Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Chronique de la Résistance - Alain Guérin
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Gaulle (Charles de) - CDG - France libre
-

A hissé le grade de Connétable bien au dessus de celui de Maréchal, fut il de France.
Le site officiel


Montoire - Vichy
-

Charmante localité du Loir et Cher, proche de la vallée de la Loire et de ses châteaux et, en 1940, à la lisière de la ligne de démarcation entre la zone Nord occupée et la zone Sud dite libre.
Le 24 octobre 1940, Pétain y rencontra Aldof Hitler pour une vigoureuse poignée de main et une conversation à bâtons rompus. Quelques jours plus tard, le 30 octobre, Pétain proclama sur les ondes de la radio : "J'entre aujourd'hui dans la voie de la collaboration".


Zone - Résistance (France)
-

En zone Nord occupée, les régions étaient désignées par les lettres:
P : région de Paris.
A : région d'Amiens.
B : région de Bordeaux.
C : région de Châlons-sur-Marne.
D : région de Dijon.
M : Région de Le Mans.

En zone Sud, les régions étaient désignées par la lettre R suivie de 1 à 6.
(voir "R")


Zone Sud - ZS - France
-

Désigne la Zone Libre (ZL) ou Zone Non Occupée (ZNO) avant l'invasion et l'occupation par les troupes allemandes, en 1942, du Sud de la France.


RSHA - Reichssicherheitshauptamt - Allemagne nazie
-

Office Central de la Sécurité du Reich créé en 1939 avec à sa tête Reinhard Heydrich. Après l'assassinat de Heydrich par la Résistance tchèque à Prague, le 8 juin 1942, le poste est confié à Ernst Kaltenbrunner.
Le RSHA comprend 7 divisions (Amt - Ämter au pluriel):
- Amt I : Service du personnel pour l'ensemble du RSHA.
- Amt II : Questions administratives, économiques et droit.
- Amt III : Inland SD (Sicherheitsdienst) - Service de renseignement et de sécurité intérieure.
- Amt IV : Gestapo - Recherche des adversaires du régime et répression.
- Amt V : Kripo - Police criminelle
- Amt VI : Ausland SD (Sicherheitsdienst)- Service de renseignement et de sécurité à l'étranger.
- Amt VII : Documentation, études et recherches idéologiques.


SS - Schutzstaffel - Allemagne nazie
-

"Echelon de protection" ou "Section de protection".
Créée en 1923, la SS est d'abord la garde prétorienne de Hitler. Sous l'impulsion de Heinrich Himmler qui en prend la tête le 6 juin 1929, elle devient la police du Reich. A partir de 1937, la SS est chargée de la gestion du système concentrationnaire.
Himmler portera le titre de "Reichsfürher-SS".

A partir de 1935, la SS se subdivise en différentes branches notamment:
- SS Verfügungstruppe (troupes mises à disposition), organisées militairement et qui deviennent, au début de la guerre, les Waffen SS.
- SS Totenkopf (tête de mort) chargées de la garde des camps de concentration.

Dans ce texte :

Un petit caillou de françois delpla le dimanche 30 septembre 2007 à 05h55

En Zay, puis Mandel, Hitler se paye le luxe de compromettre Pétain, par le fait même qu'il ne rend pas aussitôt son tablier devant ces crimes "français" prouvant qu'il ne sait plus rien empêcher ni protéger personne.

Il joue pour ce faire sur leurs personnalités : ce sont des Juifs (enfin, pour Zay, "à moitié", mais, l'Action française aidant, tout le monde le dit juif), des "Juifs de nationalité française ayant rendu de grands services au pays", bref de ceux que Pétain se faisait fort de rendre intouchables, lui régnant, mais aussi des ministres avec lesquels il a eu maille à partir, ce qui fait qu'en paraissant courvir leur assassinat il paraît régler des comptes personnels.

Ler contentieux Mandel-Pétain étant connu, je me concentrerai sur celui du maréchal avec Zay, beaucoup moins connu mais que cette pipelette d'Abetz (ou d'autres mieux placés encore, voir plus loin) avait fort bien pu porter aux oreilles de son maître : en 1932, tenant conférence à Orléans, Pétain, qui venait tout juste de prendre sa retraite de généralissime, avait dit un mot contre le régime parlementaire et le tout jeune député du coin était sorti ostensiblement... provoquant une rétractation humiliante de l'omnigalonné le lendemain (c'est l'époque où l'armée fait ce qu'elle veut dans son domaine mais ne doit pas dire un mot de travers sur le régime).

Et puis je lis dans son journal de captivité (Souvenirs et solitude, p. 272), à la date du 8 mai 1942 :

En 1929, le président de la République Doumergue, allant présider les fêtes du cinquième centenaire de la délivrance d'Orléans avec le président du conseil Raymond Poincaré, ce dernier pria le maréchal Pétain de les accompagner. Il eut du mal à le décider. Jeanne d'Arc n'intéressait pas Pétain, qui bougonna : 'Le moindre de mes poilus a fait cent fois plus...' En réalité, les militaires n'aiment guère les civils qui gagnent des batailles. Il faut, pour les rallier à Jeanne d'Arc, que l'inspiration divine vienne guider sa stratégie.

Il y fallut surtout l'Occupation ! Avant elle, donc, Pétain dédaignait l'anti-anglaise Pucelle et il eût été fort malséant de le rappeler. Voilà donc une petite piste de recherche. Qui avait connu l'anecdote, qui s'en était gaussé ? Quant au journal de Zay, il pouvait fort bien être recopié au jour le jour par les flics de la Sûreté pendant ses heures de promenade, et les oreilles de Hitler à Vichy étaient grandes -comme vient encore de le révéler un peu plus le livre ici déposé de Christian Destremau Ce que savaient les Alliés. Les SS disposaient à Vichy d'un correspondant très mondain et parfaitement inaperçu, Hans Reiche.

Ce dernier, jeune officier d'aviation (lien avec Göring ?), était arrivé à Vichy fin octobre 1940 comme "correspondant de presse" (Montoire, quand tu nous tiens !), en un de ces moments où de Gaulle clamait que l'ennemi allait et venait dans la zone sud et l'empire, à la vertueuse indignation, maintenue jusqu'à nos jours, des vichystes, vichyssois ou non. Il devait partir fin 42 pour le front de l'est et s'y faire rapidement tuer. Bizarre, bizarre... qu'avait-il fait de pendable aux yeux de Himmler ? Car en fait c'était un officier du RSHA, donc l'oeil de Himmler et de Heydrich, donc aussi de qui vous savez, en plein dans l'antichambre du maréchal.

L'inconvénient du livre de Destremau est qu'il effleure ce genre d'archives : il y a à Londres un volumineux dossier, déclassifié tout récemment, sur les messages radio de Reiche interceptés par les Anglais. A voir d'urgence, sous l'angle des captifs de luxe. Si Hitler s'intéresse à eux, il y a gros à parier qu'il utilise cet espion aussi mondain que discret, des mieux renseignés sur les intrigues de la camarilla.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.07 s  3 requêtes