Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 

Le sang des communistes - Jean-Marc Berlière & Franck Liaigre
La description du sujet




Remarque :

Pour que le Glossaire trouve un sigle, il doit être écrit en majuscules

Pour qu'il trouve un mot, il doit ètre orthographié et accentué correctement

§:c (

 

le Glossaire de Francis a trouvé :


Komintern - Union soviétique
-

Le Komintern (abréviation de Kommunistitcheskiy Internatsional) désigne communément l'Internationale communiste ou la Troisième Internationale regroupant la plupart des partis communistes mondiaux. Le Komintern vit le jour en 1919 et fut dissout par Staline en 1943.


PC - Poste de Commandement
-

ndlr : il arrive que le lecteur distrait confonde PC et PC. Exemple: "Giraud quitte son PC" ne veut pas dire "quitte son Personal Computer", ni "quitte son Parti Communiste" mais tout bêtement "quitte son Poste de Commandement".


PC - Parti Communiste

PS - Poste de secours - France
-

Poste de secours à ne pas confondre avec un parti politique.

Dans ce texte :

En guise de P.S ... ? de René CLAUDE le lundi 31 mai 2004 à 00h14

Bonsoir,

Pourquoi cet "amalgame" entre les 27 fusillés de Châteaubriant et les "Bataillons de Jeunesse" ?
Pour le lecteur mal informé que je suis, il y a là en effet motif à confusion. Mais je laisse une fois encore les deux auteurs de l'essai en exposer la raison :

Si les otages de Châteaubriant monopolisent la lumière mémorielle, les pionniers de la lutte armée, les auteurs des attentats à l'origine des représailles sont eux, depuis des lustres, laissés dans le brouillard épais. Le parti ne laissa filtrer la vérité sur l'attentat de Nantes qu'en 1950. Pire, les auteurs de cet attentat, Gilbert Brustlein et Spartaco Guisco (note : qui n'étaient pas à proprement parler des débutants dans la lutte clandestine) sont traînés dans la boue lorsqu'on daigne parler d'eux.(...)
Un nouveau livre sur la mémoire, ses enjeux, ses usages ?
Pas vraiment...
Tout au plus un livre sur le "détournement" de l'histoire et sur l'oubli, un livre sur les confusions, les mensonges, les reconstructions dont ils se nourrissent. Mais d'abord un livre d'histoire sur une période sensible, controversée : celle de ces mois où tout se noue, où tout bascule; cette période qui - des coups de feu du métro Barbès-Rochechouart et de Nantes aux procès du Palais-Bourbon et de la Maison de la chimie - voit les premiers attentats, les fusillades d'otages, la spirale répressive d'un "automne de sang".
Une période fort mal connue et de surcroît passablement obscurcie par les fantasmes, les passions et les légendes qui ont cours depuis soixante ans, des événements ensevelis sous les non-dits et vrais mensonges, les soupçons et les accusations de toute nature.


Et les deux chercheurs d'écrire un peu plus loin que c'est en étudiant attentivement les archives des différents services de police (française) qu'ils sont parvenus à reconstituer la réalité de ce que fut l'action de ces premiers combattants clandestins oubliés, de cette poignée de combattants des groupes "armés" des Jeunesses communistes parisiennes, notamment du XIe arrondissement, qui constituent alors l'essentiel des maigres effectifs que le PC peut aligner pour mener ces actions que le Komintern le somme de mettre en œuvre à l'été 1941.


Bien cordialement,

RC

*** / ***

Consulter ou enrichir le Glossaire de Francis

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

textexp.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.05 s  3 requêtes