Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


Le magazine de l'histoire de la guerre mécanisée et des engins militaires
 
 
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Batailles & Blindés / Collectif

 

Au sommaire du n° 71 de Francis Deleu le lundi 01 février 2016 à 15h51

+ Dossier : Le chant du cygne de la Panzerwaffe - Les dernières unités blindées allemandes à l'Est
Alors que les Soviétiques arrivent aux portes du Reich, la Wehrmacht racle les fonds de tiroir pour mettre sur pied une multitude d’unités blindées – ou non – ayant vocation à détruire les vagues de chars de l’Armée rouge. De ces mesures désespérées naissent d’ultimes Panzer- Divisionen à l’existence aussi brève que peu glorieuse, des brigades de Jagdpanzer 38(t) levées hâtivement, mais surtout des formations plus pathétiques de « casseurs de chars », dont les jeunes recrues sont armées de Panzerfäuste et se déplacent à bicyclette pour ne servir que de chair à canon…
Par Yann Mahé
Panzerjäger-Abteilung - L'arme antichar allemande, 1939-1945
Ayant évolué dans l’ombre des Panzer, les moyens antichars allemands n’en demeurent pas moins d’une importance fondamentale pour les Allemands tout au long de la guerre, qu’il s’agisse de leurs opérations offensives ou défensives. Les unités combattantes de la Heer et de la Waffen-SS débutent les hostilités avec le petit canon Pak 35/36 de 3,7cm, mais les confrontations successives avec l’ennemi obligent les penseurs allemands à remédier aux faiblesses constatées en augmentant à la fois les calibres et la mobilité des pièces. Hugues Wenkin fait le point complet sur les solutions et la doctrine d’emploi des Panzerjäger.
par Hugues Wenkin.
+ «Le poids de l'inexpérience» - L'escadron d'autos-blindées du corps de cavalerie belge au combat
Équipé de dix engins Renault type ACG1 lors de sa mise sur pied en septembre 1939, l’escadron d’autos-blindées du corps de cavalerie est, en mai 1940, la seule formation de l’Armée belge à aligner de véritables chars de combat. Engagée avec parcimonie lors de la « campagne des 18 jours », l’unité se déploie successivement sur le canal de Willebroek, à Zwijndrecht et à Quatrecht, mais ne s’y distinguera pas particulièrement en raison d’une utilisation maladroite de son matériel due, en majeure partie, à l’inexpérience de l’Armée belge en matière d’emploi de chars.
par Mathias André.
+ « Personne d'autre que nous ! » - Les blindés des parachutistes soviétiques de la guerre froide
Dès les années 1930, les Soviétiques, précurseurs dans l’emploi opérationnel des troupes aéroportées, imaginent le moyen d’octroyer des appuis lourds à leurs paras. Les expérimentations menées ne débouchent sur aucune réalisation concrète durant la Seconde Guerre mondiale, mais la guerre froide est bien plus prolifique. Canons d’assaut ASU-57, ASU-85, blindés BMD-1 et BMD-2, ainsi qu’automoteurs 2S9 Nona largués sur palette ou aérotransportés par Tupolev et Iliouchine sont censés ouvrir le bal en cas de Troisième Guerre mondiale. Comment ces blindés auraient-ils dû être employés ? Jean-Jacques Cécile nous dit tout.
par Jean-Jacques Cécile.
+ « Capri», c'est fini ! » - La derniè;re offensive de Rommel en Afrique
A l’issue de l’offensive de Kasserine, victoire tactique mais qui n’a pas rempli ses objectifs stratégiques, Erwin Rommel, propulsé à la tête de la Heeresgruppe « Afrika », n’a plus guère de possibilité. Le « Renard du désert » est même résigné et ne croit plus à la pertinence de la moindre opération d’ampleur, souhaitant avant tout l’évacuation de ses troupes. Ses supérieurs et ses subordonnés ne sont pas de cet avis et proposent de retourner les Panzer-Divisionen du Deutsches Afrika-Korps dans une dernière tentative contre la 8th Army dans le Sud tunisien face à Médenine.
par Benoît Rondeau.
+ Actu : L'Arme blindée cavalerie indienne - Entre héritage et réorganisation
En ce début de XXIe siècle, l’Inde est à la croisée des chemins. Son ennemi héréditaire, le Pakistan, ne constitue pas la menace principale, à l’inverse de l’encombrant voisin qu’est la Chine. L’Arme blindée indienne, l’Indian Army Armoured Corps, est donc confrontée à un pouvoir décisionnel tenant compte de cette réorientation. Massivement équipées « à la russe », les unités blindées indiennes sont en cours de réorganisation et de modernisation avec l’aide de leur fournisseur traditionnel, en attendant la mise au point par l’industrie nationale de chars purement indiens.

*** / ***

lue 4972 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Batailles & Blindés

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes