L' amende... - Aubrac, Lyon 1943 - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Aubrac, Lyon 1943 / Gerard Chauvy

En réponse à -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Alors suis tes conseils de Jacques Ghémard

L' amende... de françois delpla le dimanche 15 septembre 2013 à 11h16

... ne saurait être honorable si je me dégonflais.

Je n'ai pas une ligne à changer sur cette page

et, à ma chronologie des calomnies contre les Aubrac je vais de ce pas ajouter un commentaire sur la première édition du livre de Gelin, avec un lien vers le présent débat réparateur, et l'annonce d'une réédition plus sérieuse.

Je remarque au passage le curieux tir groupé des éditions Gallimard au printemps dernier. Effet pervers de l'adage "en mai fais ce qu'il te plaît " ?

En ce qui concerne la manière gravement fausse dont Cordier raconte la "table ronde" alors qu'il aurait dû pour le moins en relire le texte avant d'en parler dans un livre, tu es prompt à parler en toute certitude d'un flottement de mémoire :

"Bref, cette erreur de mémoire n'est pas une accusation. C'est une erreur dont Cordier ne voit pas la portée. Et elle est facilement corrigeable par la lecture de la retranscription du débat. Et en aucun cas Cordier n'en tire de conclusion sur une culpabilité d'Aubrac. Bref, un non événement pour tout historien sachant relativiser les témoignages et revenir aux documents."
,
alors que la portée du propos est bel et bien gravissime.

Pascal Convert l'a affirmé dans Mediapart et je ne peux que confirmer mon accord avec ces lignes :

"Après avoir affirmé dans la phrase précédente qu’"Aubrac est innocent des calomnies que l’on porte contre lui" Daniel Cordier l’accuse, sans le dire explicitement, d’avoir menti : une arrestation de Raymond Aubrac sous son véritable nom de Samuel, nom qui désignait sa judéité, aurait entraîné une déportation immédiate... à moins d’un pacte passé avec Barbie. "


Il va sans dire, mais peut-être encore mieux en le disant, qu'à ce jour Daniel Cordier n'a, sauf erreur, publié aucun rectificatif.

*** / ***

lue 1965 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes