Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Présumé Jean Moulin - Jacques Baynac
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


France Libre - France libre
-

Mouvement politique et militaire, créé en juin 1940 par le Général Charles de Gaulle. Déniant toute légitimité au Maréchal Pétain, elle s'opposera militairement à ses forces pour obtenir le ralliement partiel de "l'Empire". En 41 et 42 elle fut la seule force militaire française présente sur les champs de bataille aux cotés des Britanniques . Ensuite son autorité fut acceptée par les mouvements de résistance intérieurs puis, par les autres forces françaises présentes à l'extérieur du territoire. En 1944 la France Libre rétablira la république tout en participant à la victoire contre les nazis.


Gaulle (Charles de) - CDG - France libre
-

A hissé le grade de Connétable bien au dessus de celui de Maréchal, fut il de France.
Le site officiel


Moulin (Jean) - Résistance (France)
-

(Bézier 1899 - en déportation 1943)
Préfet à Chartres, il fut mis en disponibilité en juin 1940 par le gouvernement de Vichy.
À Marseille, il rencontra Henri Frenay et rejoignit Londres. Parachuté en zone sud en 1942, il fut chargé par le général de Gaulle de rassembler la Résistance française et constitua l'Armée secrète. Délégué général au Comité national français de Londres, il créa une administration de la Résistance et organisa les services communs à tous les mouvements et réseaux. Fondateur et premier président du Conseil national de la Résistance, qu'il réunit pour la première fois le 27 mai 1943 à Paris, il fut livré par trahison à Caluire, le 21 juin 1943. Torturé, il mourut au cours de son transfert en Allemagne le 8 juillet 1943.
[Source : Dictionnaire des personnages in La France en guerre, du Front populaire à la victoire 1943 - 1945 (Histoire de France illustrée), (s. dir. Ph. Masson), Paris : Larousse-Sélection du Reader's Digest, 1988]
Compagnon de la Libération


Passy (Colonel) - France libre
-

Pseudonyme d'André Dewavrin. Dès le début de la guerre, le colonel Passy met sur pied le SR (Service de Renseignements) de Forces Françaises Libres. Le SR deviendra rapidement le BCRAM (Bureau Central de Renseignements et d'Action Militaire) puis le BCRA (Bureau Central d'Action Militaire). En juin 1943, le colonel Passy prend la direction technique de la DGSS (Direction Générale des Services Spéciaux), résultat de la fusion du BCRA avec les Services Spéciaux du général Giraud. En février 1944, le colonel Passy rejoint le général Koenig et devient son chef d'Etat-major.
Compagnon de la Libération - Biographie


Relève - Vichy
-

Belle formule imaginée par Laval, en juin 1942, pour désigner le Service du travail obligatoire (STO). Cette "relève" consistait au retour d'un prisonnier de guerre contre l'envoi en Allemagne de trois travailleurs.


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


RF - Région fortifiée - France

SOE - Special Operations Executive - Grande-Bretagne
-

Service secret britannique chargé de l'action en Europe. Les "Réseaux Buckmaster" sont la branche française du SOE.

Dans ce texte :

Médaille disparue ? de Nicolas Bernard le dimanche 03 juin 2007 à 20h53

Jacques Baynac, obsédé par l'idée de prouver l'existence - fantaisiste - d'un terrible rapport de force entre Jean Moulin et De Gaulle, notamment en ce qui concerne l'unification et la centralisation de la Résistance intérieure en 1943, a besoin de passer sous silence plusieurs éléments de nature à gêner sa thèse. Le fait a déjà été prouvé sur ce forum, s'agissant des circonstances de l'arrestation de Moulin, mais ne saurait évidemment se limiter à cette tragédie. L'ensemble du livre relève de l'ineptie historique.

Le dimanche 14 février 1943, Jean Moulin débarque à Londres en compagnie du général Delestraint (il en repartira le 19 mars). Objet : informer le Général de la situation en France, attendre de nouvelles instructions, et s'entretenir avec De Gaulle en vue de définir la politique à suivre s'agissant de l'unification des mouvements. Le contexte est inquiétant, au vu de la montée en puissance du général Giraud, chouchou des Américains, en Afrique du Nord. De Gaulle doit pouvoir compter sur la Résistance intérieure, et dispose d'un appui aussi loyal que non négligeable en la personne de Moulin. Ensemble, les deux hommes entreprendront de faire contrepoids à Giraud.

En la matière, Moulin n'a eu de cesse de soutenir De Gaulle. De Giraud il ne saurait être question. De Gaulle s'estime en demeure de remercier Moulin pour sa fidélité. De fait, le 14 février, le jour même de l'arrivée de Moulin à Londres, il le décore personnellement de l'ordre de la Libération.

La cérémonie en dit long sur l'estime que porte De Gaulle à son émissaire. Se déroulant au domicile du Général à Hampstead, elle ne réunit qu'un nombre réduit d'invités - mais pas des moindres : outre De Gaulle et Moulin, se trouvent présents le colonel Passy, le général Delestraint, André Philip, André Manuel, et Pierre Billotte, fameux hiérarques de la France libre. Le témoignage de Passy, qui n'appréciait pas Moulin, n'en acquiert qu'une plus grande résonnance : "Mais ce caractère d'intimité rendit cette remise de décoration encore plus impressionnante et, après plus de cinq ans, j'en revois les détails avec une étonnante précision. Je revois Moulin, blême, saisi par l'émotion qui nous étreignait tous, se tenant à quelques pas devant le Général, et celui-ci disant, presque à voix basse : "Mettez-vous au garde à vous", puis, poursuivant en détachant les membres de phrase et en les scandant à sa manière personnelle que chacun connaît aujourd'hui : "Caporal Mercier [pseudonyme de Jean Moulin], nous vous reconnaissons comme notre compagnon, pour la Libération de la France, dans l'Honneur et par la Victoire." Et, pendant que de Gaulle lui donnait l'accolade, une larme lourde de reconnaissance, de fierté et de farouche volonté coulait doucement le long de la joue pâle de notre camarade Moulin. Comme il avait la tête levée vers celle du Général, nous pouvions voir encore, au travers de sa gorge, les traces du coup de rasoir qu'il s'était donné en 1940, pour éviter de céder sous les tortures de l'ennemi." (colonel Passy, Missions secrètes en France, Plon, 1951, p. 62)

Cet épisode, répétons-le, est extrêmement significatif de la nature des relations qu'entretenaient Moulin et De Gaulle, toutes d'estime réciproque, de respect mutuel, et d'alliance contre l'adversité. Le fait est si symbolique qu'il a été repris dans le téléfilm que TF1 a consacré à Jean Moulin (sur fond de musique signée Hans Zimmer et initialement réservée au film La ligne rouge, comme l'aura immédiatement observé tout BOphile qui se respecte).

Le déroulement même du cérémonial exclut toute idée de rivalité entre ces deux puissantes personnalités de notre Histoire. En ce sens, l'anecdote suffit à elle seule à pulvériser les assertions passablement embrouillées que Jacques Baynac distille à l'encontre de ces deux individus, pour faire de De Gaulle un pantin dans les mains de Jean Moulin, soucieux de mettre l'"apprenti-dictateur" au pied du mur pour mieux écraser Giraud - quitte à envisager de rallier ce dernier dans les mois qui vont suivre...

Or donc, comment donc Jacques Baynac résout-il ce mortel paradoxe ? Comment conciliera-t-il cette remise de décoration avec son tableau d'ensemble ? Très simple. Il procèdera ainsi : "Arrivé le dimanche [14 février], logé dans un appartement de Pall Mall, la rue des fameux clubs de l'élite britannique, Moulin attaque dès le mardi. Le 16 février, lors d'un entretien informel avec Piquet-Wicks, de SOE/RF, ..." (Présumé Jean Moulin, Grasset, 2007, p. 554)

Et s'agissant de Delestraint, Jacques Baynac précise : "Ce même dimanche [14 février], de Gaulle passe le chercher pour l'amener à son bureau, puis chez lui, à la maison d'Hampstead, où Mme de Gaulle reçoit." (op. cit., p. 561)

Cet épisode si lourdement chargé de symbole est ainsi purement et simplement passé sous silence. Jacques Baynac "oublie" de mentionner que, non, Delestraint ne s'est pas rendu au domicile privé du Général parce que Madame De Gaulle recevait, et aggrave cet "oubli" en "omettant" le fait qu'il était accompagné de Moulin, lequel était l'invité le plus important du chef de la France libre. Et pour cause, il tenait à l'adouber.

Au vu de la médiatisation de l'événement, il est absolument exclu que cet "oubli" de Jacques Baynac en soit un. Cette petite manipulation - à défaut de bourde tout aussi inexcusable - prouve une fois de plus, et si besoin était, que l'ouvrage de Jacques Baynac n'est absolument pas fiable et ne saurait être recevable.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.1 s  3 requêtes