Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

SS - Histoire du service secret nazi - André Brissaud
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Abwehr - Allemagne nazie
-

Service de renseignement et de contre-espionnage allemand sous la direction de l'amiral Canaris.
De son nom complet : Amtsgruppe Auslandnachrichten und Abwehr.
En abrégé: A.Ausl./Abw.


Canaris (Amiral) - Allemagne nazie
-

(1887-1945) Brillant officier de marine pendant la Première guerre mondiale, l'amiral Wilhem Canaris est nommé chef de l'Abwehr, en 1935, en même temps que contre-amiral. Canaris adopte dès 1940 une attitude hostile à l'égard d'Hitler et du nazisme. Fut-il un véritable espion ou un allié secret? Sans pouvoir le préciser avec certitude, on peut toutefois affirmer qu'il joua un rôle politique important pendant la guerre, grâce à ses multiples contacts secrets avec l'étranger. Après l'attentat manqué contre Hitler en juillet 44, il sera arrêté comme comploteur et pendu en avril 1945, peu avant la fin de la guerre.


Führer - Allemagne nazie
-

Chef suprême, guide et conducteur de la nation.
Le titre fut adopté officiellement par Hitler en août 1934. Le Führer incarne la nation et le peuple et concentre tous les pouvoirs entre ses mains. Le Führerprinzip fonde le régime nazi: "Hitler ist das Gezetz" (Hitler est la loi).


Groupe d'armées - GA - France 1940

Wehrmacht - Allemagne nazie
-

L'armée allemande sous le IIIe Reich. Littéralement Wehrmacht signifie "puissance (ou force) défensive". L'armée allemande prend ce nom en 1935 à la place de "Reichswehr" (voir ce terme).


EM - Etat-Major - Divers

OKH - Oberkommando des Heeres - Allemagne nazie
-

Haut commandement de l'armée de terre allemande.


OKW - Oberkommando der Wehrmacht - Allemagne nazie
-

Haut commandement de l'armée allemande.

Dans ce texte :

Contrôle de Auteur anonymé le vendredi 16 janvier 2009 à 15h48

"Hitler, lui, contrôle l'essentiel", écrit François Delpla.

Et bien, non. Il ne contrôle pas l'essentiel et, d'année en année, il contrôle de moins en moins de choses pour finir par ne plus rien contrôler du tout, menant la guerre en déplaçant sur les cartes des divisions fantômes.

Dès le départ, Hitler n'a pas la maîtrise de l'appareil militaire. Il est certes le commandant suprême de la Wehrmacht et il bénéficiera jusqu'à la fin de la loyauté de Keitel et Jodl mais l'armée de terre lui échappe totalement. Hitler entre en guerre avec un Brauchitsch qui ne veut pas se battre et dont le coeur balance entre son Führer et les opposants au régime et un Halder, chef d'EM de l'OKH, qui lui ne rêve que de coup d'Etat.

Loin d'être acquise au régime et à son chef, la haute hiérarchie de la Heer est résolue à saboter l'effort de guerre et à jouer contre son camp pour précipiter la chute du Führer. Avec Kluge, Stülpnagel, Witzleben, Hoepner, Wagner, Fellgiebel, Thiele, Stieff, Thomas, Tresckow, Olbricht, Beck, Hase, Boineburg-Lengsfeld etc, l'opposition a la mainmise sur des secteurs aussi stratégiques que le commandement du groupe d'armées centre sur le front de l'Est, les commandements militaires à l'ouest, en France, en Belgique, à Paris, à Berlin, celui de l'armée de l'intérieur, les transmissions de l'OKW et de l'OKH, le département "organisation" de l'OKH etc...

A cela, il faut ajouter une pièce aussi essentielle dans la conduite de la guerre que les services de renseignements de l'armée (Abwehr), véritable nid de conspirateurs dont le principal est l'amiral Canaris.

Ce sont donc des pans entiers de l'appareil militaire qui, non seulement, échappent à Hitler mais aussi travaillent contre lui.

N'en déplaise à François Delpla, les services de sécurité eux-mêmes vont d'une part échapper au contrôle de Hitler et d'autre part ne même plus lui être loyaux. C'est le cas de Nebe, le chef de la Kripo, de "Gestapo" Müller, très vraisemblablement rallié aux Soviétiques, de Himmler et Schellenberg qui jouent leur propre jeu.

"Il connaît son monde, ce qui lui permet de déléguer beaucoup et de se concentrer sur ses manigances du moment."

Non, il ne connaît pas son monde. La preuve : il fait confiance (et jusqu'à très tard) à des traîtres comme Canaris ou des incompétents comme Goering, remplacé à la tête de la Luftwaffe alors que Berlin est encerclée par les Russes.

"Nous ignorons tout de la fréquence de ses rencontres avec Schellenberg. Nous savons en revanche que Himmler venait voir Hitler, longuement, au moins toutes les semaines et souvent beaucoup plus."

C'est là le seul argument avancé par François Delpla à l'appui de sa thèse selon laquelle Schellenberg et Himmler agissaient selon les ordres de Hitler, gourou omniscient et omnipotent. Ils se voyaient souvent donc Himmler ne pouvait pas jouer double jeu. Le moins que l'on puisse dire est que c'est un peu court. Un peu court et, surtout, en totale contradiction avec tout ce que l'on sait à ce jour sur la question.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.08 s  3 requêtes