Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Henri FRENAY - Robert Belot
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Combat - Résistance (France)
-

L'un des premiers mouvements de résistance en Zone Sud. Fondé par Henri Frenay. Le mouvement "Combat" est issu de la fusion du MLM (Mouvement de Libération Nationale)d'Henry Frenay et Bertie Albrecht avec le Mouvement des Démocrates Chrétiens "Libertés".


Frenay (Henri) - Résistance (France)
-

Fondateur de "Combat" premier mouvement de Résistance en Zone Sud.
Compagnon de la Libération - Biographie


Hardy (René) - Résistance (France)
-

Ingénieur SNCF, recruté par le mouvement "Combat", chef du NAP-Fer (Noyautage des Administrations Publiques - la SNCF.


Moulin (Jean) - Résistance (France)
-

(Bézier 1899 - en déportation 1943)
Préfet à Chartres, il fut mis en disponibilité en juin 1940 par le gouvernement de Vichy.
À Marseille, il rencontra Henri Frenay et rejoignit Londres. Parachuté en zone sud en 1942, il fut chargé par le général de Gaulle de rassembler la Résistance française et constitua l'Armée secrète. Délégué général au Comité national français de Londres, il créa une administration de la Résistance et organisa les services communs à tous les mouvements et réseaux. Fondateur et premier président du Conseil national de la Résistance, qu'il réunit pour la première fois le 27 mai 1943 à Paris, il fut livré par trahison à Caluire, le 21 juin 1943. Torturé, il mourut au cours de son transfert en Allemagne le 8 juillet 1943.
[Source : Dictionnaire des personnages in La France en guerre, du Front populaire à la victoire 1943 - 1945 (Histoire de France illustrée), (s. dir. Ph. Masson), Paris : Larousse-Sélection du Reader's Digest, 1988]
Compagnon de la Libération


R - Résistance (France)
-

Dans le cadre de l'organisation de la Résistance, la lettre R suivie de 1 à 6 indiquait une région de la zone Sud (zone non occupée jusqu'en 1942).
R1 : Région Rhône-Alpes (centre Lyon).
R2 : Région Provence-Côte d'Azur (centre Marseille).
R3 : Région Languedoc-Roussillon (centre Montpellier).
R4 : Région du Sud-Ouest (centre Toulouse).
R5 : Région de Limoges (centre Brives puis Limoges).
R6 : Région de l'Auvergne (centre Clermont-Ferrand).

En zone Nord occupée, les régions étaient définies par les simples lettres : P - A - B - C - D - M
(voir "zone")


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


MUR - Mouvements Unis de la Résistance - Résistance (France)
-

Créée à l'instigation de Jean Moulin en janvier 1943, l'organisation fusionne les trois grands réseaux de la Zone Sud: "Combat", "Libération-Sud" et "Franc-Tireur".

Dans ce texte :

De l'amitié de René CLAUDE le mercredi 14 mai 2003 à 20h01

Bonsoir,

Il y a, je crois, une donnée importante, même si un peu irrationnelle, qu'il faut intégrer lorsque l'on tente de cerner la personnalité et l'action d'Henri Frenay.
Si le créateur de "Combat" était doté d'un charisme important qui lui permit d'entraîner certains de ses contemporains dans une "aventure incertaine" dès l'été 1940 (Chevance, Gemähling), il y a un sentiment qui est mentionné dans les témoignages de tous ceux de ses compagnons de lutte qui ont laissé des mémoires, tels Bourdet, Bénouville, Mireille Albrecht, ou encore Hardy, entre autres, c'est son sens de l'amitié. Frenay fut un homme de clan et de réseaux fondés sur des relations amicales puissantes et la confiance qu'elles impliquent forcément pour ce genre de caractère entier. Il y a du chef de bande chez cet ancien capitaine dynamique pour qui la parole donnée avait une vraie signification dans un jeu politique où elle n'est pas souvent la règle...
Au moment où il s'envole pour Londres, quelques jours avant le drame de Caluire, il délègue ses pouvoirs sur le terrain à un Pierre Bénouville qui n'a rejoint "Combat" que depuis quelques mois : mais ils sont devenus amis et pour Frenay, c'est suffisant pour laisser à ce tout nouveau second la bride sur le cou.

Le problème avec les "confessions" que fit Bénouville à Laure Adler dans le livre à deux voix publiés quelques temps après la mort du général ( "Avant que la nuit ne vienne") est qu'il s'y est trop souvent contredit pour être vraiment crédible sur les questions essentielles des divergences politiques dans les MUR, de son rôle exact dans "l'affaire de Caluire" et des rapports entre les cadres de "Combat", Jean Moulin et la France Combattante... Du côté de Bénouville, on se heurte au discours d'un des cadres importants de la Résistance intérieure qui donne le sentiment d'avoir cherché à figer ses souvenirs dans la langue de bois.
On sent aussi poindre ça et là dans la conversation avec Laure Adler une sorte d'animosité à peine masquée à l'encontre des historiens suspectés de vouloir abîmer l'image d'une Résistance gaullienne unie... La biographie critique de Pierre Bénouville reste à écrire. Pierre Péan a exposé dans "Vies et Morts de Jean Moulin" quelques pistes politiques et culturelles judicieuses pour comprendre les ressorts de cet homme énergique, lui aussi charismatique et qui sut gagner la confiance et l'amitié d'un Frenay à un moment où sa violente opposition aux ordres gaulliens appliqués par Moulin le marginalisait au sein des MUR.
Il n'est pas aisé d'intégrer le concept "amitié" dans une biographie critique mais un chercheur aussi méticuleux que R. Belot laisse entendre à son lecteur qu'il l'a prise en compte pour écrire le portrait politique du fondateur de "Combat".

Cordialement,

René Claude

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.06 s  3 requêtes