Une histoire en pleine évolution - Darlan - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Edition du 15 mars 2015 à 15h43

Darlan / Bernard Costagliola

En réponse à -3 -2
-1La collaboration à la Darlan de Bernard Costagliola

Une histoire en pleine évolution de françois delpla le dimanche 15 mars 2015 à 15h38

Comme Bernard Costagliola le dit lui-même, sa vision d'un Darlan collaborateur suit des pistes ouvertes par Henri Michel, Robert Frank et d'autres (dont moi-même dans mes livres sur Mandel puis Mers el-Kébir).

En revanche, sa lecture du télégramme de 13h 04, le 9 novembre 42 (p. 245), est une vraie brèche historiographique : Darlan est tellement peu neutre, et tellement collaborateur, qu'au moment même de se vendre aux Américains il voudrait encore négocier avec les Allemands, et demande à Pétain ce que veut Hitler ! Il donnerait bien en gestion aux Yankees le Maroc et l'Algérie, et aux Allemands la Tunisie.

La logique de cette apparente aberration est une certaine vision de l'avenir de la guerre; c'est encore notre ami Costagliola qui remarque que sur ces entrefaites Darlan dit à un familier : "Ils ne peuvent plus gagner la guerre mais ne l'ont pas encore perdue". Cependant ils piétinent à Stalingrad et vont bientôt s'y faire encercler, ce qui pose la question de la frontière germano-russe après la guerre.

Darlan est un anticommuniste et un antisoviétique pur sucre, comme l'a prouvé notamment le fait qu'il confie le ministère de l'Intérieur à Pucheu en juillet 41. Il s'agissait de convaincre Hitler qu'il pouvait, sans craindre un coup de poignard dans le dos, laisser la France voler de son propre zèle antirouge, et concentrer ses forces contre les Russes.

Il en est encore là ce 9 novembre, quand il envisage de livrer la Tunisie à Berlin en échange d'un aménagement substantiel de l'armistice :

Si l'Allemagne nous aide (sic !), il est essentiel qu'elle modifie situation armistice et qu'elle la remplace par une autre formule politique qui nous permettrait de recouvrer nos possibilités (je suggère d'ailleurs que Bernard, qui doit avoir saisi ce texte intégralement, nous en fasse part et que Francis l'insère dans la documentation du site).

Je rappelle qu'Hubert Delpont, découvreur du texte ultra-collabo de juillet 42 que Coutau-Bégarie et Huan avaient deux fois passé sous silence, n'avait pas osé, en 1998, interpréter ce texte (le télégramme du 9) ainsi et avait écrit banalement que Darlan cherchait à gagner du temps. Il s'en explique ici .

*** / ***

lue 3130 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes