La Mémoire de Dieppe sur le forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

La Mémoire de Dieppe

Radioscopie d'un mythe

Béatrice RICHARD

Bonjour,

"Dieppe, 19 août 1942, 4 heures du matin. Une armada approche des côtes françaises. Une force considérable : 6100 hommes en tout. Près de 5000 Canadiens, des commandos britanniques et 50 rangers américains se tassent à bord d'embarcations hétéroclites, dépourvues de blindages pour beaucoup d'entre eux. Ces troupes amphibies sont accompagnées de 8 destroyers, de 74 escadrilles aériennes alliées, dont 8 appartiennent à l'Armée royale canadienne. (...)
L'opération "Jubilee" est en marche."
Quelques heures plus tard:
"Les assaillants qui n'ont pu être évacués se rendent. A 13h58, les canons se taisent. Du côté allemand, on dénombre près de 600 pertes. Un bilan relativement léger si on le compare à celui, écrasant, des Canadiens. Sur 4963 hommes engagés dans les opérations au sol, seuls 2210 rejoignent l'Angleterre à bord des embarcations restantes.(...) Les pertes canadiennes s'élèvent à 3367 hommes, dont 907 soldats morts au combat ou des suites de leurs blessures. De ce nombre, on décompte également 1946 prisonniers - soit plus que pendant les onze mois de campagne dans le nord-ouest de l'Europe, en 1944-45."

Alors l'historienne franco-canadienne a voulu comprendre le Pourquoi de Dieppe et de l'engagement politico-militaire des unités canadiennes anglaises et françaises dans une opération pourtant fortement déconseillée par certains chefs militaires anglais. Ensuite, elle s'est attachée à suivre l'évolution du raid désastreux dans la mémoire nationale canadienne et son utilisation politicienne depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, un raid transformé quasi immédiatement par la presse (canadienne) de l'époque en un mythe.
Béatrice Richard : "Mais, à long terme, le mythe devait se charger d'un sens spécifique chez les Canadiens français du Québec. Comment et Pourquoi ? Tel est le propos de cet essai."
Pour mieux cerner la force symbolique de cette défaite et les différents emprunts au mythe en un demi-siècle, l'historienne s'est bien sûr appuyée sur les sources politiques et militaires, mais a également lu et relu les journaux canadiens de l'époque, ainsi que les manuels scolaires et les romans canadiens ayant pour cadre ou pour toile de fonds la deuxième guerre mondiale.
Pour terminer cette présentation de la version adaptée de sa thèse de doctorat, je citerai une fois encore Béatrice Richard:
"Le mythe apparaît pour sa part constitutif de l'événement auquel il donne sens. Pour l'historien Angus Calder, le mythe n'est pas un mensonge à proprement parler, mais plutôt "une réserve instantanée d'histoire". Par "mythe", il faut donc moins entendre ici "illusion" ou "mensonge" qu'investissement émotif d'un événement réel par la mémoire collective."
Et c'est cet investissement que l'historienne a voulu analyser et comprendre.

Cordialement,

René Claude

 

www.vigile.net

 

Editeur : vlb éditeur
Date edition : 2002
ISBN ou ref : 2-89005-813-1
Support : livre
Genre : étude historique
Période concernée : de 1939 à 1970
Région concernée : Ouest Europe

Proposé par René CLAUDE le samedi 22 mars 2003 à 10h25

Dernière contribution le mercredi 20 août 2008 à 19h50

lue 5453 fois décrypter

 

Suivre le débat sur La Mémoire de Dieppe et y contribuer
 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0 s  2 requêtes