Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

Jean Jardin 1904-1976 Une éminence grise

Pierre Assouline

Lorsque j'ai aperçu ce livre dans le rayon d'une bibliothèque je me suis souvenu du livre de Alexandre Jardin " Le roman des Jardin". J'ai donc voulu en savoir plus sur ce fameux grand-père qui avait été directeur de cabinet de Laval. Je n'ai pas été déçu par cette biographie de Pierre Assouline, j'avais lu auparavant celle de Hergé. J'ai appris ainsi pour la première fois qu'il avait été l'un des acteurs, avec le colonel Masson et Walter Schellenberg, de la libération des femmes françaises de Ravensbruck. Voici le résumé du livre:


Il fut toute sa vie un homme de l'ombre jusqu'au jour où son fils Pascal Jardin lui consacra un livre. "Le nain jaune" ; c'était lui, Jean Jardin, conseiller du "prince" et éminence grise, un des personnages les plus énigmatiques que le véritable pouvoir, celui qui ne se voit pas, ait produit. Il n'avait jamais voulu écrire ses Mémoires, malgré les nombreuses sollicitations, craignant d'en dire trop ou pas assez. Cette biographie est la première qui lui soit consacrée. Elle a été écrite à partir de témoignages, d'archives et de correspondances pour la plupart inédits, à l'issue d'une enquête riche de révélations sur les dessous de la politique française.
Dans les années trente, haut fonctionnaire aux chemins de fer de l'État, Jean Jardin évolue aussi dans l'atmosphère tumultueuse des revues et des groupes intellectuels. Sous l'Occupation, il travaille dans l'entourage du ministre des Finances avant de devenir le directeur de cabinet de Pierre Laval. Puis, ce vichyssois néanmoins lié à la Résistance est nommé en 1943-1944 à l'ambassade de France à Berne, plaque tournante de l'espionnage, où il est l'émissaire d'un Laval aux abois. Après la Libération, il entreprend une double carrière d'homme d'affaires et de conseiller politique. Homme providentiel des collaborateurs en fuite qui se réfugient en Suisse, anti-communiste pendant la guerre froide, très lié à tout le haut personnel politique de la IVe République qui sollicite régulièrement ses avis, Jean Jardin traverse la seconde moitié de ce siècle à sa manière, sans faire de bruit, mais avec un réel impact sur le cours des événements.
La vie secrète de cet homme à l'entregent inouï, c'est aussi celle de ses amis qu'ils soient écrivains (Giraudoux, Paul Morand...), industriels (Jean Riboud...). Présidents du Conseil (Antoine Pinay, Edgar Faure, René Mayer...) ou eux-mêmes éminences grises (Georges Albertini, André Boutemy...).

 

Editeur : Balland
Date edition : 1986
ISBN ou ref : 2.7158.0607-8
Support : livre
Genre : biographie
Période concernée : de 1939 à 1970
Région concernée : Ouest Europe

Proposé par Christian Favre le jeudi 05 juin 2008 à 06h45

Dernière contribution le jeudi 26 mai 2011 à 07h28

lue 3903 fois décrypter

 

Suivre le débat sur Jean Jardin 1904-1976 Une éminence grise et y contribuer
 

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

sujet.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  2 requêtes