Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


www.delpla.org, le site de l'historien François Delpla
 
 
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Site personnel de F. Delpla, Historien 1939-45 - François Delpla
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Barbarossa - Allemagne nazie
-

Nom de code de l'attaque allemande lancée contre l'URSS le 22 juin 1941.

-

Le webslave après un repas de spaghetti ?


Montoire - Vichy
-

Charmante localité du Loir et Cher, proche de la vallée de la Loire et de ses châteaux et, en 1940, à la lisière de la ligne de démarcation entre la zone Nord occupée et la zone Sud dite libre.
Le 24 octobre 1940, Pétain y rencontra Aldof Hitler pour une vigoureuse poignée de main et une conversation à bâtons rompus. Quelques jours plus tard, le 30 octobre, Pétain proclama sur les ondes de la radio : "J'entre aujourd'hui dans la voie de la collaboration".


R - Résistance (France)
-

Dans le cadre de l'organisation de la Résistance, la lettre R suivie de 1 à 6 indiquait une région de la zone Sud (zone non occupée jusqu'en 1942).
R1 : Région Rhône-Alpes (centre Lyon).
R2 : Région Provence-Côte d'Azur (centre Marseille).
R3 : Région Languedoc-Roussillon (centre Montpellier).
R4 : Région du Sud-Ouest (centre Toulouse).
R5 : Région de Limoges (centre Brives puis Limoges).
R6 : Région de l'Auvergne (centre Clermont-Ferrand).

En zone Nord occupée, les régions étaient définies par les simples lettres : P - A - B - C - D - M
(voir "zone")

Dans ce texte :

C'est insuffisant de Nicolas Bernard le jeudi 20 septembre 2007 à 18h15

Mon argumentation n'a pas été reproduite. Votre nouveau message, fort court, est loin de tout mentionner, et fait preuve à mon égard de propos injurieux ("accusation aussi absurde qu’infamante").

Mais je vois que vous ne niez plus - enfin ! - avoir écrit que ni Halder ni Jodl ne mentionnaient, avant le 3 juillet 1940, les intentions hostiles de Hitler à destination de Barbarossa. Vous avez opté pour une nouvelle tactique : vous vouliez nous causer de la période du 22 juin 1940 (armistice franco-allemand) au 22 juin 1941 (invasion de l'U.R.S.S.), c'est pourquoi votre affirmation (dont vous ne contestez plus l'existence) ne pouvait s'analyser que dans ce contexte.

Mais la réplique manque en fait, et à deux titres :

1) Tout d'abord, vous n'avez pas mentionné cette petite précision contextuelle dans votre message, ni même après : il vous a fallu attendre six semaines avant d'apporter une telle précision. Vous vous êtiez contenté, dans votre article, d'une remarque d'ordre général et méthodologique, à savoir que "l'étude de l'année charnière 22 juin 40-22 juin 41, initiée par Hillgruber, a été considérablement creusée par votre serviteur qui, le premier, a analysé Montoire et Hendaye comme des trompe-l'oeil". Il s'agissait d'une mise en avant de vos travaux, non d'une introduction posant le cadre chronologique du débat, lequel portait sur les intentions de Hitler vis-à-vis de la France, de la Grande-Bretagne et de la Russie pour 1940, ce dans le contexte d'une défaite française matérialisée à Sedan et Dunkerque, et pas seulement de la situation consécutive au 22 juin 1940. Sachant que vous avez l'habitude de jouer sur les mots dès que vous êtes mis en difficulté, il y a lieu d'en déduire que cette excuse très tardive (vous n'avez même pas songé à l'invoquer lorsque j'ai déniché la citation de Halder) n'est tout simplement pas le reflet de la réalité.

2) Ensuite, le contexte du mois de juin 1940 est quasi-identique à celui précédant de peu Mers-el-Kébir. Depuis Sedan et Dunkerque, la France est vaincue, et que la chose se contrétise à Rethondes le 22 juin 1940 n'a ici aucune importance, car en tout état de cause, Hitler parle tout simplement de sa stratégie globale en tenant pour acquise la défaite française. Et c'est ainsi qu'il déclare au général Halder que la paix sera conclue avec la Grande-Bretagne, puis qu'il s'agira de s'attaquer à l'U.R.S.S.

Mais admirons donc votre (nouvelle) thèse : du 22 juin au 3 juillet 1940, ni le général Jodl, ni le général Halder ne mentionnent une quelconque intention hostile de Hitler vis-à-vis de l'U.R.S.S. Donc, cela signifie que Hitler ne voulait pas envahir cette dernière ! Vous déduisez d'un silence d'à peine dix jours (accompagné, soit dit en passant, de plans d'offensive contre ce pays élaborés par Halder depuis le mois de mai) une stratégie globale, en faisant fi d'une révélation fournie par le journal de ce même Halder à la date du 2 juin 1940, selon laquelle Hitler compte détruire la Russie après avoir conclu la paix avec l'Angleterre.

Mais alors, François, si Hitler veut persuader ses généraux d'une paix avec la Grande-Bretagne, pourquoi va-t-il jusqu'à causer d'une guerre avec l'U.R.S.S. malgré le pacte germano-soviétique ? Je vous ai déjà posé cette question, et vous n'y avez toujours pas répondu. :-)

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.11 s  3 requêtes