Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

La terreur et le désarroi - Staline et son système - Nicolas Werth
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


génocide
-

Le terme "génocide" est trop souvent appliqué à tort et à travers. Pour éviter les risques de banalisation et parfois même de manipulation, nous proposons la définition rigoureuse que donne l'historien François Bédarida au concept de génocide.

"Ce qui fait la spécificité du génocide au XXème siècle, ce sont trois caractéristiques :
- tout d'abord, un programme calculé d'extermination systématique d'un groupe national, ethnique, racial ou religieux ;
- ensuite, la puissance technique d'organisation, de rationalisation et de contrôle de l'Etat bureaucratique moderne ;
- enfin, la capacité de secret et / ou de camouflage dans l'exécution […]
En vérité, le propre du génocide est de franchir un seuil dans la notion d'humanité. Car c'est la négation même de la condition humaine : la transgression radicale."

-

Une action qui se définit par une distinction précise des populations visées, par l'intention de les détruire systématiquement, par la mise en oeuvre de moyens techniques adaptés et dépendants d'une organisation sociale efficace. [Jean-Clément Martin, Violence de guerre ( Les mots de la violence), Editions Complexes, 2002, p.40]


Goulag - Union soviétique
-

Camp de travail forcé et concentrationnaire dans l'ex-Union soviétique
Désigne également le système concentrationnaire. En effet, Goulag, abréviation de Glavoïe Oupravliéné Laguéreï signifiait à l'origine "Direction principale des camps"


répression - Vichy
-

Le terme "répression", par une confusion du vocabulaire, est fréquemment utilisé pour désigner la politique de persécution menée, par Vichy ou par l'occupant nazi, contre les Juifs. Il serait plus exact de réserver le terme "répression" pour désigner la violence employée contre les communistes, les gaullistes et les résistants, poursuivis pour ce qu'ils **faisaient** ou **avaient fait**. Les Juifs étaient "persécutés" pour ce qu'ils **étaient**.


SD - Sicherheitsdienst - Allemagne nazie
-

Service de sécurité responsable de la surveillance intérieure, du renseignement, de l'espionnage et du contre-espionnage du parti.
Dans l'organigramme du RSHA (Office Central de la Sécurité du Reich) le SD est désigné:
- Amt III Inland SD (service de renseignement intérieur)
- Amt VI Ausland SD (service de renseignement à l'étranger)


SS - Schutzstaffel - Allemagne nazie
-

"Echelon de protection" ou "Section de protection".
Créée en 1923, la SS est d'abord la garde prétorienne de Hitler. Sous l'impulsion de Heinrich Himmler qui en prend la tête le 6 juin 1929, elle devient la police du Reich. A partir de 1937, la SS est chargée de la gestion du système concentrationnaire.
Himmler portera le titre de "Reichsfürher-SS".

A partir de 1935, la SS se subdivise en différentes branches notamment:
- SS Verfügungstruppe (troupes mises à disposition), organisées militairement et qui deviennent, au début de la guerre, les Waffen SS.
- SS Totenkopf (tête de mort) chargées de la garde des camps de concentration.

Dans ce texte :

L'archipel du Goulag ou l'île de la tentation ? de Nicolas Bernard le mercredi 14 mars 2007 à 15h58

> N'importe quel déporté d'Auschwitz, de Treblinka ou de
> Buchenwald, aurait pleuré de joie d'être transféré au
> Goulag.

N'importe quel rarissime survivant d'Auschwitz, Treblinka ou Buchenwald aurait certainement frémi à l'idée d'être transféré au Goulag.

Les camps d'extermination nazis répondaient à une logique génocidaire antisémite : supprimer les arrivants à leur arrivée, les plus forts d'entre eux étant condamnés à la mort par travaux forcés.

Les Soviétiques n'ont pas établi de tels sites de mise à mort industrielle. En revanche, ils ont procédé à l'extermination de 10.000 officiers polonais (pour moitié à Katyn, pour moitié ailleurs), sans oublier la mise à mort des Ukrainiens par famine. Pas de génocide comme les nazis, a fortiori pour cause de racisme, mais des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité. Voir Alexandra Viatteau, Staline assassine la Pologne, Seuil, 1999, et Nicolas Werth, La terreur et le désarroi. Staline et son système, Perrin, coll. Tempus, 2007.

Les camps de concentration du Reich, qui s'inscrivaient dans une logique de répression des oppositions, ne diffèrent pas du Goulag soviétique, créé pour remplir le même objectif de "maintien de l'ordre" (sic). Le sadisme et la corruption du personnel de sécurité étaient similaires, chez les SS comme chez les Soviétiques. Les taux de mortalité étaient tout aussi élevés, pour cause de froid et de faim, de conditions de travail atroces et d'inhumanité des gardiens. Comme l'a raconté un ancien de la Kolyma, le gaz, c'était le froid. Toutefois, le régime concentrationnaire a eu, lui, le temps d'évoluer. Voir, à ce propos, Anne Appelbaum, Goulag, une Histoire, Grasset, 2006.

Au passage, l'ancienne militante communiste Margarete Buber-Neumann a eu l'occasion de visiter les deux modèles concentrationnaires, ayant été arrêtée par Staline en 1937, livrée au SD en 1940 (Déportée en Sibérie), et expédiée à Ravensbruck (Déportée à Ravensbruck). Son "guide du taulard" publié en deux volumes chez Seuil(Prisonnière de Staline et d'Hitler) n'a guère noté de différences entre les deux camps où elle a eu l'occasion de séjourner en pension complète.

Rabaisser les crimes du communisme stalinien sous prétexte que les nazis auraient fait pire me paraît passablement discutable, d'un point de vue historique, pour ne pas dire civique. Je n'assimile certainement pas l'hitlérisme au stalinisme, en vertu de différences notables quant à la vision du monde, l'ambition politique, la méthode de gouvernement et même la manière de réduire/éliminer toute opposition, mais il faut reconnaître que le système concentrationnaire de l'un valait largement celui de l'autre.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.09 s  3 requêtes