Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Un diplomate parmi les guerriers / Robert Murphy

En réponse à
-1Murphy et Leahy, deux exécutants. de René CLAUDE

Murphy, Roosevelt et de Gaulle? de Francis Deleu le vendredi 12 septembre 2003 à 17h22

Bonjour,

Il est indéniable que Murphy ne soutint jamais le général de Gaulle même si dans son "récit", pointe de temps à autre un soupçon de sympathie. "Un diplomate parmi les guerriers" date de 1964. Murphy est diplomate jusqu'au bout des ongles, y compris dans ses mémoires. A Vichy ou à Alger, on pouvait le surprendre à l'apéro en compagnie d'un dignitaire nazi, déjeuner avec Weygand et, au pousse-café, accoudé au bar, converser avec un gaulliste. Toujours avec un sourire charmeur.
Non seulement Murphy épousait les vues de Roosevelt mais aussi, comme conseiller direct, sans passer par le Département d'Etat, Murphy inspirait probablement le président des Etats-Unis. L'action d'un diplomate se doit d'être pragmatique. A Alger, en 1942, l'objectif de Murphy était d'assurer le succès de l'opération "Torch". Se tourner vers la France libre aurait probablement compromis le débarquement car il était convaincu, avec raison probablement, que les Etats-Unis se seraient aliénés tous les Vichystes et plus particulièrement l'armée française hostiles à de Gaulle.

Comme le précise Anne Laurens, l'hostilité de Roosevelt à l'égard de De Gaulle remonte vraisemblablement à juin 1940. De Gaulle n'était qu'un obscur officier et les milieux politiques le présentaient comme un aventurier fasciste. Dans l'esprit de Roosevelt, l'affaire de Dakar confirma cette rumeur. Roosevelt en conclut que de Gaulle ne possédait aucune lucidité politique et s'était lancé dans une guerre civile où il mettait ses ambitions personnelles au-dessus des intérêts français et alliés. Cette méfiance ne quitta jamais Roosevelt.

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 853 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Calculs politiques, pragmatisme, naïveté, ... ? de René CLAUDE 12 sept. 2003 20h28
1 La bienveillance d'Eisenhower de René CLAUDE 13 sept. 2003 21h56
2 Un sac à noeuds ! de Francis Deleu 15 sept. 2003 20h41
3 Un secret connu de tous de René CLAUDE 15 sept. 2003 22h07
2 Eisenhower de Etienne Lorenceau 20 janv. 2005 06h57

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Un diplomate parmi les guerriers

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes