César de Sousa Mendes - La bibliothèque de l'Histoire - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


Cliquez pour accder www.histobiblio.com
 
 
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

La bibliothèque de l'Histoire / Histobibliothèque

En réponse à -3 -2
-1téléfilm de d.zambon

César de Sousa Mendes de Francis Deleu le samedi 02 octobre 2010 à 22h48

Bonsoir,

César de Sousa Mendes était bien le frère jumeau de Aristides. César était ambassadeur du Portugal en Suède lorsqu'en 1932 il fut rappelé par Salazar comme ministre des Affaires étrangères. Pas pour longtemps ! Un an plus tard, César fut congédié car son franc-parler ne plaisait pas au dictateur portugais.
Dans une lettre que César adresse peu après à son frère Aristides :
Maudit soit-il [Salazar] et que son nom soit prononcé avec mépris si un jour il devient la cause de notre disgrâce collective.
César ne croyait pas si bien dire !

Pour la petite histoire qui a souvent ma prédilection lorsque l'ensemble des petites histoires frappent à la porte de l'Histoire pour mieux l'éclairer :

- En 1929, Aristides Sousa Mendes, consul du Portugal à Anvers, résidait à Bruxelles. Père de 14 enfants, il se fit construire un minibus pour transporter toute sa famille.

- La carrière diplomatique d'Aristides fut émaillée de 3 procès disciplinaires et de 8 rappels à l'ordre.

- Aristides était un fervent chrétien. Selon son fils Sébastien, il aurait déclaré "Je désire être du côté de Dieu contre l'homme, plutôt que de servir l'homme contre Dieu".

- Cet homme admirable comme l'écrit très justement David fut cassé par Salazar: interdit d'exercer son activité d'avocat et même ... interdit de conduire sa voiture. Sa famille sombrera dans la misère. Pour la nourrir, Aristides sera bientôt dans l'obligation de les emmener à la cantine communautaire juive de Lisbonne. A l'un des bénévoles de la cantine qui a reconnu l'ancien consul, ce dernier répond : "Mais nous aussi, vous savez, nous sommes des réfugiés".

Ces anecdotes sont tirées du livre de Gérard Boulanger "A mort la Gueuse" avec en sous-titre "Comment Pétain liquida la République à Bordeaux : 15, 16 et 17 juin 1940". Comme pour égailler l'atmosphère de ces trois journées - les "trois piteuses" - un chapitre entier est consacré à Aristides de Sousa Mendes. Laissons donc le dernier mot à G. Boulanger qui note avec une certaine emphase :
A Bordeaux, ce 17 juin, au moment même où Pétain mettait en pièces la République française, Aristides de Sousa Mendes mettait à l'ordre du jour les exigences éthiques de la République universelle. Et, tandis que l'hypocrite maréchal feignait de "faire don de sa personne à la France", l'héroïque consul avait vraiment fait don de sa personne à l'humanité.
Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 3776 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes