régions étaient définies par les simples lettres : P - A - B - C - D - M
(voir "zone")


rafle - Vichy
-

Spécialité de la police française aux ordres de l'occupant nazi ou de Vichy. La plus connue est la grande rafle du Vel' d'Hiv' (voir ce terme).
On le sait moins, la rafle du Vel' d'Hiv' a été précédée de quelques autres:
- 14 mai 1941: arrestation de 3.700 Juifs allemands, tchèques et polonais qui croyaient avoir trouvé refuge en France. "Parqués" dans les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande.
- 20 août 1941: arrestation à Paris de 4.000 Juifs. Direction Drancy.
- 6 décembre 1941: arrestation de 1.000 notables et intellectuels, presque tous Français, envoyés au camp de Compiègne.
- 16 et 17 juillet: Vel' d'Hiv'.
Les rafles ne se limitent pas à la zone Nord (occupée). Le 26 août: les Juifs de la Creuse qui avaient cru trouver refuge dans ce département sont pourchassés; les 26/28 août c'est le tour de Lyon et de Marseille. La liste est longue. Le calvaire des Juifs ne fait que commencer....


Troupes d'occupation - TO - Divers

Zone - Résistance (France)
-

En zone Nord occupée, les régions étaient désignées par les lettres:
P : région de Paris.
A : région d'Amiens.
B : région de Bordeaux.
C : région de Châlons-sur-Marne.
D : région de Dijon.
M : Région de Le Mans.

En zone Sud, les régions étaient désignées par la lettre R suivie de 1 à 6.
(voir "R")


Zone Libre - ZL - France
-

Libre jusqu'en 1942 et l'invasion et l'occupation par les troupes allemandes de tout le territoire français. Elle devient alors Zone Sud (ZS).


Zone Occupée - ZO - France
-

Jusqu'en 1942, le territoire français occupé et administré par les Allemands au Nord de la ligne de démarcation. Après l'invasion de la Zone Sud, on dira Zone Nord (ZN)


RSHA - Reichssicherheitshauptamt - Allemagne nazie
-

Office Central de la Sécurité du Reich créé en 1939 avec à sa tête Reinhard Heydrich. Après l'assassinat de Heydrich par la Résistance tchèque à Prague, le 8 juin 1942, le poste est confié à Ernst Kaltenbrunner.
Le RSHA comprend 7 divisions (Amt - Ämter au pluriel):
- Amt I : Service du personnel pour l'ensemble du RSHA.
- Amt II : Questions administratives, économiques et droit.
- Amt III : Inland SD (Sicherheitsdienst) - Service de renseignement et de sécurité intérieure.
- Amt IV : Gestapo - Recherche des adversaires du régime et répression.
- Amt V : Kripo - Police criminelle
- Amt VI : Ausland SD (Sicherheitsdienst)- Service de renseignement et de sécurité à l'étranger.
- Amt VII : Documentation, études et recherches idéologiques.


SS - Schutzstaffel - Allemagne nazie
-

"Echelon de protection" ou "Section de protection".
Créée en 1923, la SS est d'abord la garde prétorienne de Hitler. Sous l'impulsion de Heinrich Himmler qui en prend la tête le 6 juin 1929, elle devient la police du Reich. A partir de 1937, la SS est chargée de la gestion du système concentrationnaire.
Himmler portera le titre de "Reichsfürher-SS".

A partir de 1935, la SS se subdivise en différentes branches notamment:
- SS Verfügungstruppe (troupes mises à disposition), organisées militairement et qui deviennent, au début de la guerre, les Waffen SS.
- SS Totenkopf (tête de mort) chargées de la garde des camps de concentration.

Dans ce texte :

Idem : j'attends toujours des réponses à mes questions de Nicolas Bernard le mardi 26 janvier 2010 à 15h31

L'ex-anonyme ne répond pas aux questions qui lui sont posées, et notamment celles que je reproduis ici.

Bref rappel des faits, tout d'abord.

Selon l'ex-anonyme, en effet, la police française aurait été tenue d'obéir "au-to-ma-ti-que-ment" à l'occupant en toutes matières, notamment la "question juive", ce qui était lourdement inexact (s'agissant du cas belge, voir article de Francis Deleu, et cet autre article du même auteur), et c'est précisément le fait qu'au contraire les S.S. ne pouvaient se permettre de réquisitionner la police française pour perpétrer les rafles/internements/déportations de Juifs en 1942 qu'ils étaient résolus à négocier sa coopération avec le représentant de cette instance, à savoir René Bousquet.

Ainsi que je l'écrivais, "réquisitionner la police française pour procéder à des rafles antisémites constituait une violation caractérisée de la convention de La Haye de 1907 et de la convention d'armistice, outre de heurter l'opinion publique française, et, à la longue, d'irriter l'administration militaire. Pris dans leur globalité, ces éléments militaient contre une réquisition directe de la police française. Il fallait donc, plus que jamais, obtenir l'accord de Vichy pour effectuer ces opérations, ce qui ne poserait pas de difficulté, Vichy ayant approuvé et organisé la première rafle de mai 1941, outre d'avoir déjà manifesté sa volonté affirmée de collaborer en matière d'action antijuive, au point qu'il ne s'était pas opposé aux rafles d'août et décembre 1941." A quoi il faut ajouter que les nazis ne pouvaient intervenir qu'en zone occupée, pas en zone "libre"...

En conséquence, dans la première semaine de mai 1942, le chef du R.S.H.A., Reinhard Heydrich, entre en négociations avec Vichy, via le Secrétaire général à la Police René Bousquet (c'est Heydrich qui prend l'initiative, et non Bousquet) pour obtenir la coopération de la police française, de manière, notamment, à lui confier la tâche de procéder aux rafles elle-même. Heydrich précise à Bousquet que le Führer aurait ordonné de placer la police française sous la tutelle de son adjoint Oberg, mais qu'il est disposé à n'en rien faire, et à laisser à la police française son indépendance pour travailler main dans la main avec elle, dans un bel esprit de camaraderie policière. Cette concession, on le sait, et l'ex-anonyme a été incapable de le contester, Heydrich était désireux de l'effectuer avant même de rencontrer Bousquet, de sorte que sur ce point, Bousquet n'a rien obtenu que ce que les nazis étaient disposés, déjà, à lui accorder.

De fait, après la conclusion le 2 juillet 1942 d'un accord spécifique entre Vichy et les nazis s'agissant des rafles antisémites (prévoyant notamment de livrer aux Allemands les Juifs étrangers de zone "libre"), un accord policier plus général sera conclu le 29 juillet 1942 entre Bousquet et les représentants du R.S.H.A. en France, de manière à définir l'indépendance de la police française et sa collaboration avec l'occupant en matière de sécurité, accord qui sera en fait immédiatement violé par les nazis.

Bref, l'accord conclu avec Vichy le 2 juillet 1942 sur la collaboration policière dans les rafles antisémites a été respecté par les nazis dans la mesure où il garantissait leurs intérêts, et où ils ne pouvaient faire autrement, puisque manquant d'effectifs à ce titre, mais l'accord policier plus global du 29 juillet 1942 a finalement, lui, été violé à la convenance des Allemands, qui pouvaient se le permettre car ils n'agissaient pas autrement avant son entrée en vigueur, en matière de sécurité des troupes d'occupation. En d'autres termes, non seulement Vichy a accepté de coopérer à l'innommable, mais, en outre, n'a rien obtenu en échange, hormis de vaines et vagues promesses non tenues, oubliant que le IIIème Reich ne respecte les accords qu'il conclut qu'à la condition que ces accords le servent.

Telle est la réalité historique.

Pourtant, l'ex-anonyme soutient une théorie différente, et totalement délirante. A l'en croire, les S.S. auraient pu réquisitionner la police française pour effectuer les rafles sans passer par Vichy : en conséquence, "tous les juifs de Paris et de sa banlieue auraient été raflés en une semaine en 42" (pour rappel, la rafle du Vel d'Hiv' permettra d'arrêter 12.884 Juifs, et 10.000 autres Juifs parqués dans les camps de zone libre seront livrés aux Allemands), le reste devant suivre rapidement.

Mais dans cette hypothèse - inepte -, et comme je l'avais écrit à l'ex-anonyme, l'initiative de Heydrich (qui, probablement, ne fait que suivre un scénario composé avec Hitler, car il est exclu qu'il ait cherché à lui désobéir) consistant à entrer en négociations avec Vichy est proprement incompréhensible. Pourquoi Heydrich négocie-t-il, et pourquoi "cède"-t-il immédiatement une police qui, selon l'ex-anonyme, lui appartient déjà ? Pourquoi, puisqu'il peut, selon l'ex-anonyme faire usage lui-même de nos policiers, descend-il de son piédestal pour annoncer à Bousquet qu'il renonce à ce privilège ?

L'ex-anonyme s'est borné à reproduire ses allégations déjà réfutées, de sorte que je n'ai jamais obtenu de réponse à ma question.

Et pour cause.

Par ailleurs, j'ai posé cette autre question, renouvelée, à l'ex-anonyme, qui n'y a jamais répondu - et pour cause : si, comme l'écrit l'ex-anonyme, les S.S. ne respectaient rien, pourquoi, s'apercevant, nous dit-il, de la prétendue mauvaise volonté française de procéder aux rafles/internements/déportations (la réalité étant sensiblement différente, voir également cet article), pourquoi donc ces "pires bandits que l'Europe ait jamais connus depuis les temps mérovingiens", qui "se moquaient éperdument et en toute saison et de la Convention d'armistice et des conventions de La Haye", ne récupèrent-ils pas à leur profit la police française pour l'administrer directement, et effectuer eux-mêmes les rafles/internements/déportations ?

Pourra-t-il enfin répondre à ces deux questions en m'épargnant les inepties déjà réfutées sur Bousquet-parvenant-à-émouvoir-Heydrich-et-à-lui-arracher-victorieusement-l'indépendance-de-la-police-française ?

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.15 s  3 requêtes