1941-1945. Priorité des priorités de Hitler : éliminer les enfants juifs. - Cinquante idées reçues sur la Shoah - Tome I - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Cinquante idées reçues sur la Shoah - Tome I / Marc-André Charguéraud

 

1941-1945. Priorité des priorités de Hitler : éliminer les enfants juifs. de F.Deleu le vendredi 02 décembre 2022 à 21h34

Bonsoir,

L’article que nous confie Marc-André Chargueraud décrit que pour Hitler la seule et constante priorité, répétée depuis 1924 jusqu’à sa mort, fut l’élimination des enfants juifs.
1941-1945. Priorité des priorités de Hitler : éliminer les enfants juifs.

Pour les nazis les enfants juifs représentent des reproducteurs en puissance de la « peste juive » qu’il faut supprimer. Ils ont largement réussi leur pari infâme. Il ne faut jamais oublier que trois fois plus d’enfants que d’adultes ont été massacrés.[1]



Sur quelque 1 600 000 enfants juifs vivant en Europe continentale en 1940, on estime que 100 000 à 200 000 ont survécu, soit entre 6 et 12 %.[2] Sur les 5 200 000 adultes juifs européens, 2 000 000 environ soit 38% sont en vie à la Libération. [3] Ils ont échappé à la catastrophe. 6 à 12% d’enfants survivants, 38% d’adultes, ces chiffres n’illustrent-ils pas l’acharnement mortel des nazis envers les jeunes Juifs ?

Que les enfants aient été plus fragiles que leurs aînés n’est qu’une partie de l’explication. Certes les enfants sont plus nombreux à succomber dans les camps de transit, dans les ghettos, dans les transports vers les camps de la mort où ils sont systématiquement exterminés comme tous ceux qui ne sont pas aptes au travail, les vieux, les malades, les invalides. Nombre d’enfants ont pu échapper aux arrestations. Ils ont été pris en charge par les populations locales, confiés par leurs parents avant leur arrestation imminente ou abandonnés, livrés à eux-mêmes au gré des drames. Ils sont plus faciles à cacher. Ils se fondent parmi les autres enfants et adoptent naturellement ou sont incités à pratiquer les usages et parfois les rites religieux pratiqués par leur milieu d’accueil, ce qui posera de nombreux problèmes à la Libération mais les sauvera.

Tout au long de sa carrière politique Hitler a manifesté sa volonté morbide d’éradiquer de la surface de la terre le peuple juif qu’il considère comme son pire ennemi. Jusqu'à ses derniers jours l’extermination des Juifs reste sa priorité absolue. Le 15 février 1945, Hitler répète une fois de plus : « Je ne leur ai pas laissé ignorer que s’ils précipitaient de nouveau le monde dans la guerre, cette fois ils ne seraient pas épargnés, que la vermine serait définitivement extirpée d’Europe ». [4] Le Führer s’imagine être investi d’une mission « céleste », lorsqu’il s’exclame le 2 avril 1945, moins d’un mois avant son suicide : « On sera éternellement reconnaissant au national-socialisme d’avoir effacé les Juifs d’Allemagne et d’Europe centrale ». [5]

Dicté le 29 avril 1945, avant son suicide, le testament de Hitler se termine par une phrase symptomatique de sa haine maladive des Juifs. « Par-dessus tout, je commande aux dirigeants de la nation (futurs dirigeants de l’Allemagne) et à leurs subordonnés d’observer scrupuleusement les droits de la race et l’opposition sans merci à l’empoisonneur des peuples : la juiverie internationale ». [6] Et l’on sait ce qu’il entendait par « opposition sans merci ».

Une jeunesse nombreuse et forte est indispensable pour assurer la survie d’une communauté. Détruire une génération d’enfants et d’adolescents, la génération montante, celle qui donnera la vie aux générations futures, c’est le moyen le plus abominable mais le plus efficace d’anéantir un peuple. Le Führer en est pleinement conscient. Déjà dans Mein Kampf, écrit en 1924, Hitler expose les méthodes criminelles qu’il compte employer pour conserver la « pureté » de la race allemande.

On peut y lire : « Le but suprême de l’Etat raciste doit être de veiller à la conservation des représentants de la race primitive, dispenseurs de la civilisation, qui font la beauté et la valeur morale d’une humanité supérieure ». Les Juifs ne font pas partie de cette « race primitive ». Plus loin ont lit que l’’Etat raciste « doit déclarer que tout individu notoirement malade ou atteint de tares héréditaires, donc transmissibles à ses rejetons, n’a pas le droit de se reproduire et il doit lui en enlever matériellement la faculté ». « Celui qui n’est pas sain, physiquement ou moralement et par conséquent n’a pas de valeur au point de vue social, ne doit pas perpétuer ses maux dans le corps de ses enfants ». [7] On voit ce qui attend les Juifs et avant tout leurs enfants que Hitler classe au premier rang des « tarés », inassimilables socialement.

Adolf Eichmann, le chef de la section juive de la Gestapo à Berlin, rejoint les propos de Hitler que l’on vient de citer. Il demande que tous les enfants juifs soient liquidés, car « ils constituent sans exception un matériau biologique précieux. » [8] Des reproducteurs en puissance de la « peste juive » qu’il faut supprimer.

Le 6 octobre 1943 devant les Reichsleiter et les Gauleiter du parti, Heinrich Himmler, le chef des SS et de la Gestapo, ne cache pas cette détermination du Führer envers les enfants juifs : « Je vous prie seulement d’écouter ce je dis dans ce cercle, mais vraiment de ne pas en parler. La question se posa à nous : Que faire des femmes et des enfants ? J’ai pris la décision de trouver également dans ce cas une solution parfaitement claire. C’est que je ne me considérais pas autorisé à exterminer, c’est-à-dire à assassiner ou à faire assassiner les hommes et à laisser grandir leurs enfants, vengeurs face-à-face à nos fils et à nos petits-fils. Il fallait prendre la décision difficile de faire disparaître ce peuple de la terre ». [9]

Dès l’arrivée au pouvoir de Hitler, le rabbin Léo Baeck, président de l’Association des Allemands de Confession Juive, est conscient de la politique raciste que Hitler va poursuivre. Il est angoissé par le drame que constitue pour sa communauté la disparition de sa jeunesse. Dès mars 1933 une de ses priorités est de sauver les jeunes en organisant leur émigration. « Ils emmèneront leur religion à l’étranger et avec leur énergie et leur enthousiasme ils la feront grandir plus forte que jamais. Ainsi même si la communauté juive allemande est décimée, elle pourra renaître ». [10]

Ce qui s’est heureusement réalisé en Allemagne, où les deux tiers de la population juive ont pu émigrer avant le début de la Shoah, s’est transformé en tragédie à l’échelon de l’Europe où près des trois quarts des Juifs sont morts et les enfants au premier chef. L’anéantissement des enfants est probablement l’acte le plus affreux et le plus honteux commis par les nazis. [11] Encore ces qualificatifs sont-ils très loin d’exprimer une conduite d’autant plus ignoble et infâme qu’elle était préméditée. Un commentaire de Gerhart Riegner, le fameux représentant du Congrès juif mondial à Genève, s’applique particulièrement à ces enfants : « C’est difficile à admettre et personne ne le désire (…) la réalité c’est que nous, les Juifs, nous avons perdu la guerre contre Hitler ». [12] Mais comme l’écrivait le 8 octobre 1942 Richard Lichtheim, représentant de l’agence juive à Genève : « Dans le cas de Hitler, rien de ce que nous pouvons ou d’autres pourront faire ou dire, ne l’arrêtera (...) Hitler et ses SS dirigent actuellement sans partage l’Europe occupée et aucune force ne peut les arrêter ». [13]


Copyright Marc-André Charguéraud. Genève 2022
________________________________________

[1] Proportionnellement aux nombre de personnes .

[2] NECHAMA , p. 276. Aucun des chiffres repris ici ne comprend la population juive d’URSS. Le chiffre de 100 000 enfants survivants estimé par Tec Nechama semble faible. En effet en additionnant le nombre des enfants qui ont survécu en France, Belgique et Hollande on atteint presque le chiffre de 80 000. Même en le portant à 200 000, le pourcentage d’enfants survivants reste dramatiquement inférieur à celui des adultes. OUZAN, p. 52, cite un chiffre de 1 500 000 enfants juifs dont seulement 60 000 seraient en vie à la Libération.

[3] GUTMAN 1990, Chiffres dérivés du tableau de la p.1799. Le calcul est le suivant : Population juive initiale : 9 797 000 moins URSS 3 020 000, soit 6 777 000 ; moins 1 600 000 enfants, soit 5 177 000 adultes. Moyenne des pertes (minimum/maximum) : 5 728 000 moins URSS 1 050 000 soit 4 678 000 ; moins 1 500 000 enfants ( 1 600 000 enfants dont 100 000 sauvés) soit 3 178 000 adultes. Ce sont donc environ 38% soit 2 000 000 d’adultes ( 5 177 000 moins 3 178 000) qui ont survécu contre seulement 6 à 12% des enfants.

[4 ] JACKEL, in FURET direction,, p. 113. Ce sont les menaces qu’à plusieurs reprises il a exprimées pendant ses interventions publiques.

[5] IBID.

[6] VARAUT, p. 37.

[7] HITLER, p. 392 et 4020
.
[8] BRAHAM, 1981, p.1081.

[9] BILLIG, p. 73.

[10] BAKER, p.152.

[11] Y compris l’URSS.

[12] LISKOFSKY in FINGER direction, appendix 7 p. 41.

[13] GILBERT, 1981, p.82

*** / ***

lue 3197 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes