Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Au ravin du loup / René Mathot

En réponse à -4 -3* -2 -1*

Deux manières d’aborder l’histoire... de Jean-Robert GORCE le samedi 20 décembre 2003 à 11h54

Bonjour Laurent, bonjour tout le monde,

Il y a deux manières d’aborder une étude historique.
1) Soit on essaye d’être sérieux, on se donne un sujet et on examine toutes les sources, tous les écrits d’une façon intelligente bien sûr, donc critique et l’on essaye d’en dégager une conclusion sur le sujet étudié. Moi j’appelle cela faire correctement son travail d’historien.
2) Soit pour d’autres raisons que la recherche de la vérité historique, on part de la conclusion à laquelle on veut arriver, on prend les diverses sources qui sont à notre disposition, on élimine celles qui sont trop gênantes sous des prétextes fallacieux et on torture les autres jusqu’à leur faire dire ce qui ne peut que conduire à la conclusion que l’on s’est fixé. Moi j’appelle ça au choix : commencer une maison par le toit ou de la malhonnêteté intellectuelle.

Dans le cas qui nous intéresse, le Haltbefehl, on retrouve typiquement ce type de comportement.
D’un côté les historiens honnêtes, sérieux et rigoureux qui disent : « essayons de comprendre pourquoi Hitler a arrêter ses panzer devant Dunkerque le 24 mai 1940 », traitent cette question par la méthode exposée au 1) et arrivent irrémédiablement à la seule conclusion possible, les raisons du Haltbefehl sont purement militaires. C’est notamment le cas de Jean Vanwelkenhuyzen dernier en date à avoir publié un ouvrage sérieux sur la question.
De l’autre côté, deux ou trois mystificateurs qui pour des raisons diverses partent de l’hypothèse « la justification du Haltbefehl doit être diplomatique », appliquent aux divers document une méthode dite hypercritique () et bâtissent tant bien que mal un raisonnement boiteux pour parvenir à leur fin. Ce genre d’individu est assez dangereux car si l’on n’y prête pas garde, où si l’on connaît mal le sujet, leur méthode, qui emprunte pour une grande part à la rhétorique, risque de convaincre.

En ce qui concerne le contributeur au forum voisin, dont vous citez le message, la démarche est évidente. Soucieux de laisser son nom dans l’historiographie contemporaine, il utilise pour cela tous les moyens, quitte à interpréter un document, un témoignage écrit où oral au deuxième, troisième, quatrième, voire, si cela ne suffit pas, à réfuter carrément la pièce par un tour de passe-passe, dont il faut néanmoins admettre l’habileté.
Je ne vais pas revenir en détail sur le côté fallacieux de ses arguments visant à donner une interprétation diplomatique au Haltbefehl, je n’en ai pas le temps ici, et je ne voudrais pas lasser. Je rappellerais simplement l’utilisation qu’il fait du journal de marche du Heeresgruppe A, tantôt s’appuyant dessus (quand cela va dans le sens de sa démonstration), tantôt le traitant sans vergogne de document falsifié (lorsqu’il dérange). Où encore le fait qu’il s’appuie sur un document quasiment introuvable, le Livre blanc suédois de 1946, pour prouver que Goering avait laissé entendre que des propositions de paix généreuses seraient faites par le Führer à la France et à l’Angleterre, « une fois que les panzer auront atteints Calais ». Facile comme démarche. Qui va aller chercher ce document, introuvable et, qui plus est, écrit en suédois ? Le malheur, c’est que ce document, il est déposé à la Bibliothèque Nordique de Paris et que le rapport de Dahlerus, qui y figure bien, non seulement ne raconte ce que notre ami prétend, mais en plus, dit exactement le contraire !!!
Non vraiment, il n’y a rien à tirer des écrits de ce monsieur… à moins que vous ne vouliez un bon roman soporifique…
Heureusement, démasqué depuis longtemps par les historiens sérieux, il est en passe de l’être par un public beaucoup plus large, ce qui ne peut que rendre service à l’Histoire, la vraie.

Bien cordialement,

JRG

*** / ***

lue 2201 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Merci... de Laurent Boussaton 20 déc. 2003 12h55
1 phdn - le lien précis de Francis Deleu 20 déc. 2003 13h27
1 Il y a quand même de drôles de choses dans les greniers de françois delpla 18 juil. 2007 06h18
2 Ne pousse pas un paisible retraité dans le ravin de Francis Deleu 18 juil. 2007 12h55
3 "Un sommet, donc, à la fois de malhonnêteté et d'idiotie" de françois delpla 18 juil. 2007 13h01
4 Comme quoi l'expression de ta pensée n'est pas toujours claire de Jacques Ghémard 18 juil. 2007 14h33
2 désolé... de françois delpla 18 juil. 2007 14h44
3 Présenté comme ça ... de Jacques Ghémard 18 juil. 2007 16h00

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Au ravin du loup

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes