Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Présumé Jean Moulin - Jacques Baynac
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Archives nationales - AN - France

Aubrac (Lucie) - Résistance (France)
-

(1912- ) née Lucie Bernard.
Lucie Aubrac contribue avec son mari Raymond Aubrac à créer le mouvement "Libération-Sud". Le 21 octobre 1943, à la tête d'un groupe franc, elle libère son mari tombé, le 21 juin auparavant, entre les mains de la Gestapo lors de la réunion de Caluire.


Aubrac (Raymond) - Résistance (France)
-

(1914- ). Raymond Aubrac, de sensibilité proche des communistes, entre très tôt dans la résistance aux côtés d'Emmanuel d'Astier de la Vigerie avec lequel il participe, en région lyonnaise, à la création du mouvement "Libération-Sud" dont il devient le chef de la branche paramilitaire.
Arrêté le 21 juin 1943 à Caluire, avec Jean Moulin notamment, il sera libéré le 21 octobre suivant par un groupe franc dirigé par sa femme Lucie. A Alger, membre de l'Assemblée consultative provisoire, il est nommé par le général de Gaulle, commissaire de la République pour la région de Marseille (1944-1945) où il est, entre autres, chargé de l'épuration.
Il s'oppose à la guerre d'Indochine et participe aux négociations secrètes avec Hô-Chi-Minh.


Combat - Résistance (France)
-

L'un des premiers mouvements de résistance en Zone Sud. Fondé par Henri Frenay. Le mouvement "Combat" est issu de la fusion du MLM (Mouvement de Libération Nationale)d'Henry Frenay et Bertie Albrecht avec le Mouvement des Démocrates Chrétiens "Libertés".


Frenay (Henri) - Résistance (France)
-

Fondateur de "Combat" premier mouvement de Résistance en Zone Sud.
Compagnon de la Libération - Biographie


Gaulliste - France libre
-

Appellation péjorative des Français Libres
Jamais les Français Libres ne se dénommaient ainsi en parlant d'eux. Cette expression est une "invention de la propagande Allemande" écrit le général de Gaulle "qui tend à nous confondre avec ces anciens partis politiques qui portaient le nom de leurs chefs, "doriotistes ou "paul-fauristes" d'avant guerre." (dans "La 1ère DFL" du général Yves Gras)
JGh


Moulin (Jean) - Résistance (France)
-

(Bézier 1899 - en déportation 1943)
Préfet à Chartres, il fut mis en disponibilité en juin 1940 par le gouvernement de Vichy.
À Marseille, il rencontra Henri Frenay et rejoignit Londres. Parachuté en zone sud en 1942, il fut chargé par le général de Gaulle de rassembler la Résistance française et constitua l'Armée secrète. Délégué général au Comité national français de Londres, il créa une administration de la Résistance et organisa les services communs à tous les mouvements et réseaux. Fondateur et premier président du Conseil national de la Résistance, qu'il réunit pour la première fois le 27 mai 1943 à Paris, il fut livré par trahison à Caluire, le 21 juin 1943. Torturé, il mourut au cours de son transfert en Allemagne le 8 juillet 1943.
[Source : Dictionnaire des personnages in La France en guerre, du Front populaire à la victoire 1943 - 1945 (Histoire de France illustrée), (s. dir. Ph. Masson), Paris : Larousse-Sélection du Reader's Digest, 1988]
Compagnon de la Libération


Résistance
-

Henri Michel dans un de ses livres, - Les idées politiques et sociales de la Résistance, PUF, 1954, p.3 - fait une description très vivante, parlant de la Résistance française.

"Le mot Résistance est apparu pour la première fois dans le discours que le général de Gaulle a prononcé à la radio britannique, le 22 juin 1940; il sera repris ensuite par un des premiers journaux clandestins de la France occupée, puis servira de nom à plusieurs mouvements. Il finit par designer tous ceux qui refusaient d'accepter l'armistice et de croire la défaite définitive, et qui luttaient, chacun dans sa sphère et selon ses moyens, pour être délivrés de l'occupation allemande."
(publié par Laurent Boussaton)


MLN - Mouvement de Libération Nationale - Résistance (France)
-

Fondé à l'automne 1940 par Henry Frenay et Bertie Albrecht.
Frenay, à l'époque, est encore capitaine de l'Armée d'armistice. En 1941, le MLN fusionnera avec le Mouvement des Démocrates Chrétiens et deviendra le mouvement "Combat".

-

A partir de 1943, la dénomination est reprise par le Mouvement de résistance regroupant la plupart des Mouvements non communistes.

-

Regroupement des forces, au début de 1944, de mouvements non communistes de zone Sud (Combat, Libération, Franc-Tireur) unis dans les Mouvements Unis de(la) Résistance (MUR) et de zone Nord (Défense de la France, Résistance, Lorraine, voix du Nord).
(p.250 in Rol-Tanguy chez Tallandier)

Dans ce texte :

Une introduction atterrante de françois delpla le mardi 13 février 2007 à 20h51

Bon voilà j'ai l'objet et, en suivant quelques exemples illustres, j'en commence le commentaire sans avoir tout lu.

Car l'introduction donne déjà une idée claire de la méthode, par sa manière de démolir Daniel Cordier. Je suis d'autant plus à l'aise pour le dire que je lui ai fait de gros reproches, qu'on peut lire ci-contre et dont je ne retire rien, dans l'affaire Chauvy-Vergès versus Aubrac.

Cordier a fait progresser l'histoire de la Résistance, et tous les historiens de ma connaissance le reconnaissent aujourd'hui même si certains ont un peu tiqué au départ, en dévoilant le premier manifeste d'Henri Frenay, datant de l'automne 40. Il comportait une clause antisémite : "Tous ceux qui serviront dans nos rangs, comme ceux qui s'y trouvent déjà, seront des Français authentiques. Les Juifs serviront dans nos rangs s'ils ont combattu dans l'une des deux guerres."

Baynac affirme qu'en exhumant ce texte Cordier dénie à Frenay tout droit au changement d'opinion. C'est le contraire qui est vrai, il fait oeuvre d'historien justement, en montrant que tout ne s'est pas fait en un jour. Mais il y a plus grave. Baynac passe sous silence le fait que, juste après la parution du livre de Cordier révélant ce texte, quatre dirigeants survivants de "Combat", le mouvement dirigé par Frenay, sont allés en corps constitué aux Archives nationales expertiser le document comme un faux, alors qu'il était authentique. Mais il y a pire encore : Baynac en fait une lecture philosémite !! Elle mérite citation :

"à lire sans préjugé les deux phrases de Frenay, il apparaît clairement que les précisions apportées exonèrent son auteur de tout soupçon d'antisémitisme : annoncer que les Juifs ne font d'ores et déjà l'objet d'aucune discriminaiton dans le MLN pose au contraire le scripteur en opposant frontal des premières lois antisémites de Vichy. Et d'indiquer qu'auront place dans la Résistance ceux qui auront combattu dans l'une des deux guerres donne l'assurance que nul ne sera rejeté de la Nation résistante, vu que, par définition, tous les hommes valides de plus de dix-huit ans, juifs, chrétiens, musulmans, non croyants, avaient été mobilisés pendant cette guerre ou lors de la précédente."


Je précise bien que ces lignes ne se prétendent pas exhaustives et que j'ai déjà repéré, dans le reste de l'ouvrage, des commentaires de textes plus fins et plus exacts. Mais la présence de celui-ci en introduction est fort inquiétante et invite à se demander ce qui meut le plus l'auteur : la haine de Cordier ou l'amour de Frenay, et le besoin éperdu de l'identifier avec Moulin, dans une nébuleuse résistante intérieure opposée à l'usurpation gaulliste.

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.06 s  3 requêtes