Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre


Edition du 17 août 2014 à 11h46

« Vivre libre ou mourir. Plateau des Glières Haute-Savoie 1944 » / Association des Glières

En réponse à -6 -5 -4 -3 -2
-1Olivier Wieviorka - Claude Barbier de Francis Deleu

Petite bataille militaire, grande bataille psychologique ! de Alain Cerri le lundi 11 août 2014 à 13h53

Bonjour,

Si j'ai lu les livres susmentionnés d'Olivier Wieviorka et de Claude Barbier, je n'ai pas eu la possibilité, pour l'instant, de lire la thèse de ce dernier, dont le livre se présente comme un résumé destiné au grand public.

En ce qui concerne le bilan des pertes humaines aux Glières, je renvoie à ma page principale sur les Glières et à la section « Pertes de la Résistance et de la Wehrmacht aux Glières » :
http://alain.cerri.free.fr/index4.html

Du côté de la Résistance, en définitive, il y aura environ cent quarante morts (vingt sédentaires et cent vingt maquisards dont Anjot et tous ses officiers sauf deux : Jourdan et Barillot, qu'on oublie toujours !), tués au combat, sous la torture, fusillés ou déportés. Si l'on compte les blessés et les prisonniers, exactement les deux tiers de l'effectif, soit environ 300 hommes, sont touchés. Lors du combat de Monthiévret le 26 mars 1944 (mais, encore une fois, la bataille des Glières ne se limite pas à ce combat, comme voudrait le faire croire Claude Barbier, qui, de surcroît, le minimise), seuls deux maquisards sont tués (le chef André Guy, le tireur F.-M. Jacquart), un est gravement blessé à la cuisse (Paul Lespine, qui sera capturé, torturé et fusillé) et au moins un blessé légèrement (Louis Ganassali, un éclat dans le mollet ?).

Du côté des Vichystes et des Allemands : env. 20 gardes mobiles, GMR et miliciens tués, 3 Allemands tués et 7 blessés (dont 5 accidentellement et un mortellement).

Mais, s'il n'y a pas eu de grande bataille strictement militaire aux Glières, une bataille s'est bien déroulée sur un plan plus élevé et plus important, puisqu'elle a eu des effets favorables à la fois dans l'espace national (conquête de l'opinion française) et international (soutien de la France libre et de la Résistance par les Alliés) ainsi que dans le temps d'après-guerre (reconstruction de l'identité nationale) : la bataille « psychologique » !

Pour ceux qui veulent avoir une idée de l'importance des Glières dans la guerre « psychologique », deux textes courts, mais très pertinents :

1) Article « La bataille radiophonique des Glières (février - mars 1944 » d'Aurélie Luneau dans le Dictionnaire historique de la Résistance (Robert Laffont, 2006) ;

2) Article « La bataille des Glières et la guerre psychologique » de Jean-Louis Crémieux-Brilhac dans la Revue d'histoire de la Seconde Guerre mondiale (n° 99, juillet 1975).

Cordiales salutations !

P.-S. J'ignorais que « des sites négationnistes [s'étaient] emparés du livre de Barbier » (ce qui, pour le coup, est vraiment désolant, pour reprendre le terme de David Jardin), mais je ne pense pas que Claude Barbier mange de ce pain-là.

*** / ***

lue 2608 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur « Vivre libre ou mourir. Plateau des Glières Haute-Savoie 1944 »

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes