Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


Le site de la Compagnie de chars de la France Libre
 
 
 
 Modérateur du livre
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

Le chemin le plus long / Pierre Quillet et 70 anciens

En réponse à
-1Gabon de Yannis Kadari

François Broche de Francis Deleu le jeudi 15 mai 2003 à 13h10

Bonjour,

En attendant de rendre à Ghémard ce qui appartient à Ghémard, je te propose, par "le chemin plus court", ce que, à propos du Gabon, François Broche nous en dit dans son livre "L'épopée de la France libre".

*** Le 24 octobre, de Gaulle arrive à Brazzaville, "très détendu, rassé­réné par l'atmosphère de loyauté, de confiance et de résolution dans laquelle baigne le pays; puissamment intéressé par tout ce qu'il avait découvert" (Larminat). Dans la capitale administrative de l'AEF, l'accueil n'est pas moins chaleureux qu'à Fort-Lamy, mais sans débordement. C'est que l'on y est mieux à même d'y mesurer les dif­ficultés et les périls que nécessitent la survie économique et l'effort de guerre. Dès son arrivée au Congo, de Gaulle met au point le plan d'action destiné à prendre directement le Gabon. L'affaire est délicate : les forces vichystes sont nombreuses, bien équipées, largement soute­nues par les colons; leur chef, le général Têtu, gouverneur de l' AEF, a reçu l'ordre de s'opposer à l'agression par tous les moyens. De Gaulle obtient de Churchill que l'escadre anglaise stationne au large de Libre­ville, non pour intervenir directement mais pour empêcher l'achemi­nement de renforts venus de Dakar.

L'opération, conduite par Leclerc, secondé par Koenig, débute le 27 octobre: deux colonnes s'emparent du poste de Mitzic. Le 5 novembre, assiégée par une colonne commandée par le lieutenant-­colonel André Parant, nommé gouverneur du territoire, la garnison de Lambaréné se rend. Trois jours plus tard, un bataillon de Légion, commandé par Koenig, débarque près de Libreville, tandis que plu­sieurs Lysander emmenés par le commandant de Marmier bombar­dent l'aérodrome. Le 9, deux navires français (le "Savorgnan-de-Brazza" et le "Commandant-Dominé") se présentent dans la rade. La résistance des troupes vichystes n'excède pas quelques démonstrations qui tien­nent davantage du "baroud d'honneur" que d'une riposte vigou­reuse - bien qu'il faille déplorer une vingtaine de morts. Sans comp­ter l'ancien gouverneur Masson qui, après avoir rallié la France Libre et s'être ensuite déjugé, choisit de se pendre à bord du "Savorgnan-­de-Brazza" qui le ramène en France (16 novembre 1940). *** p.97.

Ce texte, bien sûr, ne répond pas à ta question. Il est vraisemblable que les anciens de la 1e Cie de Chars, optimistes irréductibles, considéraient la cause entendue dès que de Gaulle confie la reconquête du Gabon à Leclerc et Koenig.

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 1977 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Quelques réflexions de Yannis Kadari 15 mai 2003 15h50

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Le chemin le plus long

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes