Certains passe(raie)nt les bornes, d'autres restent bornés, hélas. - Vichy et la Shoah - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Vichy et la Shoah / Alain Michel

En réponse à -14 -13 -12 -11 -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Qui passe les bornes, ici, sinon notre nouvel anonyme ? de Nicolas Bernard

Certains passe(raie)nt les bornes, d'autres restent bornés, hélas. de JARDIN DAVID le dimanche 08 avril 2012 à 08h04

Il est vraiment dommage que tout avis non strictement en ligne avec la Pensée du Maître N BERNARD (la mienne passe encore, mais voici maintenant BRAYARD qui passe à la moulinette) soit invalidé en termes aussi condescendants. N BERNARD détiendrait-il à lui seul la substantifique Vérité ? Et dire que je l'ignorais !

Réponse à 1/: C'est justement chez BRAYARD(*,)que j'engage Francis à lire plutôt que d'en gloser, que j'ai trouvé des éléments intéressants. Pas pour des raisons de négation ou de justification de tel ou tel intervenant de 1940. Ce qui est à la base de son raisonnement, c'est la différence entre le sort des Juifs de l'Est et celui des Juifs occidentaux. Pour les premiers, les tueries (EisatzaK. usw) furent rapidement connues, acceptées par la population allemande, propagées comme il est dit par la presse alliée. Au contraire, la transgression était bien plus forte concernant les Juifs allemands d'où un cercle de décideurs plus limité, etc. BRAYARD démonte aussi avec brio l'évolution du concept "extermination". Il peut aussi bien se comprendre comme "mort par épuisement" que par "meurtre", les deux étant tout aussi criminels mais avec une acceptabilité très différente dans le contexte de l'Allemagne nazie. Je résume, mais l'idée de BRAYARD est là.
Dans ces conditions, que vient faire le Journal d'Anne Franck ici ? En vente libre à l'époque ? Je préfère tout de même les travaux des universitaires connus et réputés aux imprécations et à ce texte dont je ne conteste pas l'intérêt. Non, vraiment, nos élites de 1940 n'avaient pas une meilleure vision que GOEBBELS. Et nous savons également depuis DELPLA qui de Vichy ou de Berlin bernait l'autre.

Réponse à 2/: Vous alignez les pires provocations N BERNARD. Votre ton envers moi n'a d'équivalent que celui d'un certain RoroII ou Frère Jacques (rien à voir avec Jacques G), sur un forum d'histoire que vous qualifiez d'extrême droite et où intervient aussi Léon. J'ai honte pour vous ! Des excuses !

JD, nouvel anonyme qui n'excipe de rien du tout d'autre que de la vérité face à un réel inconnu prétentieux.


(*)pour ma part j'ai trouvé BRAYARD argumenté et très respectueux dans sa démonstration. Il sait qu'il avance sur "les oeufs" d'une certaine doxa et que ses propos peuvent choquer, surtout Tartuffe. Au contraire d'un contributeur méprisant, il s'en excuse par avance et procède avec la saine humilité du chercheur qui décortique et nous fait suivre les linéaments de son raisonnement. Rien que pour cela, il faut le lire. Respect. Ensuite, libre à chacun, dans un état de liberté, de le trouver convaincant ou pas.

*** / ***

lue 1444 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes