Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

5 ans à la tête de la DST / Jean Rochet

En réponse à -2
-1Impasse et nouvelle piste de Etienne Lorenceau

Roland Nosek de Etienne Lorenceau le lundi 22 décembre 2014 à 23h19

Olivier Pigoreau, « Un espion nazi à Paris, interrogatoire du SS Roland Nosek », Histoire et Collections, 302 p.

Qui se souvient de Roland Nosek? Lorsque ce jeune sous-lieutenant allemand arrive à Paris en août 1940, il est à la tête d’un petit détachement du Sicherheitsdienst, le SD, le service de sécurité SS constitué à l’initiative d’Heinrich Himmler et de Reinhard Heydrich. D’autres officiers du même service comme Helmut Knochen et Herbert Hagen sont plus connsu du grand public pour les crimes qu’ils ont accumulés. Nosek n’a pas été compromis de les plus sales besognes mais il a cherché à l’issue de la guerre à se rapprocher du contre-espionnage pour offrir ses services. Ce qui a alors semblé intéressant. Il est alors interrogé dans une petite station thermale de la Forêt-Noire, tout près de Baden Baden. Pendant plus d’un an, jusqu’au 16 septembre 1946, Nosek est interrogé et rédige pendant ce temps un mémoire où il raconte son activité dans le SD.
Ses informations confirment l’association de Doriot à ces officiers pour constituer un mouvement de résistance anti-allié en parachutant derrière les lignes des militants du PPF préparés à l’action clandestine. Il considère aussi que les Allemands ont été incapables de créer un vrai service de renseignements en France.
Qu’est-il devenu? L’auteur nous prévient: Roland Nosek n’apparaît pas dans les dossiers des services secrets communicables aujourd’hui.
Ce livre est un vrai document mais il faut aussi savoir prendre de la distance avec des interprétations qui résultent de la seule analyse de cet officier ou d’une appréciation incomplète de l’ensemble des données sur des dossiers qu’il n’a pas eu entre les mains.
On appréciera aussi la férocité de ses analyses. Lorsqu’il évoque l’ambassadeur Otto Abetz: « J’avais l’impression qu’on devait considérer Abetz comme un idéaliste voulant véritablement une collaboration franco-allemande. Je crus sentir après quelques conversations qu’il n’avait ni politiquement, ni personnellement assez de classe pour défendre ses idées à Berlin ».
Nosek dresse le « bottin » de ses contacts, agents et fréquentations. La liste est fournie, car l’homme semble avoir eu beaucoup d’entregent dans le Paris interlope de l’Occupation. Il entretient des relations dans les milieux artistiques (chanteurs, starlettes...), fraye avec des personnalités politiques et mondaines, fréquente diplomates, hommes d’affaires, membres du Milieu corse et militants collaborationnistes, et rencontre des responsables allemands de tous ordres. Nosek croise aussi, en terrain neutre (Zone non occupée, Espagne), des agents avoués ou présumés de la « partie adverse ».

*** / ***

lue 2591 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Interrogation de Nosek de Etienne Lorenceau 29 déc. 2014 15h40

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur 5 ans à la tête de la DST

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes