Le cas Aubry... - Les Lieux Secrets de la Résistance. Lyon, 1940-1944 - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre


Edition du 04 octobre 2011 à 17h29

Les Lieux Secrets de la Résistance. Lyon, 1940-1944 / Serge Curvat, Denise Lallich, Chantal Odet, François Guillin, Henri Hours

En réponse à -4 -3 -2
-1La boite aux lettres historique du « 14 rue Bouteille ». Suite. de Serge Desbois

Le cas Aubry... de René CLAUDE le mardi 04 octobre 2011 à 17h25

Désinvolture, légèreté, irresponsabilité, voire pire, reviennent régulièrement sous la plume des auteurs qui ont étudié le cas Henri Aubry.
Dans sa récente bio de Raymond Aubrac, Pascal Convert cite en notes de la page 214 - comme je l'avais déjà mentionné - un extrait du compte-rendu de l'interrogatoire de Ernst Misselwitz par le commandant de justice militaire Gonnot le 11 avril 1947 que voici:
Nous avions une documentation assez volumineuse sur l'Armée secrète, les Mouvements unis, etc. à laquelle vinrent s'ajouter les documents trouvés par Barbie lors des arrestations de Lyon. Aubry m'a aidé, sans aucune difficulté, à faire le tri et le classement de cette documentation, le groupement par région et à la compléter le cas échéant (...) Bœmelburg envisagea de faire rédiger des tracts propagandistes à Aubry contre la Résistance. Il accepta et, à cet effet, il devait lui mettre à sa disposition les quotidiens français vichyssois et des journaux clandestins saisis au cours de perquisitions.
Pascal Convert écrit ensuite que le 31 mai '47, Ernst Misselwitz confirma lors d'un autre interrogatoire ses déclarations du 11 avril précédent:
Cependant, je dois ajouter que Aubry, à l'exception du nom de M. Vogué, n'a pas donné de noms et adresses de chefs locaux ou régionaux. Il se bornait à indiquer un alias ou à déclarer que s'il était en liberté il aurait pu les retrouver. Il m'a indiqué aussi le nom de Lévy comme étant un des chefs de Francs-tireurs. (...)
Le 18 avril '48, Misselwitz déclarait à Gonnot:
A ma connaissance, M. Aubry a été libéré par notre service. Je croyais que c'était en novembre 1943. Il est possible que ce soit quelques jours plus tard. En tout cas, il fut remis en liberté, il nous signa une "déclaration de loyauté".
Comme le dit le biographe d'Aubrac, on peut espérer qu'il sera, un jour, possible aux chercheurs de consulter le dossier d'Henri Aubry conservé aux Archives nationales, site de Fontainebleau. (AN. Fonds coté 980411. Cote interne 98/24 MI 1-9. 462703.)
P. Convert a recopié le contenu du résumé actuellement disponible:
Aubry Henri, ou Marcel, né le 3 mars 1914: fabrication de fausse carte d'identité, 1942; chef régional du mouvement "combat" dans le Midi, 1944; inculpé de non-révélation de crimes compromettant la sureté* extérieure de l'Etat, 1949; escroqueries, 1956. (??)
En 1949, l'Etat de la IV République l'inculpe et en 1956, il est reconnu coupable d'escroquerie. Etonnant. On aimerait en savoir plus.

* Pas d'accent circonflexe aujourd'hui (?)

RC

*** / ***

lue 4786 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes