La conférence du Brenner - Mussolini - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Mussolini / Pierre Milza

En réponse à -11 -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1La Grèce de d.zambon

La conférence du Brenner de Nicolas Bernard le mardi 08 mars 2011 à 00h00

Hitler et Mussolini se rencontrent au Brenner le 4 octobre 1940, et nul n'a jamais été en mesure d'apporter une reconstitution cohérente de ce sommet, d'autant que, le dictateur italien parlant couramment l'allemand, rien n'exclut quelques propos échangés de manière confidentielle entre ces deux grands renards de la politique.

Or, le lendemain même de cet entretien, le Duce, de retour à Rome, adresse une note au Maréchal Badoglio qui envisage une action de plus grande portée contre la Grèce (Van Creveld, op. cit., p. 35). Coïncidence ? Des rumeurs ont également commencé à circuler sur un possible blanc-seing accordé par le Führer à une telle aventure, jamais niées par Hitler même lorsque Ciano lui-même a proféré l'accusation (ibid.). Par la suite, démontre Van Creveld, Hitler est nécessairement informé des préparatifs de l'invasion, mais ne prend aucune mesure sérieuse pour dissuader son homologue italien.

Quand on y réfléchit, pareille agression ne peut que le servir. Elle laisse entendre aux puissances balkaniques, en particulier la Bulgarie, qu'elles ne sont nullement à l'abri des ambitions de quelques puissances prédatrices, et qu'elles ont intérêt à confier leur sort à la puissante Allemagne. Elle suggère également que l'attention de l'Axe est tournée vers la Méditerranée, alors que c'est la destruction de l'U.R.S.S. qui est au coeur de la stratégie hitlérienne. Enfin, à supposer que Mussolini échoue, le Reich aura la possibilité d'accroître sa propre zone d'influence aux dépends de l'Italie fasciste - et l'on sait, en effet, que l'offensive allemande dans les Balkans n'a en rien compromis les chances de victoire allemande contre l'Armée rouge, bien au contraire dans la mesure où elle les a, en fait, accrues.

*** / ***

lue 1701 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 L'hypothèse... de d.zambon 08 mars 2011 05h41
2 Sauf que... de Nicolas Bernard 08 mars 2011 11h11
3 Un certain degré de manipulation de françois delpla 08 mars 2011 11h37
3 Rivalité, non. de d.zambon 08 mars 2011 15h43


 

Participer à l'ensemble du débat sur Mussolini



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes