Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Vichy dans la Solution finale - Laurent Joly
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)

Dans ce texte :

Tout dépend des objectifs de Jacques Ghémard le dimanche 29 novembre 2009 à 10h28

d'autre part, que pouvait-il faire d'autre que ce qu'il a fait : limiter les dégâts par d'habiles négociations ?


En disant ça, vous sous entendez probablement que l'objectif ne peut être que de sauver des vies immédiatement, ou quelque chose comme ça.

Or en sauvant des vies immédiatement, on peut d'une part perdre quelques "âmes" et d'autre part sacrifier un nombre de vie bien plus grand à plus longues échéance.

Or en mettant le peuple français et ses moyens de production au service des nazis, en livrant des êtres vivants "de toute façon condamnés à mourir", je ne suis pas du tout certain que les dégâts globaux aient été limités. Sans ceux qui ont fait la guerre et non rien cédé, "l'habileté" de Vichy n'aurait servi à rien. Nous serions les esclaves du nazisme si nous étions vivants. Au mieux "l'habileté de Vichy" n'a donc servi qu'à quelques privilégiés, au détriment de ceux qui mourraient grâce aux armes, véhicules, approvisionnements, etc, fournis par Vichy ou parce qu'ils étaient livrés par Vichy.

[...] Les Français de la Métropole ne peuvent plus se battre. Ils doivent subir en ce moment et nous comprenons qu'ils aient le temps de réfléchir sur ce qui leur est arrivé. Ces réflexions sont certes utiles et profitables, mais nous leur demandons de ne pas perdre de vue qu'elles ne serviront à rien si l'ennemi est vainqueur et nous impose sa loi, car cette loi anéantira chez nous toute possibilité de choisir notre destin.

Qu'ils n'oublient pas que cet ennemi n'a repris sa force qu'en profitant de nos querelles intérieures, et qu'en juin 1940 il a eu le génie diabolique de briser complètement notre volonté de résistance en exploitant par ses complices de l'intérieur, cette intoxication politicienne des Français, en dérivant sur la recherche des responsabilités ce qui nous restait d'esprit combatif.

Qu'ils n'oublient pas que le peu qu'ils peuvent faire pour affaiblir et gêner cet ennemi, est aujourd'hui mille fois plus important pour le salut du Pays que la critique la plus pertinente des causes de notre effondrement et l'élaboration des systèmes politiques les mieux équilibrés.

Ces Français ont un gouvernement dont le chef est hautement respectable, dont certains membres sont indubitablement patriotes et honnêtes. Et cependant alors que nous négligeons les gouvernements antérieurs, parce que négligeables puisqu'ils sont défunts et impuissants, nous attaquons vivement ce gouvernement de Vichy, car, lui, est actuel, et ses décisions peuvent peser d'un poids terrible dans les destinées de la Nation pour autant qu'elles favorisent directement ou indirectement nos ennemis.

Quant aux réformes d'ordre intérieur auxquelles procède ce gouvernement et qu'il parait considérer comme l'essentiel, nous n'avons pas à les juger car nous sommes trop éloignés et mal informés Mais nous pensons que c'est un moment très mal choisi pour procéder à des réformes de structure que celui où l'ennemi occupe la plus grande partie de notre territoire, la plus riche, la plus peuplée, où il tient en captivité les deux millions de Français les meilleurs, où ses agents qui pénètrent jusque dans les conseils du gouvernement, contrôlent notre vie nationale.

Il fallait à la France submergée un gouvernement pour traiter avec l'ennemi qui foulait son sol. Il lui fallait pour cela des hommes durs, courageux et ayant de l'autorité; mais des hommes qui restreignent leur mandat aux nécessités immédiates, c'est-à-dire à protéger le territoire qui ne pouvait échapper à l'ennemi, et ne se reconnaissent pas le droit de traiter pour ce qui restait libre; des hommes qui réservent l'avenir national au lieu de le sacrifier à un hypothétique plat de lentilles. Ces hommes devaient se considérer comme gérants de séquestre sans autre ambition que de conserver tout ce qui pouvait l'être dans les prises de l'ennemi.
[...]

Edgard de Larminat, Brazzaville, le 18 Février 1941.


Bienvenue sur LdG
Jacques

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.08 s  3 requêtes